En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Berges de la Seine : la parole aux Parisiens

Franck Lefebvre-Billiez par
le 04 juillet 2011 à 08h22 , mis à jour le 06 juillet 2011 à 11h32.
Temps de lecture
3min
À lire aussi
Notre sociétéLe projet de réaménagement des berges est cher à Bertrand Delanoë. Mais sa réalisation pose de grandes difficultés. Les Parisiens sont invités à donner leur avis sur l'enquête publique à partir de ce lundi en mairie.

 

Sur le papier, le projet a tout pour séduire - surtout les voisins immédiats des bords du fleuve : rendre une partie des berges de la Seine à Paris aux piétons, cyclistes et autres rollers, limiter la circulation automobile - le tout se traduisant par une pollution atmosphérique, visuelle et sonore amoindrie... En gros, ce que propose le projet de réaménagement des voies sur berges, transformées en véritables autoroutes urbaines durant l'ère Pompidou, c'est tout simplement une amélioration du cadre de vie pour les Parisiens. Au prix, il est vrai, d'un chantier titanesque. Mais Bertrand Delanoë l'affirme : "Il faut avoir l'audace" de rendre les voies sur berges aux Parisiens. Et ces Parisiens vont précisément avoir la parole sur ce fameux "projet de reconquête des berges de Seine" : l'enquête publique est ouverte depuis ce lundi 4 juillet, et jusqu'au 2 septembre.

"Pendant cette enquête, chacun et chacune pourra contribuer au projet en déposant ses suggestions, propositions et remarques dans les registres mis à disposition dans les mairies des 10 arrondissements riverains de la Seine et à l'Hôtel de Ville, et rencontrer la commission d'enquête qui tiendra 3 permanences dans chacun de ces lieux, selon l'agenda accessible sur le site www.bergesdeseine.paris.fr", indique la mairie de Paris. Une exposition présentant le projet sera également installée dans les 20 mairies d'arrondissement et au salon d'accueil de l'Hôtel de Ville.

Des transports déjà au bord de l'asphyxie

Soutenu par une majorité de Parisiens, le projet n'échappe pourtant pas à la polémique. Il prévoit notamment la piétonisation de 2,5 km de quais bas rive gauche entre Solférino et le pont de l'Alma. Et le report du trafic automobile sur les quais haut. Pas si simple, tempère l'opposition à la mairie de Paris, UMP en tête : les automobiles ne disparaîtront pas par enchantement, par la simple vertu magique d'une décision municipale. Il en passe des dizaines de milliers par jour sur ces fameuses voies sur berges.

Où iront les automobilistes, alors que toutes les autres voies de communication sont déjà saturées ? Prendront-ils des moyens de transport en commun déjà au bord de l'asphyxie, et souvent inadaptés pour les trajets de banlieusards venant travailler à Paris, ou y transitant pour circuler de banlieue à banlieue ? Car le Paris réel, aujourd'hui, ce n'est pas seulement Paris intra-muros, dont l'économie s'effondrerait sur elle-même sans les banlieusards qui viennent travailler dans et à proximité immédiate de la capitale (ces banlieusards dont les Parisiens "intra-muros" ne veulent pas dans leurs rues) ; le Paris réel englobe déjà la Petite Couronne, et va déjà flirter avec la Grande Couronne. D'où les projets, plus titanesques encore, d'aménagement des réseaux de transport du "Grand Paris". Du coup, en "piétonisant" les voies sur berges, n'irait-on pas tout simplement reporter plus haut un trafic automobile qui deviendrait si catastrophique que la pollution n'en serait qu'accrue ?

Ces inquiétudes sur les risques de congestion de la circulation ont toutefois déjà été entendues, en partie, par les auteurs du projet. Celui-ci a notamment été un peu modifié à la suite des remarques du préfet de police de Paris, Michel Gaudin. Il a indiqué qu'il rendrait un avis définitif après l'enquête publique.

Commenter cet article

  • postagualen : Je suis banlieusard. je prend le RER B 10 fois par semaine. il y a plein de problèmes (retard, trains supprimés, signalisation, caténaires etc). je pourrais en vouloir à la région mais comme elle n'est pas responsable du réseau, des employés, de la RATP ou de la SNCF cela serait plutôt stupide.

    Le 04/07/2011 à 22h36
  • postagualen : Si les parisiens n'étaient pas heureux des choix du maire ils ne l'auraient pas réélu haut la main.

    Le 04/07/2011 à 22h18
  • gwilkinson : Delanoe n'est pas élu, il est désigné par ses copains.

    Le 04/07/2011 à 21h02
  • untitideparis : Curieusement c'est toujours soutenu par la majorité des parisiens, or quand on parle avec les parisiens on n'en trouve pas un d'accord avec le sabotage de la ville!

    Le 04/07/2011 à 16h25
  • humanoide56 : Cecepopo Oui et à quoi ? j'avais mes bureaux dans le 1er, rue des petits Champs, j'ai appris très vite à m'en passer, que de gains de temps et d'argent donc, le stress en moins ! Et le fun, c'est que je vendais du parking mécanisé ou automatisé !

    Le 04/07/2011 à 16h21
      Nous suivre :
      Quand les danseurs de Beyoncé revoient leur choré, ils ne peuvent s'empêcher de faire ça

      Quand les danseurs de Beyoncé revoient leur choré, ils ne peuvent s'empêcher de faire ça

      logAudience