En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Demande de grâce présidentielle : qui sont les soutiens de Jacqueline Sauvage ?

Edité par
le 27 janvier 2016 à 19h05 , mis à jour le 27 janvier 2016 à 19h13.
Temps de lecture
5min
Jacqueline Sauvage
A lire aussi
Notre société Alors que François Hollande a dit avoir "bien entendu la mobilisation" pour obtenir la grâce présidentielle de Jacqueline Sauvage, le comité de soutien de cette dernière grossit de jour en jour. Famille, politiques, artistes, féministes ; ses supporters sont aussi divers que nombreux.

Jacqueline Sauvage sera-t-elle graciée ? Si François Hollande a "bien entendu la mobilisation" pour obtenir la grâce présidentielle de cette femme de 66 ans condamnée à dix ans de prison pour avoir tué son mari violent en 2012, il a tenu à rappeler mardi qu'il fallait "des circonstances exceptionnelles" pour en venir à utiliser l'article 17 de la constitution.
 
Des "circonstances exceptionnelles", c'est justement ce qu'avance le comité de soutien de Jacqueline Sauvage, pour plaider le bien-fondé de la demande de grâce. Car, avant de tuer son mari de trois coups de fusil, elle avait été, avec ses filles, la victime de violences conjugales incessantes pendant 40 ans.

Famille, artistes, journalistes, personnalités politiques, militant(e)s féministes ou simples anonymes, depuis la condamnation de Jacqueline Sauvage au début du mois de décembre, les rangs de ses soutiens se garnissent chaque jour un peu plus.
 
Sa famille
 
Au mois de décembre, après la condamnation de Jacqueline Sauvage, ses filles Sylvie, Carole et Fabienne ont déposé une demande de grâce présidentielle. "Monsieur le Président, notre mère a souffert tout au long de sa vie de couple, victime de l'emprise de notre père, homme violent, tyrannique, pervers  et incestueux", avaient-elles alors écrit à François Hollande.
 
Les politiques
 
D'Anne Hidalgo à Valérie Pécresse, en passant par François Fillon, Jean-Christophe Cambadélis, Jean-Luc Mélenchon, Daniel Cohn-Bendit ou encore Jean-Christophe Lagarde et même Marine Le Pen, la demande de grâce de Jacqueline Sauvage transcende les clivages politiques habituels. De la gauche de la gauche jusqu'au FN, presque tous les partis ont témoigné leur soutien en faveur de sa libération. Mardi, les députées Les Républicains Nathalie Kosciusko-Morizet et Valérie Boyer lui ont d'ailleurs rendu visite, dans la prison de Saran (Loiret), demandant à François Hollande de "s'exprimer sur la demande de grâce", appuyée par un "courrier de plus de 50 parlementaires".

 

 


 
Artistes et journalistes
 
Les actrices Sophie Marceau, Nathalie Baye, Anny Duperey ou encore Eva Darlan, à l'origine de la création du comité de soutien, la productrice Fabienne Servan-Schreiber, la chanteuse Maurane, les journalistes Jean-Jacques Bourdin et Jean-Michel Apathie ; le monde artistique et médiatique n'a pas manqué non plus d'afficher son soutien à Jacqueline Sauvage. "Certes elle a tué", avait lancé Anny Duperey. "Il ne s'agit pas d'(obtenir, ndlr) un acquittement, il s'agit, au regard de ce qu'elle a souffert, d'en prendre compte".

 


 
Associations et militant(e)s féministes
 
Dès le lendemain du verdict, l'association Osez le féminisme avait dénoncé un "déni de justice", appelant "à l'élargissement de la présomption de légitime défense aux femmes victimes de violences". Depuis, à l'instar des Femen qui ont manifesté seins nus vendredi dernier devant la prison à Saran, plusieurs groupes féministes ont suivi. "Elle était frappée sans cesse, elle était violée, les gamins étaient violés, elle n'a pas réussi à porter plainte parce qu'elle n'était pas aidée", avait dénoncé Suzie Rojtman, porte-parole du Collectif national pour les droits des femmes.


 
De (très) nombreux anonymes
 
Une pétition lancée au début du mois de décembre sur le site Change.org récoltait déjà plus de 366.000 signatures mercredi soir. Une mobilisation de l'opinion qui pourrait "aider" à fléchir les juges, espère Me Nathalie Tomasini, l'une des deux avocates de Jacqueline Sauvage, qui se prépare à demander dans les prochaines semaines un aménagement de peine devant le tribunal d'application des peines à Orléans. Si cette requête est refusée, l'avocate souligne que "Jacqueline Sauvage ne pourrait pas sortir de prison avant juin 2018".

 

A LIRE >>> Violences conjugales : la mobilisation pour obtenir la libération de Jacqueline Sauvage s'amplifie

 

VIDÉO. Baye, Marceau, Cambadélis... des soutiens "inespérés" pour la fille de Jacqueline sauvage 

 

 

VIDEO. Les avocates de Jacqueline Sauvage font le point

 

 

VIDEO. Condamné pour avoir tué son mari violent : la mobilisation pour Jacqueline Sauvage prend de l'ampleur 

 

VIDEO. Jacqueline Sauvage bientôt graciée ? Sa famille sera reçue par François Hollande

 

Commenter cet article

      Nous suivre :

      Pour rattraper son chat, elle bloque une autoroute

      logAudience