En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Caricatures de Mahomet : plainte contre Charlie Hebdo


le 19 septembre 2012 à 07h07 , mis à jour le 19 septembre 2012 à 22h47.
Temps de lecture
5min
À lire aussi
Services
    Notre sociétéUne plainte a été déposée au parquet de Paris contre Charlie Hebdo pour "provocation à la haine" après la publication de caricatures de Mahomet par l'hebdomadaire satirique.

    21h09 : "Pas approprié" pour Besancenot

    L'ancien candidat à l'élection présidentielle Olivier Besancenot a jugé mercredi "pas appropriée" la publication par Charlie Hebdo de caricatures de Mahomet. "Ce n'est pas approprié. J'ai en tête la phrase de Desproges: on peut rire de tout mais pas avec n'importe qui", a-t-il déclaré. "Là, c'est dans un contexte où les premières caricatures ont été amenées par un film islamophobe", a-t-il développé. "Emboîter le pas d'un film de fachos ce n'est pas une bonne idée. Et je n'ai pas envie de mêler mon rire avec le leur".

    18h54 : Borloo : "la liberté d'expression doit être soutenue"

    Le président de l'Union des démocrates et indépendants (UDI), Jean-Louis Borloo, a estimé mercredi que "la liberté d'expression doit être soutenue", même sur des sujets "qui peuvent blesser", après la diffusion par Charlie Hebdo de nouvelles caricatures de Mahomet. "Evidemment, la liberté d'expression doit être soutenue, même si par ailleurs ce sont des sujets qui peuvent blesser, qui sont difficiles, qui sont délicats", a déclaré sur I-Télé le dirigeant de la nouvelle formation centriste.

    18h32 : Washington doute du "jugement" de Charlie Hebdo 

    La Maison Blanche a mis en doute de Charlie Hebdo de publier des caricatures du prophète, tout en soulignant que rien ne pouvait justifier la violence. "Nous avons des questions sur le jugement qui a conduit à publier de telles choses", a déclaré le porte-parole du président Barack Obama, Jay Carney. Il a aussi souligné le soutien de Washington à la liberté de la presse et a prévenu que ces caricatures "ne justifient en aucun cas la violence".

    17h35 :  En Egypte, les écoles et centres culturels français fermés dès jeudi

    En Egypte, les écoles et centres culturels seront fermés dès jeudi par mesure de "précaution". "Même si aucune menace spécifique n'a été constatée en Egypte, il a été décidé de fermer jeudi les établissements scolaires et culturels français" dans le pays, indique le consulat dans un message adressé par e-mail à la communauté française. Ces établissements reprendront "sauf indication contraire" leurs activités dimanche, à l'issue du week-end égyptien, vendredi et samedi.

    17h10 : Plainte à Paris pour "provocation à la haine"

    Une plainte a été déposée au parquet de Paris au nom de l'Association syrienne pour la liberté contre Charlie Hebdo pour "provocation à la haine". Celle-ci estime que Charlie Hebdo "a décidé de jeter de l'huile sur le feu en diffusant une caricature contre le prophète Mohammed", selon le texte de cette plainte. Les plaignants accusent l'hebdomadaire de "provocation publique à la discrimination, à la haine ou à la violence nationale, raciale ou religieuse" ou encore de "diffamation publique raciale, religieuse". Une enquête a par ailleurs été ouverte par le parquet sur le piratage dont a été victime le site internet du journal.

    16h40 :  Les musulmans ont "le droit de protester" souligne Ennahda

    Le parti islamiste Ennahda au pouvoir en Tunisie a souligné mercredi que les musulmans avaient "le droit de protester" pacifiquement après la publication des caricatures du prophète Mahomet. Ennahda "exprime le droit des musulmans à protester et appelle à l'utilisation de moyens civils et pacifiques", a indiqué le parti, condamnant une "nouvelle attaque contre la personne du Prophète".

    16h19 : "De l'huile sur le feu", selon l'Osservatore Romano

    L'Osservatore Romano, quotidien  du Vatican, a qualifié mercredi la publication de caricatures de Mahomet par Charlie Hebdo d'"initiative discutable", qui  "jette de l'huile sur le feu". "Alors que l'on cherche péniblement à faire baisser la tension qui traverse  le monde islamique en raison du film 'Innocence des Musulmans', on risque  aujourd'hui d'ouvrir un nouveau front de protestation" avec la publication des  dessins satiriques du prophète Mahomet, a souligné l'Osservatore Romano.

