En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Voici le "ministère de la régularisation"

Edité par
le 18 juillet 2009 à 13h01
Temps de lecture
3min
immigration sans-papier Sécurité sociale

L'immeuble occupé, rue Baudelique / Crédits : LCI

À lire aussi
Notre sociétéEnviron 300 sans-papiers occupent depuis vendredi après-midi un immeuble de la Sécurité sociale à Paris. Ils veulent leur régularisation.

                                                                                  

Les images de l'occupation


 
 "Ces gens-là, ils souffrent, ils ont la peur au ventre. Ils ne peuvent pas sortir : quand ils voient des policiers, ils se cachent." Comme Dramé Madou qui les représente, environ 300 sans-papiers, dont des femmes et des enfants, occupent depuis vendredi, 16 heures, un immeuble de la sécurité social, rue Baudelique, dans le XVIIIe arrondissement de Paris.
 
Objectif : réclamer leur régularisation. Celle de tous les ex-occupants de la Bourse du Travail, et au-delà, de l'ensemble des sans-papiers. "Les papiers, c'est autoriser quelqu'un à circuler, c'est autoriser quelqu'un à travailler, raconte Dramé Madou à LCI. Tout cela, nous n'avons pas, c'est inacceptable en France."

Délogés mais pas découragés
 
Pour les soutenir dans leur démarche, associations et militants divers. Solidaires, CSP75, CGT Nettoiement, Verts, NPA, dont le leader Olivier Besancenot a fait un saut sur place samedi matin... "Face à la situation inhumaine du campement des sans-papiers de la CSP75, nous entendons donner une visibilité collective à la mobilisation de l'ensemble des sans-papiers pour faire respecter les engagements pris par la Préfecture et le Ministère vis-à-vis de la CSP75", explique leur communiqué commun.
 
Les occupants ont symboliquement rebaptisé ce bâtiment désaffecté de la CPAM, "le ministère de la régularisation et de tous les sans-papiers". Et le communiqué d'appeler l'ensemble des "organisations associatives, syndicales et politiques, et tous les collectifs des sans-papiers à soutenir, en venant dès à présent sur place, l'occupation de ce lieu". Samedi, des sans-papiers continuaient d'arriver. Délogés de la Bourse du Travail la veille mais pas découragés, loin de là.

Commenter cet article

  • Alexandre : Il faut charger et mettre ces 300 clandestins dans un Airbus direction Bamako !

    Le 21/07/2009 à 03h25
  • Zaz : Ces gens là travaillent !!! ils font tout le boulot que vous ne voulez pas faire, ils nettoient vos rues, préparent vos plats au resteau, servent vos gosses à la cantine ! et ils sont moins payés, par ce qu'on leur dit qu'ils n'ont pas de papiers. certains vivent ici depuis plus de dix ans, ils cotisent à toutes les caisses, mais n'ont droit à rien. Ce ne sont pas des parasites, ce sont des esclaves modernes. lire ce que je lis chez certains ici, ça me donne envie de gerber. quelle absence d'une quelconque réflexion politique et d'une quelconque humanité... si c'est ça être français... restez bien au chaud, entre vous, et que les autres crèvent en afrique, c'est ça ? et pourquoi l'afrique aujourd'hui est-elle si pauvre ? n'est-ce pas aussi à cause de grandes multinationales qui pompent ses richesses et placent leur bénéfices dans des paradis fiscaux ? les sans papiers de france devraient mettre leurs salaire dans des paradis fiscaux eux aussi, car une fois de plus ce sont les européens blancs qui les volent et qui en plus se permettent de les mépriser. Honte à vous.

    Le 19/07/2009 à 10h43
  • Vince54 : Pas de regularisation!!!! etre francais ca se mérite , il ne suffit pas de payer des impots

    Le 19/07/2009 à 06h53
  • Antonio : Il ne serait pas juste d'accepter la régularisation de ceux-ci et de refuser celle des suivants.

    Le 19/07/2009 à 05h56
  • Nemla31 : L'existence de l'OFPRA est un réel espoir pour un grand nombre de ces familles. Ils traversent des frontières au péril de leur vie et dans le fond ce ne sont que des humains démunis. Certains seront régularisés et reconnus "réfugiés", d'autres useront du mariage blanc, ou parent d'enfant français, "vie privée et familiale"....La France est contradictoire de part ces dispositions et ces diverses aides sociales, elle ouvre une porte à ces personnes et leur donne de l'espoir car bien avant ces nouveaux arrivants, il y en a eu d'autres qui après s'être battus ont été régularisés et il y en aura d'autres...l'histoire se répète, il n'y a que les décors qui changent...les renvoyer??? Ils reviendront!!!!! Les régulariser???? A la France d'établir une politique claire et de se positionner sur ce sujet. De toute façon, je préfère que l'argent public servent à des sans papiers démunis qu'à johnny hallidays...on aura pas plus de sous si les sans papiers étaient expulsés!!!! faut pas rêver...

    Le 19/07/2009 à 02h08
      Nous suivre :
      Valérie Trierweiler : "Ce n'est pas une vengeance, ce n'est pas une revanche"

      Valérie Trierweiler : "Ce n'est pas une vengeance, ce n'est pas une revanche"

      logAudience