En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Caricatures de Mahomet : Charb s'explique


le 19 septembre 2012 à 10h36 , mis à jour le 19 septembre 2012 à 10h41.
Temps de lecture
2min
À lire aussi
Notre société"Si on commence à dire j'ai peur, c'est terminé, on arrête de faire des journaux, on arrête de faire de la polémique, on arrête la liberté de la presse", a déclaré le directeur de l'hebdomadaire Charlie Hebdo qui publie mercredi des caricatures de Mahomet.

Les réactions fusent mercredi matin après la publication par Charlie Hebdo de caricatures de Mahomet en pages intérieures et en dernières pages du journal. Politiques et représentants des cultes musulmans font entendre leur voix, dénonçant une provocation (lire : Islam/Caricatures : Marine Le Pen dénonce des reculades des politiques). Le principal intéressé, lui, se défend. Charb, dessinateur satirique et directeur de l'hebdomadaire Charlie Hebdo défend mercredi matin la publication de ses dessins au nom de la liberté de la presse. "Si on commence à dire j'ai peur, c'est terminé, on arrête de faire des journaux, on arrête de faire de la polémique, on arrête la liberté de la presse", a-t-il déclaré.  
 
L'une de ces caricatures montre Mahomet dénudé, dans une parodie d'une scène du film "Le Mépris" de Jean-Luc Godard où Michel Piccoli admire la chute de reins de Brigitte Bardot. Ces dessins "choqueraient ceux qui vont vouloir être choqués en lisant un journal qu'ils ne lisent jamais", avait-il déjà fait valoir mardi. "Si on commence à se dire, parce qu'il y a 250 excités qui manifestent devant l'ambassade des Etats-Unis, qu'il faut différer ou ne pas publier des dessins, ça veut dire que ce sont eux qui font la loi en France", s'était-il encore défendu.
  
 
 
 
 
 
 

Commenter cet article

  • bille_boquette : "Si on commence à dire j'ai peur, c'est terminé, on arrête de faire des journaux, on arrête de faire de la polémique, on arrête la liberté de la presse". Monsieur Charb n'a pas peur mais il a besoin de la protection des CRS. Quel courage !

    Le 20/09/2012 à 06h34
  • yannickatl : On vit dans un pays laic...sauf que beaucoup ne comprennent pas ce que veut dire un pays laic. Cela ne veut pas dire interdiction des religions mais la protection et le respect de toutes religions! Faire preuve de retenu et de respect envers une religion n'est pas une attente de la liberte de la presse mais une preuve d'intelligence.

    Le 19/09/2012 à 13h42
  • lionne1du59 : Vive la liberté je veux bien mais dans ce cas là on assume et on ne se fait pas protéger par la police aux frais du contribuable depuis 1 an ( 3 journaliste + des bureaux )!!!

    Le 19/09/2012 à 13h33
  • croafnt : Il faut qu'ils assument, il faut enlever la police, c'est facile comme cela. Et nos impôts vont encore servir à payer ce journal. Ils écrivent, ils livrent leur journal alors qu'ils s'assument, s'ils sont victimes de menaces ou de dégâts, c'est leur problème et pas le nôtre. Il faut qu'ils aillent jusqu'au bout et pas seulement en écrivant, mais de leur personne.

    Le 19/09/2012 à 13h05
  • liliane46 : Moi ce qui me dérange le plus, c'est lorsque j'entends le mec de Charlie Hebdo, qui claironne "si on commence à avoir peur, on ne fait plus rien" ...... Facile de rouler des mécaniques, quand on bénéficie d'une protection policière et qu'il y a un car de police avec 40 policiers pour protéger son journal...... s'il n'a pas peur, qu'il renonce à tout cela !

    Le 19/09/2012 à 13h00
      Nous suivre :
      Italie : une exposition photo au fond de la mer

      Italie : une exposition photo au fond de la mer

      logAudience