En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Les étudiants veulent passer les examens... mais pas les mêmes


le 04 mai 2009 à 07h37
Temps de lecture
4min
amphi amphithéâtre étudiants fac université

Image d'archives / Crédits : TF1-LCI

À lire aussi
Notre sociétéSelon un sondage, 52% souhaitent des examens simplifiés, alors qu'ils sont 41% à vouloir des examens tels qu'ils étaient prévus avant les blocages.

Les étudiants plébiscitent le maintien des examens de fin d'année, malgré les retards pris au second semestre, en raison du blocage des facs du au mouvement des enseignants-chercheurs. Mais quand on leur demande quel type d'examen, la division se fait sentir. Selon un sondage Le Parisien, 52% souhaitent que leurs examens soient simplifiés, alors que 41% veulent qu'ils soient organisés dans les conditions habituelles. Seulement 4% des étudiants veulent par ailleurs que leurs examens soient supprimés et que soit validé automatiquement le second semestre pour tous.
 
Quoi qu'il en soit, la ministre de l'Enseignement supérieur Valérie Pécresse a averti dimanche que les épreuves auraient bien lieu. "Il n'est pas question de valider automatiquement des semestres alors que les enseignements n'auraient pas été délivrés normalement" dans les universités, a-t-elle prévenu dans le JDD. "Je suis garante de la qualité de nos diplômes".   Le porte-parole de l'UMP Frédéric Lefebvre a lui demandé que les auteurs des "entraves" au fonctionnement des universités, dont certaines sont bloquées par le mouvement des enseignants-chercheurs, soient "poursuivis". "Nous n'acceptons pas que l'avenir de jeunes Français, des étudiants, soit  pris en otage", et "nous souhaitons que le gouvernement, les autorités publiques soient particulièrement vigilants".

Les diplômes "dans une pochette-surprise"
 
De son côté, le président de l'université Paris-V Descartes Axel Kahn a qualifié lundi d'"irresponsable" et "choquant" l'appel lancé par la Coordination nationale des universités à ne pas organiser les examens de fin d'année. Le généticien se dit opposé à la validation automatique du deuxième semestre. "Si jamais on arrivait à valider automatiquement les semestres, moi, de  toute façon, je n'apposerais jamais, jamais, jamais ma signature à une telle mesure et je préférerais m'en aller. Si on dit voilà, durant l'année 2008-2009, on a pu obtenir en quelque sorte son diplôme dans une pochette-surprise, vous vous rendez compte de l'avenir des étudiants?". Axel Kahn estime en outre que le gouvernement a fait "une série d'erreurs absolument extraordinaires". "Cela étant dit, les reculs du gouvernement sont beaucoup plus importants qu'il ne l'annonce, pour des raisons politiques", a-t-il dit, parlant de "victoire obtenue" par les contestataires.

L'avis d'Axel Kahn est plus ou moins partagé par l'ancien ministre socialiste de l'Education Jack Lang, qui estime que le gouvernement devait prendre "une mesure choc" pour débloquer la situation dans les universités avec "soit le retrait de certaines mesures, soit le changement d'équipe ministérielle". "Nous en sommes là pourquoi? Parce que le gouvernement a accumulé tant de  maladresses, de fautes, d'erreurs qu'il a détruit le climat de confiance qui  devrait exister entre la communauté universitaire et étudiante et la puissance  publique", a poursuivi le député du Pas-de-Calais sur France Inter. Pour permettre aux étudiants de passer leurs examens, Jack Lang a estimé  qu'"une des solutions serait de pouvoir continuer des enseignements au mois de juin, voire même au mois de juillet" moyennant "un financement de l'Etat".
 
D'après agences
 
Sondage CSA/Le Parisien et Aujourd'hui-en-France a été réalisé par téléphone  les 28 et 29 avril auprès d'un échantillon représentatif de 1015 personnes âgées de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas.

Commenter cet article

  • Fanny : Je suis étudiante dans une filière que je trouve intéressante et pour laquelle j'ai de l'intérêt(médiation culturelle) : ça fait quatre mois que ma fac est en grève et je ne sais combien de semaines qu'elle est bloquée (contre mon gré), le SEMAINE DERNIÈRE on m'annonce que j'aurais des partiel lundi prochain et on nous donne un joyeux contenu d'une bonne dizaine de livres ainsi que quelques dossiers et autres travaux. Vous voulez que je fasse quoi? que je plaide pour des examens "normaux". J'ai beau avoir travaillé cette année, je ne VOIS pas comment assimiler tout ça en si peu de temps. Deux semaines de "révision" (d'appréhension) pour rattraper un semestre (ou certes j'ai travaillé mais LE sujet pile qu'on nous demande au partiel, il faut bien l'apprendre quelque part) . Oui on veut des examens différents, (ou plus tard mais ça c'est un autre débat). et comme dit "on ne sait jamais comment on réagirait dans une situation donnée..." Moi, je sais j'y suis.

    Le 18/05/2009 à 21h50
  • Sof : Quels examens peuvent-ils passer alors qu'ils n'ont bosser qu'un trimestre?? c'est aberrant! je serai d'avis qu'ils retapent TOUS une année!

    Le 15/05/2009 à 11h42
  • Stéphanois : Nous sommes, quoiqu'en disent certains, dans un pays démocratique. Cela signifie que le droit de grève existe, pas la prise d'otage comme c'est le cas dans toutes les facs bloqués. Son corrolaire, c'est le devoir d'étudier pour passer et réussir des examens complets. Après autant de semaines de grèves soit la plupart des étudiants vont échouer, soit le niveau de notre enseignement est proche de 0.

    Le 05/05/2009 à 23h14
  • Anne : Ce qui se passe actuellement dans les facs est totalement honteux...Au départ les profs ont encouragé les élèves dans leurs grèves et ces mêmes profs savaient très bien ce que ça donnerait par la suite ... J'ai deux enfants en fac, total nous payons des études pour rien, mes enfants ont aussi un petit boulot à côté de leurs études...Ah oui! Mais quelles études???!!! Total tous ces irresponsables mettent dans la précarité des étudiants qui bûchent pour y arriver... Le blocage est une dictature, le droit de grève existe, bien heureusement, mais empêcher par pure autorité l'accès à l'université est bien loin d'un pays démocratique!

    Le 05/05/2009 à 08h51
  • Révolté : La France est le seul pays qui payent des profs depuis le debut de la grève.La grève est legale mais dans ce cas pas de salaire comme dans le privé.L'attitude de ses nostalgiques de 68 est révoltante .Cette soit disant elite ne nage que pour elle et se moque royalement des étudiants et de l'investissement des jeunes et de leur parents.Le gouvernement va t'il une fois pour toute prendre des sanctions contre ces gens qui n'ont qu'une théorie celle du chaos surtout quand le gouvernement est de droite.

    Le 04/05/2009 à 21h42
      Nous suivre :
      Italie : une exposition photo au fond de la mer

      Italie : une exposition photo au fond de la mer

      logAudience