En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

INFO LCI - Caricatures : un homme qui voulait attaquer Charlie Hebdo arrêté


le 20 septembre 2012 à 06h36 , mis à jour le 20 septembre 2012 à 23h12.
Temps de lecture
5min
À lire aussi
Services
    Notre sociétéLa police a arrêté un jeune homme de 18 ans à Toulon. Il avait annoncé son intention de se rendre à Paris pour "tuer le rédacteur en chef de Charlie Hebdo".

    21h15 :  Le Drian appelle les Français des pays musulmans à la prudence vendredi

    Jean-Yves Le Drian a estimé que les ressortissants français dans les pays musulmans devaient être prudents et "de préférence" rester chez eux vendredi, jour de prière, en raison du risque de nouveaux mouvements de protestation liés aux caricatures de Charlie Hebdo. "Il faut être très vigilant et je suis soucieux, pour ma part, du fait qu'il y a en plus des soldats français en Afghanistan et au Liban, et que les risques sont réels", a-t-il déclaré.

    19h21 : L'Iran condamne les caricatures

    L'Iran a condamné jeudi la publication par l'hebdomadaire satirique français Charlie Hebdo de caricatures "insultantes" du prophète Mahomet, après une manifestation de 200 personnes devant l'ambassade de France à Téhéran. "La république islamique d'Iran condamne fermement les insultes contre les entités sacrées de l'islam" a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Ramin Mehmanparast, cité par l'agence Isna. Ces "caricatures insultantes sont un complot ourdi par des cercles sionistes", a-t-il accusé.

    18h44 : La Tunisie interdit les manifestations vendredi

    Le ministère tunisien de l'Intérieur a annoncé jeudi qu'il interdisait toute manifestation vendredi, indiquant disposer d'informations sur la préparation "de violences" pour protester contre des caricatures de Mahomet publiées en France. "Le ministère de l'Intérieur, en vertu de l'état d'urgence et afin de préserver la sécurité publique, informe qu'il interdit toute forme de manifestation sur tout le territoire tunisien vendredi 21 septembre 2012", selon un communiqué.

    17h39 : Une autre manifestation interdite à Paris

    Une autre manifestation lancée par un collectif d'associations sur la place du Trocadéro à Paris a été interdite par la préfecture. 

    17h24 :  INFO LCI Un homme qui voulait s'en prendre à Charlie Hebdo arrêté

    Selon nos informations, à Toulon, la police a arrêté un jeune homme de 18 ans qui avait annoncé sur Facebook son intention de se rendre à Paris pour "tuer le rédacteur en chef de Charlie Hebdo", à la suite de la publication de caricatures de Mahomet par le magazine satirique. C'est une de ses proches qui l'aurait dénoncé. Toujours selon nos informations, il était connu des services de renseignement pour sa fréquentation des milieux salafistes. Lors de son interpellation, les enquêteurs auraient retrouvé un couteau et une hachette. Il a été placé en garde à vue.

    16h38 : Charlie Hebdo, en publiant des caricatures de Mahomet, "s'engage dans une mauvaise bataille et commet une faute", estime jeudi Pouria Amirshahi, député PS de la circonscription des Français de l'Etranger englobant le Maghreb et l'Afrique de l'ouest. Tout en soulignant que l'hebdomadaire satirique était dans "son droit" en publiant de telles caricatures, le député considère que "la décision volontairement provocatrice du journal offre une tribune à des groupuscules parfois violents, ennemis souvent déclarés de la Démocratie et qui ne portent pas les aspirations des peuples méditerranéens".

    13h35 : Dati parle d'un "coup éditorial"

    Rachida Dati (UMP) a jugé jeudi qu'en publiant des caricatures - d'ailleurs "pas très drôles" selon elle - de Mahomet, Charlie Hebdo avait fait "un coup éditorial" inopportun, susceptible de "porter préjudice" à des Français. Tout en affirmant, sur Radio Classique et Public Sénat, son attachement à la liberté d'expression, l'eurodéputée a assuré que "tout le monde est un petit peu gêné". "Il faut aussi peser les conséquences de cette publication. J'ai vu des Français en Egypte qui disent: 'C'est facile pour vous, d'un trait de plume, de vous attaquer à des gens dangereux qui peuvent effectivement s'attaquer à nos vies'".