    16h18 : Charlie Hebdo épuisé, de nouveau en kiosque vendredi

    Charlie Hebdo est en rupture de stock. "Les 75.000 exemplaire tirés comme d'habitude ont été vendus", a-t-il déclaré Charb le directeur de Charlie Hebdo. "On va refaire un tirage, Charlie Hebdo sera de nouveau dans les kiosques vendredi", a-t-il ajouté.

    16h : Al-Azhar, la plus haute autorité de l'islam sunnite condamne les caricatures

    Al-Azhar, la plus haute autorité de l'islam sunnite, basée au Caire, a condamné mercredi la publication par Charlie Hebdo de caricatures du prophète Mahomet. "Al-Azhar et tous les musulmans refusent catégoriquement l'insistance d'une publication française à publier des caricatures portant atteinte à l'islam et à son prophète", a dit le cheikh d'Al-Azhar, Ahmed al-Tayyeb, dans un communiqué.

    14h38 : Sécurité renforcée autour de l'ambassade française au Yémen

    Les autorités yéménites ont renforcé les mesures de sécurité autour de l'ambassade de France à Sanaa. "Ces mesures de sécurité ont été prises à la demande de l'ambassade", a-t-il ajouté sans plus de précisions. Quatre Yéménites avaient été tués le 13 septembre lors de la prise d'assaut de l'ambassade des Etats-Unis dans la capitale yéménite par des manifestants protestant contre un film réalisé aux Etats-Unis et dénigrant l'islam.

    13h45 : Caricatures de Mahomet "inutiles et mesquines" selon un ministre marocain

    Le ministre marocain du Tourisme, Lahcen Haddad, a jugé "inutiles" et "assez mesquines" les caricatures du prophète Mahomet publiées mercredi par Charlie Hebdo. "Je ne suis pas très religieux, et je crois vraiment en la liberté d'expression, mais cela implique une certaine responsabilité" de la part des médias, a-t-il déclaré. "Je crois que ces caricatures sont assez mesquines. Mais il faut les ignorer, traiter cela par l'indifférence. Le débat ne doit pas être mené par un producteur de film ou un caricaturiste", a-t-il estimé. Lire aussi notre article > Caricatures de Mahomet : Valls entre liberté d'expression et fermeté.

    13h19 : Manuel Valls : la liberté d'expression, un "droit fondamental"

    Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls a affirmé mercredi que la liberté d'expression, dont la caricature, était "un droit fondamental" encadré par la loi. A l'issue d'une rencontre avec les représentants du culte musulman, il a également appelé chacun "à faire preuve de responsabilité" et souligné qu'aucune manifestation troublant l'ordre public "ne sera tolérée".

    12h54 : Des clients déchirent Charlie Hebdo dans la rue à Paris

    "Quand j'ai ouvert à 6h00 ce matin, un homme attendait déjà là, une liasse de billets à la main. Il m'a demandé tous les exemplaires de Charlie Hebdo, avant de me dire qu'il comptait les détruire, ainsi que tous ceux qu'il trouverait chez les vendeurs de journaux du coin", a déclaré un kiosquier qui avait vendu tout son stock à 8h00. Un autre kiosquier du quartier a vu ses clients chiffonner sous ses yeux les exemplaires du journal satirique qu'ils venaient de lui acheter, lui reprochant de vendre un journal qui "allait créer des problèmes en France". "D'habitude, ça ne se vend pas et les exemplaires restent là toute la semaine", a dit un autre marchand de journaux, qui attend l'arrivée d'exemplaires supplémentaires de Charlie Hebdo vendredi ou samedi.

    12h40 : Le site de Charlie Hebdo piraté

    Le directeur de Charlie Hebdo, Charb, a annoncé mercredi que le site internet de l'hebdomadaire, était "bloqué car il a été piraté" après l'annonce de la publication de caricatures de Mahomet. "Le site est bloqué car il a été piraté. Apparemment, c'est une attaque encore plus massive qu'en 2011" quand Charlie Hebdo avait déjà publié des caricatures du prophète, a déclaré Charb à des journalistes au siège de l'hebdomadaire.

    12h39 : En Tunisie, les écoles françaises ferment dès mercredi à 14h

    Elles devraient rouvrir lundi à 8h. "C'est à titre préventif. Nous n'avons reçu aucune menace directe", a indiqué l'ambassade, qui restera fermée vendredi, jour de la grande prière.

