En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Anina Ciuciu, des camps de Roms à la Sorbonne

Edité par
le 11 mars 2013 à 07h57 , mis à jour le 11 mars 2013 à 08h52.
Temps de lecture
2min
rom
A lire aussi
Notre société A 7 ans, Anina Ciuciu faisait la manche sur les trottoirs de Lyon et Bourg-en-Bresse. Elle est aujourd'hui une brillante étudiante de la Sorbonne. Elle raconte son parcours dans un entretien avec Thierry Demaizière.

A 7 ans, elle faisait la manche sur les trottoirs de Lyon et Bourg-en-Bresse. Aujourd'hui, Anina Ciuciu, 23 ans, est l'une des plus brillantes étudiantes de la Sorbonne à Paris. Comment cette jeune Rom qui a fui la Roumanie avec sa famille, est-elle devenue première de sa classe en France ?

Dans un entretien avec Thierry Demaizière, Anina Ciuciu évoque la honte que ses parents ont toujours ressentie vis-à-vis de leur condition et son enfance dans les camps. "J'étais rejetée par les autres enfants en tant que Rom, qu'on voulait pas jouer avec moi", explique-t-elle. "J'ai été obligée de tendre la main, dit-elle. J'ai été dans la nécessité de le faire et le regard des gens, se sentir en infériorité, c'est vraiment quelque chose de très marquant. C'est encore difficile pour moi d'en parler".

Anina Ciuciu qui parle cinq langues, et rêve de devenir magistrate, précise : "L'école française m'a sauvée". "Ce qui m'a donné envie de réussir, de me battre, c'est de plus avoir besoin de tendre la main", conclu-t-elle.

Commenter cet article

      Nous suivre :

      Elles sont arrivées par dizaines de milliers: invasion de chauves-souris dans une ville australienne

      logAudience