    12h45 :  Le site de Charlie Hebdo de nouveau opérationnel

    Le site internet de Charlie Hebdo, indisponible mercredi après la publication de caricatures du prophète Mahomet, était de nouveau opérationnel jeudi et le journal prévoit de porter plainte, a annoncé Valérie Manteau, porte-parole de l'hebdomadaire satirique. "Le site n'a pas été piraté mais a été victime d'une surcharge de dizaines de milliers de requêtes visant à le bloquer", a précisé Valérie Manteau, également journaliste au sein de l'hebdomadaire.

    11h39 : Une manifestation interdite à Paris
    Une manifestation prévue samedi devant la Grande mosquée de Paris pour protester contre le film islamophobe "Innocence of Muslims" ("L'Innocence des musulmans") a été interdite par la préfecture de police de Paris (PP). Un dispositif est à l'étude à Paris pour samedi.

    11h26 : Pour Tarik Ramadan, il ne "faut absolument pas manifester"
    L'intellectuel musulman Tarik Ramadan a estimé jeudi sur Europe 1 "qu'attaquer en justice Charlie Hebdo, manifester dans les rues de France, c'est totalement contre-productif" après la publication mercredi par l'hebdomadaire satirique Charlie Hebdo de caricatures  du prophète Mahomet. "Il ne faut absolument pas manifester, il appartient aux élites, aux  intellectuels, aux savants, à ceux qui sont les leaders d'organisations musulmanes de dire avec force ceci : même si notre coeur est blessé, notre intelligence doit avoir la dignité de ne pas répondre et de regarder au-delà, ça c'est la réponse qu'il faut donner", a ajouté Tarik Ramadan.

    11h23 :  "Petites" manifestations en Afghanistan
    Quelques centaines d'Afghans ont manifesté pacifiquement à Kaboul contre la publication de nouvelles caricatures et la diffusion du film américain islamophobe. Ces rassemblements étaient d'ampleur très limitée. 

    11h05 : Manifestations devant l'ambassade de France en Iran
    Une centaine de manifestants se présentant comme des "étudiants" se sont rassemblés jeudi devant l'ambassade de France à Téhéran. Les manifestants criant "mort à l'Amérique", "mort à Israël" et "mort à la France" étaient maintenus à distance de l'ambassade par un cordon de policiers. Ce rassemblement n'aurait pas été autorisé, selon les informations transmises à l'ambassade par le ministère iranien des Affaires étrangères. L'ambassade a été fermée par précaution.

    10h48 : Le NPA juge Charlie Hebdo "imbécile"
    Le NPA a renouvelé jeudi, en termes beaucoup plus vifs, ses critiques contre Charlie Hebdo, jugeant que l'hebdomadaire "participe à l'imbécillité réactionnaire du choc des civilisations". Dans un communiqué, le Nouveau Parti Anticapitaliste écrit qu'avec cette publication, "Charlie Hebdo a atteint son objectif: faire parler de lui, mais, ce faisant, il participe à cette agitation démagogique, politique des tensions et de diversion à laquelle les médias se complaisent à donner la plus grande publicité".

    10h46 : Soutien et/ou rejet des caricatures par la presse allemande
    Le quotidien financier allemand Financial Times Deutschland a clairement affiché jeudi en Une son soutien à l'hebdomadaire satirique français Charlie Hebdo. "Le ministère du Blasphème vous avertit: ce journal contient des textes critiques sur l'islam", peut-on lire en gros caractères dans un encart au milieu de la première page du FTD. La presse allemande s'est fait largement l'écho de l'initiative de Charlie Hebdo, émettant des avis partagés voire contradictoires à ce sujet, parfois même au sein d'un même titre.

    6h37 : Premières fermetures dès jeudi
    Les autorités françaises ont pris des mesures de sécurité. Le Quai d'Orsay a annoncé la fermeture vendredi des ambassades, consulats  et écoles françaises dans une vingtaine de pays musulmans, même s'il n'y a pas  de "menace avérée sur un quelconque établissement". Au Caire, en Egypte, une dizaine de fourgons de la police et deux véhicules de pompiers équipés de canons à eau étaient stationnés autour de l'ambassade de France. Ecoles et centres culturels français dans le pays devaient fermer dès  jeudi. Dès mercredi les autorités yéménites ont renforcé la sécurité autour de l'ambassade de France à Sanaa, tandis que la dizaine d'établissements scolaires français de Tunisie étaient fermés dès mercredi. Pour des raisons de sécurité, les autorités françaises n'ont pas souhaité divulguer la vingtaine de pays en alerte maximale.
      