    11h41 : "Un message" de calme dans les mosquées vendredi
    Le recteur de la Grande mosquée de Paris (GMP) Dalil Boubakeur a annoncé "la lecture d'un message dans toutes les mosquées" contrôlées par son organisation, lors de la grande prière de vendredi. Dalil Boubakeur entend "rendre la parole aux musulmans de France, seuls habilités à parler de l'islam". "Nous voulons rendre la vérité de l'islam de  France", a-t-il encore dit, après la publication des caricatures de Mahomet par Charlie Hebdo.

    11h32 : Valls reçoit les représentants musulmans
    Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls va recevoir les représentants musulmans à la mi-journée, selon le Conseil français du culte musulman. Seront notamment présents M. Moussaoui, le recteur de la grande mosquée de Paris (GMP) Dalil Boubakeur et des représentants de l'Union des organisations  slamiques de France (UOIF), réputée proche des frères musulmans. Pour l'heure, le CFCM n'a pas déposé de plainte pour injure ou pour un autre chef contre Charlie Hebdo, a précisé Mohammed Moussaoui. "Nous étudions quelle matière à poursuites il peut y avoir", a déclaré M. Moussaoui qui s'exprimait avant le rendez-vous Place Beauvau.

    11h21 : Ambassades et écoles fermées dans 20 pays vendredi
    Eviter le scénario libyen : tel est l'objectif du gouvernement français, qui a pris la décision mercredi de fermer les ambassades et les écoles vendredi, jour de grande prière dans le monde musulman. Cette mesure a été prise pour une vingtaine de pays où des débordements pourraient se produire. "Par mesure de précaution les ambassades, consulats, centres culturels et écoles seront fermés", a indiqué un responsable, précisant qu'"il n'y avait pas de menace avérée sur un quelconque établissement".

    10h54 : Réactions en pagaille
    François Fillon, Rama Yade,  le cardinal André Vingt-Trois, Marine Le Pen... Les réactions sont nombreuses mercredi à la publication de ces caricatures. 

    > Pour les lire c'est ici : Marine Le Pen dénonce des reculades politiques.

    10h45 : l'ambassade de Jakarta va fermer
    Le lycée français de Jakarta a annoncé mercredi qu'il fermerait ses portes vendredi, après la publication de caricatures qui pourrait susciter la colère en Indonésie, le plus grand pays musulman au monde. Le Lycée international français (Lif) qui regroupe un peu plus de 500 élèves, n'était pas joignable dans l'immédiat tandis que l'ambassade de France n'a pas souhaité faire de commentaires. L'ambassade de France à Jakarta a aussi annoncé la fermeture temporaire de toutes les implantations françaises en Indonésie.

    10h03 : Sécurité renforcée dans les ambassades
    La France a pris des "précautions de sécurité particulières" pour protéger ses ambassades. "J'ai évidemment envoyé des instructions pour que dans tous les pays où cela peut poser des problèmes", a déclaré le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius sur France Info, se disant "préoccupé".

    9h57 : Charb défend Charlie Hebdo
    "Que ceux qui ont peur d'être choqués n'achètent pas Charlie Hebdo", se défend mercredi matin sur LCI le directeur de l'hebdomadaire satirique. 

    > Charb dessine chaque semaine pour LCI : retrouvez-ici ses caricatures.

    9h51 : Marine Le Pen brandit la liberté d'expression
    Marine Le Pen (FN) a dénoncé des "reculades" de la classe politique face à des musulmans qui lui imposent "des bras de fer", alors que la liberté "n'est pas négociable". Sur France 2, la présidente du Front national a rappelé que "par principe", elle "déplore tout ce qui peut heurter les croyances, la foi". "Ce n'est pas à géométrie variable chez moi", alors que "quand ça touche les catholiques, la classe politique ne s'émeut pas beaucoup". Mais la "liberté d'expression dont découle la liberté de la presse" n'est "pas négociable", a-t-elle martelé. 

    8h57 : Charlie Hebdo s'arrache en kiosque
    Le numéro de Charlie Hebdo comportant à l'intérieur et en dernière page des caricatures de Mahomet était mercredi matin comme chaque semaine dans les kiosques, avec un gros succès de vente.

