En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×

Contrôle de police : les syndicats dénoncent un message "stigmatisant"


le 01 juin 2012 à 16h06 , mis à jour le 02 juillet 2012 à 09h44.
Temps de lecture
4min
Un contrôle d'identité

Un contrôle d'identité / Crédits : AFP

À lire aussi
SociétéREACTIONS - Si la mesure "en préparation" annoncée par le Premier ministre vendredi satisfait les militants contre le contrôle au faciès, elle a provoqué la colère des syndicats de police qui y voit une décision "inacceptable".

Un reçu délivré après chaque contrôle de police afin d'éviter les dérapages ? L'idée, avancée vendredi matin par Jean-Marc Ayrault (Lire : La police contrôle votre identité ? Voici votre reçu... ), n'est pas du goût de tout le monde. A commencer par les syndicats de police qui y voit un message de "défiance", "inadmissible", "stigmatisant" et décidé sans concertation. "On stigmatise la police comme étant une police raciste. Il est inacceptable de partir de cette présomption", a dénoncé Jean-Claude Delage, secrétaire général d'Alliance, deuxième syndicat des gardiens de la paix. Selon lui, "l'annonce faite par le Premier ministre jette le discrédit sur l'honnêteté morale des policiers en laissant penser qu'ils font des contrôles en dehors de la loi".

Patrice Ribeiro, secrétaire général de Synergie-Officiers, voit dans cette mesure "un message de défiance envoyé aux policiers". "Cela part d'une présomption de discrimination des policiers, qui seraient coupables de pratiquer des contrôles au faciès. Or aujourd'hui, il y a la même diversité dans la police que dans la population qu'elle contrôle", a-t-il souligné. Selon lui, cette mesure va leur "enlever des outils" de travail sur le terrain, "comme la palpation où on peut trouver des armes, de la drogue (...). Les voyous contrôlés le matin brandiront un récépissé le reste de la journée et on ne pourra plus les contrôles", a-t-il regretté, évoquant une nouvelle "dynamique qui n'est pas saine".

Nicolas Comte, secrétaire général d'Unité Police, premier syndicat des gardiens de la paix, estime lui que cette mesure "ne solutionnera pas la fracture police-population en donnant l'impression aux policiers que la faute vient d'eux". L'annonce du Premier ministre a d'autant plus surpris les syndicats que le sujet avait été évoqué la semaine dernière lors de leur rencontre avec Manuel Valls. Si le ministre de l'Intérieur avait indiqué qu'il faudrait s'inspirer "de ce qui se pratique en Grande-Bretagne", il avait dit qu'il n'était "pas dans la précipitation".

"Le reçu n'est pas une formule miracle"

Du  côté des associations, on salue l'initiative. SOS Racisme, qui avait lancé l'idée de la remise d'un ticket à chaque personne contrôlée, a évoqué une "mesure de transparence" qui va permettre "d'une part de protéger les citoyens des contrôles abusifs, leurs droits à savoir les causes et le fondement du contrôle [...] et d'autre part de protéger les agents du service public de la police et de la gendarmerie contre la défiance que des comportements isolés font peser sur l'ensemble de la corporation". Un avis partagé par les militants contre le contrôle au faciès. "C'est un signe fort", s'est réjoui Me Félix de Belloy, qui avait assisté une quinzaine de personnes se disant victimes de contrôles d'identité au faciès.

"Je trouve que c'est une bonne étape mais il faut s'assurer que le reçu dont parle le Premier ministre fasse également état de la raison pour laquelle la personne est contrôlée", a-t-il ajouté. Pour Lanna Hollo, d'Open Society Justice Initiative, cette mesure "améliore l'efficacité policière". En 2009, cette émanation de la fondation Soros a réalisé une étude avec le CNRS dans cinq lieux parisiens. Conclusion ? Un Noir ou un Arabe ont respectivement 6 et 7,8 fois plus de chance d'être contrôlé qu'un Blanc. "Mais le reçu n'est pas une formule miracle. Il faut l'accompagne d'une meilleure formation des policiers pour qu'ils contrôlent sur la base de comportements suspects et non au faciès, et d'un travail d'information pour améliorer le dialogue avec la population", a-t-elle ajouté.

Commenter cet article

  • patvin13 : On va toucher la vase là ! y a dèja pas assez de papiers qui circulent dans notre société à l'ère de développement durable. De plus c'est comme si on mettait un mouchard pour contrôler si la police ne contrôle pas assez de blancs de peau... C'est se moquer de notre Police ! ce n'est pas de cela dont ils ont besoin. Il serait temps que la gauche atterrisse et règle les vrais problèmes d'insécurité et s'occupe de la Police an mettant les moyens humains et logistiques nécessaires ! Quant à ceux qui ne sont pas contents de se faire contrôler, qu'ils aillent dans d'autres pays où dès qu'ils tenteront d'ouvrir la bouche ils verront ce que c'est une police qui abuse !

    Le 03/06/2012 à 18h55
  • m.fred : Moi en 30 ou 40 ans je n'ai jamais été contrôlé..Alors...Ceux qui ne veulent pas être contrôlés peuvent toujours aller dans des pays où il n'y a pas de contrôle

    Le 03/06/2012 à 10h42
  • libertecherie65 : Le gars est contrôlé 1 fois il a son récipissé...soit.....mais a moins qu'il ne se l'affiche sur le front ou dans le dos... rien n'empêchera qu'il soit contrôlé trois rues plus loin... l

    Le 03/06/2012 à 10h17
  • iphigenie2207 : Encore une fois le monde des bisounours se met en place....

    Le 03/06/2012 à 07h20
  • ricozon : Ou bien comment relancer les emplois jeunes pour gérer toute cette nouvelle paperasse inutile ! Ce n'est pas parce que l'Angleterre applique cette méthode que c'est la bonne.

    Le 02/06/2012 à 17h32

      Les dernières infos

      Nous suivre :
      Un incendie dans le métro de Londres

      Un incendie dans le métro de Londres

      logAudience