En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Dictée : et si on ne sanctionnait plus les fautes d'orthographe ?

Edité par
le 10 avril 2014 à 16h52
Temps de lecture
3min
"Mets tes bakets et bats ta maladie" et... fais ta dictée
A lire aussi
Notre société Le ministère de l'Education nationale planche actuellement sur un nouveau barème de notation pour les dictées, basé sur la valorisation et non la sanction. Le principe ? Ne plus compter le nombre de fautes mais le nombre de mots bien écrits.
La fin des mauvaises notes en dictée ? Le ministère de l'Education nationale travaille actuellement sur un nouveau barème de notation pour cet exercice scolaire. Le principe : valoriser plutôt que sanctionner. Il s'agirait ici de ne plus compter le nombre de fautes mais plutôt le nombre de mots qui sont bien orthographiés. C'est ce qu'on appelle "l'évaluation positive". Une nécessité pour le ministère qui a écrit, dans une note révélée par le site RTL, que l'actuel système de notation de la dictée ne permettait pas "de bien cerner" les "difficultés orthographiques" d'un élève ni "les remèdes" qu'on pouvait lui apporter.

"Sortir de la dictée punitive"
Certains enseignants appliquent d'ores et déjà un autre mode de notation, dans leurs établissements. Comme Albane Grunchec, enseignante en CE2 à l'école Saint-Jacques de Compostelle à Nantes, qui a choisi de noter ses élèves selon "un pourcentage de réussite". "Je ne m'attends pas à ce que l'enfant ait 100% de réussite, moi ce que je veux c'est qu'il y ait une progression". De l'autre côté de la cour, dans le collège du même nom, Chantal Favreau, professeur de français, explique qu'il est "compliqué de trouver la bonne solution, de ne pas trop sanctionner". "Parce qu'on arrive très vite à zéro sinon" explique-t-elle. C'est pour cette raison qu'elle et ses collègues réfléchissent "sur de nouvelles façons de noter l'orthographe".
Anne Couet, elle aussi professeur de français au collège Saint Jacques de Compostelle à Nantes, insiste sur la nécessité de "sortir de la dictée punitive" qui est, à ses yeux, "absolument épouvantable et qui désespère les élèves". Elle préfère plutôt "privilégier les réussites en mettant par exemple des points bonus, en mettant en place un pacte orthographie personnel avec l'élève", surtout lorsqu'il connaît "des problèmes de langue ou de lecture". 
Un barème déjà mis en place
Selon la radio RTL, ce barème a déjà été expérimenté lors du dernier brevet des collèges, dans les académies de Poitiers et Créteil. Trois groupes d'erreurs avaient été constitués pour corriger les 1 500 copies concernées : accord groupe nominal, accord groupe verbal et orthographe lexicale. Mais il ne s'agissait ici que d'une simple expérimentation, le barème n'ayant pas vocation à être généralisée pour le moment. Les premiers résultats obtenus ne seraient d'ailleurs pas significatifs : les notes obtenues par les élèves n'auraient en effet pas beaucoup augmenté.
Commenter cet article

  • halx : Ouais surtout à l'oral!!!

    Le 11/04/2014 à 17h33
  • halx : C'est déjà le cas!!!

    Le 11/04/2014 à 17h32
  • taxeratort : Ne pas faire de votre cas une généralité !!!

    Le 11/04/2014 à 15h18
  • romain-jean : Ecrire votre commentaire ici ... Pourquoi les jeunes générations font des fautes d'orthographe ???que nos chères têtes pensantes y réfléchissent au lieu de ne plus sanctionner. N'importe quoi !!!!!!ils devraient regarder aussi les dictées proposées pour obtenir son certificat d'études lorsqu'il existait. À méditer !!!!! On change on change et l'enseignement va de mal en pis !!!!!!

    Le 11/04/2014 à 10h19
  • elinhk133 : Ça veut dire quoi "une dictée punitive"? Comme tout contrôle, une dictée sert à s'améliorer.

    Le 11/04/2014 à 07h43

      Les images du nouvel atterrissage réussi d'une fusée SpaceX en caméra embarquée

      logAudience