    8h43 :  Le site internet de Charlie Hebdo piraté ?
    Le site internet de Charlie Hebdo était inaccessible mercredi matin. Incident technique, trop grand nombre de requêtes, acte de pirates, les raisons du blocage du site n'étaient pas connues dans l'immédiat. Sur Facebook comme sur Twitter, opposants et soutiens de Charlie Hebdo publiaient des centaines de commentaires évoquant cette nouvelle Une, parfois avec des propos très violents. La page Facebook de l'hebdomadaire mise en ligne mardi soir avec la Une du journal comptait à 8h30 près de 1.400 messages.

    8h30 : Ayrault précise qu'on peut saisir les tribunaux
    Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a "dans le contexte actuel" affirmé sa "désapprobation face à tout excès" tout en rappelant la liberté d'expression  "dans le cadre de la loi". Il a appelé à "l'esprit de responsabilité de  chacun" et souligné que ceux que heurtent les caricatures ont la possibilité de saisir les tribunaux, dans l'"Etat de droit" qu'est la France où est "garantie la liberté de caricature". 

    5h45 : Des CRS devant Charlie
    La journée de mercredi pourrait bien être tendue aux abords des locaux de Charlie Hebdo. L'immeuble situé dans le XXe arrondissement de Paris était sécurisé depuis mardi soir par les forces de l'ordre qui craignent des représailles. Des fourgons de CRS ont pris position près du bâtiment de sept étages. (Lire notre article : les abords de Charlie Hebdo sécurisés) Cette mesure de précaution fait suite à l'annonce de l'hebdomadaire satirique, qui va publier mercredi en pages intérieures des caricatures de Mahomet, qui, selon son directeur Charb, "choqueraient ceux qui vont vouloir être choqués" (lire notre article >Charlie Hebdo va publier de nouvelles caricatures de Mahomet). La sécurité a, selon LCI, également été renforcée autour de l'ensemble des représentations françaises à l'étranger (ambassades, consulats...) dans les pays où ont lieu les manifestations contre le film anti islam.

    5h40: Appels au calme
    Le recteur de la Grande Mosquée de Paris, Dalil Boubakeur, a appelé "à ne  pas verser de l'huile sur le feu", tandis que Laurent Fabius, ministre des  Affaires étrangères, interrogé au Caire, s'est dit "contre toute provocation",  tout en rappelant l'importance de la liberté d'expression. Le Conseil français du culte musulman, organe représentatif des différents courants musulmans en France, a condamné "avec la plus grande vigueur ce nouvel  acte islamophobe qui vise à offenser délibérément les sentiments des musulmans". "Profondément attaché à la liberté d'expression", le CFCM "lance un  appel pressant aux musulmans de France à ne pas céder à la provocation". Le président du Crif Richard Prasquier "désapprouve" les caricatures qui, dans le contexte de tension actuel, relèvent d'"une forme de panache irresponsable".

    Les locaux de Charlie Hebdo avaient été détruits par un incendie criminel dans la nuit du 1er au 2 novembre 2011 après la publication d'un numéro spécial  rebaptisé "Charia hebdo", avec en Une la caricature d'un prophète Mahomet hilare. Une enquête est toujours en cours.

     

    Commenter cet article

    • eljusticier : Liberté d"expression oui , liberté de provocation non

      Le 20/09/2012 à 17h52
    • baron_von_bubba : Lorsque des caricatures collent à l'info du moment , je ne vois pas ou il y a provocation, Vous voudriez que toutes les caricatures, dessins ... parlent de tout sauf de ça ? et puis après tout à ceux que ça ne plaît pas ils n'ont cas pas le lire, surtout qu'il y a des caricatures de lui presque chaque semaine !!!! Et pour l'intelligence, voila une réflexion bien déplacée tant c'est relatif, on apprécie pas tous le même humour, c'est normal, et penser autrement est une preuve de non intelligence.

      Le 20/09/2012 à 11h48
    • elinhk133 : Je savais pas que croire au pere Noel etait une religion.

      Le 20/09/2012 à 08h43
    • elinhk133 : Lamamouche: "au nom de cette liberte" vous voulez dire "de cette d'interdiction"

      Le 20/09/2012 à 07h41
    • lap89 : Vous avez tout a fait raison,chapeau.

      Le 20/09/2012 à 07h35
        Nous suivre :
        Une journaliste démissionne en direct pour se battre pour la légalisation du cannabis

        Une journaliste démissionne en direct pour se battre pour la légalisation du cannabis

        logAudience