En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Les députés font un premier pas vers l'abolition de la prostitution


le 06 décembre 2011 à 09h32 , mis à jour le 06 décembre 2011 à 23h14.
Temps de lecture
4min
A lire aussi
Notre société Les députés ont relancé mardi le débat sur la prostitution, entre partisans de sa disparition totale et défenseurs d'un encadrement, en votant à main levée en faveur d'une résolution réaffirmant la "position abolitionniste de la France".

Le débat sur la prostitution en France est relancé ce mardi à l'Assemblée nationale. Ils ont voté à main levée en faveur d'une résolution réaffirmant la "position abolitionniste de la France". Cette résolution, qui "réaffirme la position abolitionniste de la France en  matière de prostitution" vise à "battre en brèche les idées reçues qui laissent croire que sous-prétexte que la prostitution serait le plus vieux métier du monde, elle est une fatalité", expliquent ses auteurs. Le texte est présenté par la député PS Danielle Bousquet, qui a présidé une mission d'information parlementaire sur la prostitution en France, le député UMP Guy Geoffroy, rapporteur de la mission, et tous les présidents de groupes à l'Assemblée. "Il fallait une étape importante, symbolique et solennelle" dans la lutte  contre la prostitution, explique Guy Geoffroy. Le texte précise que les principes abolitionnistes, adoptés par la France  en 1960, "doivent être proclamés haut et fort à une époque où la prostitution semble se banaliser en Europe".

Dans la foulée du vote, sera déposée une proposition de loi pour inscrire  dans le code pénal "ce qui dans la résolution relève du domaine législatif",  comme la pénalisation des clients. Guy Geoffroy préfère parler de  "responsabilisation" pour rappeler "que neuf personnes prostituées sur dix sont victimes de la traite des êtres humains". Actuellement, recourir à une personne prostituée n'est pas un délit. Mais  la mission parlementaire, s'inspirant de la Suède qui sanctionne les clients depuis 1999, a conclu au printemps que la pénalisation du client constituait  "la meilleure piste pour voir diminuer la prostitution en France, là où tous  les pays qui ont réglementé cette activité l'ont vu augmenter".
 
"La prostitution... une affaire d'exploitation"
 
Le sujet fait débat, même au sein du gouvernement. Le ministre de  l'Intérieur Claude Guéant a rappelé en avril que cela supposerait une "révision profonde" du régime pénal, la prostitution n'étant pas un délit actuellement. Roselyne Bachelot, ministre des Solidarités, s'est dite favorable à une sanction des clients. "Sur ce sujet, le consensus n'est pas fait", reconnait Yves Charpenel,  président de la Fondation Scelles, qui a lancé un appel pour l'abolition de la prostitution avec 40 associations. "Les députés qui voteront mardi la résolution abolitionniste voteront-ils ensuite son application concrète", se demande-t-il, estimant "plus que jamais nécessaire de clarifier la position française" face à des pays comme l'Allemagne qui ont choisi de réglementer cette activité.

La position abolitionniste "semblait un peu oubliée. On voit régulièrement ressurgir des propositions de réouverture de maisons closes", déplore Hélène de Rugy, déléguée générale de l'Amicale du Nid. Dans son manifeste "Nous n'irons plus au bois", le collectif d'hommes "Zeromacho" soutient aussi la résolution, pour rappeler que "la prostitution reste avant tout une affaire d'exploitation", explique leur porte-parole Gérard  Biard. A l'inverse, le Syndicat des travailleurs du sexe (Strass) a écrit aux  députés pour leur demander de ne pas voter la résolution, estimant que cela  pénalisera les prostituées en les poussant vers plus de clandestinité, explique  Chloé, prostituée qui manifestera mardi devant l'Assemblée. Act-Up et Aides, réunis avec le Strass et 14 associations au sein du Collectif "Droits et prostitution" partagent ce constat, affirmant que face à  la réduction du nombre de leurs clients, les prostituées seraient contraintes  d'accepter des rapports non protégés. Le Strass, qui distingue la prostitution librement consentie et la traite  des être humains par des réseaux mafieux - qu'il dénonce-, demande plutôt de "véritables droits" pour les prostituées. Environ 20.000 personnes se prostituent en France, selon diverses estimations.

Commenter cet article

  • angels74000 : Le gouvernement à changé raison de plus pour continuer les actions en la matière du gourvernement precedent pénaliser le client faut y arriver sa choquera ,mettra en colère des hommes , mais en fin de compte en suede sa se passe bien les réseaux ignores la suede à part quelques agence d'escortes suisse et quelques filles indépendantes qui le disent toutes en suede c'est mauvais business ma vision sur le sujet est faut y arriver la france se protera mieux oublé de ses réseaux de proxénètisme et je suis moi meme de temp en temp client cela empeche pas de le vouloire au nomde ses filles qui vivent un enfer pour une grande partie

    Le 18/06/2012 à 13h15
  • angels74000 : Il serait temp que nos dirigeants soi des exemples pour tous

    Le 18/06/2012 à 13h10
  • rose-marie54 : Et le bordel du Senat? va t il être fermé ?

    Le 07/12/2011 à 11h03
  • spounge_bob : Le monde des bisounours quoi... c'en serait triste si c'était si parfait !

    Le 07/12/2011 à 07h25
  • franky37 : Sous prétexte qu'il y a plus urgent à faire, il faudrait laisser tomber tous les autres problèmes que vous jugez mineurs !

    Le 07/12/2011 à 07h13

      Les cascades, l’endroit idéal pendant la canicule

      logAudience