En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Dieudonné : de l'anti-racisme à l'antisémitisme


le 27 décembre 2013 à 19h39
Temps de lecture
4min
Dieudonné, en 2009.

Dieudonné, en 2009. / Crédits : FRANCOIS GUILLOT / AFP

À lire aussi
Notre sociétéChronologie - Dieudonné, dont le ministre de l'Intérieur étudie les moyens de faire interdire les spectacles, a eu un parcours singulier. Dans les années 90, il est l'un des fers de lance du combat anti-raciste avec son comparse Elie Semoun. Vingt ans plus tard, il est l'étendard d'une mouvance contestataire, qui flirte avec l'antisémitisme.

Dieudonné M'Bala M'Bala, né en 1966 d'une mère française et d'un père camerounais, devient célèbre dans les années 90 pour ses sketches avec l'humoriste Elie Semoun. Avec un humour corrisif et provocateur, le duo pourfend le racisme. Mais au fil des années, les idées de Dieudonné évoluent. Au début des années 2000, les deux comparses cessent de travailler ensemble. Dès lors, Dieudonné va multiplier les provocations, jusqu'à devenir un humoriste à la dérive. Retour sur son parcours.
 
Mai 1997
Il se présente aux législatives à Dreux comme candidat anti-FN contre Marie-France Stirbois. Il déclare alors: "Le seul parti qui m'inquiète et contre lequel je m'engage, c'est le Front national". Il obtient 7,74% des suffrages.
 
30 novembre 2000
Dans le sillage de Coluche en 1981, il annonce son intention de concourir à la présidentielle de 2002 pour "révéler le malaise" des citoyens face au "manque de crédit" des hommes politiques. "Je suis de toutes façons, par culture, un homme de gauche, bien que je ne sache plus aujourd'hui où est la gauche". Il renoncera par la suite à se présenter.
 
4 mars 2001
Il renonce également à se présenter aux municipales de Dreux pour laisser toutes ses chances au candidat socialiste. Il reçoit alors le soutien des Verts, de Guy Bedos, de Daniel Cohn-Bendit.
 
6 juin 2002
Il se présente aux législatives à Sarcelles, dans le Val-d'Oise, notamment contre Dominique Strauss-Kahn, et recueille 2,2% des suffrages.
 
Décembre 2003
Sur le plateau d'une émission de Marc-Olivier Fogiel, sur France 3, il apparaît grimé en juif religieux exécutant le salut nazi au cri de "IsraHeil". Même s'il est relaxé deux ans plus tard, il est devenu aux yeux de beaucoup, dont Elie Semoun, un "Le Pen de gauche".
 
Juin 2004
Il se présente aux européennes sur une liste "Euro-Palestine" qui obtient 1,83% des suffrages en Ile-de-France. Quelques mois plus tard, il rompt avec ce mouvement pour ne pas, dit-il, diviser "la résistance palestinienne".
 
Février 2005
Il déclenche une nouvelle polémique en évoquant, à Alger, "la pornographie mémorielle" qui prévaudrait, selon lui, autour de la mémoire de la Shoah.
 
11 novembre 2006
Premier rapprochement officiel avec Jean-Marie Le Pen à la fête bleu-blanc-rouge du Front national au Bourget. Une partie de l'état-major du FN s'affiche peu après à l'un de ses spectacles.
 
26 décembre 2006
Il invite le négationniste Robert Faurisson sur la scène du Zénith à Paris, lors d'un de ses spectacles.
 
Juillet 2008
Jean-Marie Le Pen devient le parrain du quatrième enfant de Dieudonné.
 
22 avril 2010
Plusieurs associations antiracistes réclament des poursuites pénales contre Dieudonné qui, dans une vidéo, s'en prend au journaliste Eric Zemmour et affirme "les plus gros escrocs de la planète sont tous des juifs".
 
8 juin 2010
Il est condamné à 5000 euros d'amende pour des propos jugés diffamatoires envers la Licra
 
15 janvier 2012
Il présente, dans son théâtre parisien de la Main d'Or, son premier long métrage, "L'antisémite" dont il joue le rôle principal. Robert Faurisson y joue son propre rôle.
 
Automne 2013
Dans son spectacle à la Main d'Or, il s'en prend au journaliste Patrick Cohen en lançant notamment: "Quand je l'entends parler, Patrick Cohen, je me dis, tu vois, les chambres à gaz... Dommage". Radio France saisit la justice.
 
27 décembre 2013
Le ministère de l'Intérieur annonce étudier les possibilités juridiques d'interdire les spectacles et réunions publiques de Dieudonné en raison des "propos racistes et antisémites" qui y sont tenus.

Commenter cet article

  • 11030 : Publier un commentaire...

    Le 23/01/2014 à 23h47
  • pamina2 : ... Qui promet de les défendre... les promesses n'engagent que ceux qui y croient...

    Le 30/12/2013 à 10h57
  • shooby02470 : Oui enfin c'est ce qu'ils tentent de faire croire, que les second sont déconnectés des premiers. Mais si elle a réussie à faire venir des personnes plus "politiquement correcte", il reste quand même quelques "irréductibles gaulois"

    Le 30/12/2013 à 08h59
  • vingue : Le FN aujourd'hui est totalement séparé de l'extrême-droite historique française. L'extrême-droite française est constituée des héritiers de ceux qui ont refusé la révolution de 1789. L'extrême-droite refuse la république. Elle est pour une société d'ordres au sens ancien. Le Front National n'a rien à voir avec tout cela. Il n'est absolument pas anti-républicain, il s'est toujours mis dans le moule, a toujours joué le jeu des élections. Le danger ne vient pas du FN populiste, mais de ceux qui ont formé une alliance avec les pays étrangers qui veulent imposer leur vision du monde. Je crois que les Français sentent que leur cause est abandonnée par les partis traditionnels et, refusant de mourir, se tournent vers le seul parti qui promet de les défendre. La puissance montante du FN est le résultat de l'abandon de tout ce qui a fait la France.

    Le 28/12/2013 à 07h15
      Nous suivre :
      Le pire du foot

      Le pire du foot

      logAudience