    6h15 : Charlie Hebdo toujours sous haute sécurité
    A Paris, la sécurité a été renforcée autour de l'immeuble abritant la  rédaction de Charlie Hebdo, victime d'un incendie criminel en novembre 2011  après la publication de dessins représentant Mahomet. Jeudi matin, des CRS étaient toujours présents devant le bâtiment.

    6h00 : Charlie Hebdo, retour en kiosque vendredi
    Charlie Hebdo est en rupture de stock. "Les 75.000 exemplaire tirés comme d'habitude ont été vendus", a-t-il déclaré Charb le directeur de Charlie Hebdo. "On va refaire un tirage, Charlie Hebdo sera de nouveau dans les kiosques vendredi", a-t-il ajouté. 
     

    Mercredi

    Borloo : "la liberté d'expression doit être soutenue"
    Le président de l'Union des démocrates et indépendants (UDI), Jean-Louis Borloo, a estimé mercredi que "la liberté d'expression doit être soutenue", même sur des sujets "qui peuvent blesser", après la diffusion par Charlie Hebdo de nouvelles caricatures de Mahomet. "Evidemment, la liberté d'expression doit être soutenue, même si par ailleurs ce sont des sujets qui peuvent blesser, qui sont difficiles, qui sont délicats", a déclaré sur I-Télé le dirigeant de la nouvelle formation centriste.

    Washington doute du "jugement" de Charlie Hebdo
    La Maison Blanche a mis en doute de Charlie Hebdo de publier des caricatures du prophète, tout en soulignant que rien ne pouvait justifier la violence. "Nous avons des questions sur le jugement qui a conduit à publier de telles choses", a déclaré le porte-parole du président Barack Obama, Jay Carney. Il a aussi souligné le soutien de Washington à la liberté de la presse et a prévenu que ces caricatures "ne justifient en aucun cas la violence".

    Plainte à Paris pour "provocation à la haine"
    Une plainte a été déposée au parquet de Paris au nom de l'Association syrienne pour la liberté contre Charlie Hebdo pour "provocation à la haine". Celle-ci estime que Charlie Hebdo "a décidé de jeter de l'huile sur le feu en diffusant une caricature contre le prophète Mohammed", selon le texte de cette plainte. Les plaignants accusent l'hebdomadaire de "provocation publique à la discrimination, à la haine ou à la violence nationale, raciale ou religieuse" ou encore de "diffamation publique raciale, religieuse". Une enquête a par ailleurs été ouverte par le parquet sur le piratage dont a été victime le site internet du journal.

    Les locaux de Charlie Hebdo avaient été détruits par un incendie criminel dans la nuit du 1er au 2 novembre 2011 après la publication d'un numéro spécial  rebaptisé "Charia hebdo", avec en Une la caricature d'un prophète Mahomet hilare. Une enquête est toujours en cours.

    Commenter cet article

    • modifiable7 : Oui bien sûr, et surtout la fraternité !... (HUM).

      Le 21/09/2012 à 17h47
    • rigolo27 : Bien dit !

      Le 21/09/2012 à 08h17
    • mpb67 : Bravo!

      Le 20/09/2012 à 21h44
    • edt992 : Ras le bol de ces terroristes

      Le 20/09/2012 à 21h39
    • romainyan77 : En France, il y a des droits et des devoirs, des libertés et des interdictions. Le journal est dans le droit, il est légal. Il y a des libertés FONDAMENTAL la liberté de la presse, la liberté d'opinion, la liberté de réunion, et j'en passe. Les musulmans, vous avez le droit de manifester, c'est le droit de réunion ! Insulté, agresser, et vouloir tué est moins grave. Si vous ne respectez pas ces liberté fondamental, d'autre pays on besoin d'habitants. Manifester, oui, par la violence : Non ! Je suis pour la liberté de la presse. Je suis donc d'accord que ce journal puissent comme tout les autres avoir le droit de s'exprimer. Respections nos valeurs qui sont la liberté, l'égalité et la fraternité !

      Le 20/09/2012 à 21h38
        Nous suivre :
        Quand les danseurs de Beyoncé refont la choré en plateau

        Quand les danseurs de Beyoncé refont la choré en plateau

        logAudience