En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

En 2011, 146 personnes sont mortes, victimes de leur conjoint


le 03 août 2012 à 14h39 , mis à jour le 03 août 2012 à 14h49.
Temps de lecture
3min
campagne_violences_femmes

Image extraite d'un film contre les violences conjugales. / Crédits : DR

A lire aussi
Notre sociétéEn 2011, 146 personnes sont décédées, victimes de leur partenaire ou ex-partenaire, un nombre en léger recul par rapport aux années précédentes, a annoncé vendredi le ministère de l'Intérieur.

122 femmes qui sont mortes l'an passé, du fait de la violence de leur compagnon ou ex-compagnon, et 24 hommes, victimes de leur compagne ou ex-compagne, a recensé la Délégation aux victimes pour le ministère. Sur les 24 femmes auteurs d'homicide, 12 d'entre elles étaient elles-mêmes victimes de violences de la part de leur partenaire. En moyenne, une femme décède ainsi tous les trois jours et un homme tous les quinze jours. En 2010, 174 décès au sein du couple avaient été enregistrés (165 en 2009, 183 en 2008 et 192 en 2007).

Dans le cadre familial, 11 enfants ont également été victimes des violences mortelles exercées par leur père ou leur mère en 2011. Et en incluant les suicides des auteurs et les homicides de victimes collatérales, ces violences mortelles ont occasionné au total le décès de 224 personnes, soit 15 de moins qu'en 2010, selon les chiffres du ministère.

L'auteur masculin est le plus souvent marié, de nationalité française, sans activité professionnelle, et a entre 41 et 60 ans. Il commet son acte sans préméditation, avec une arme blanche ou une arme à feu, parce qu'il n'accepte pas la séparation. L'auteur féminin vit le plus souvent en concubinage, est de nationalité française, sans activité professionnelle, et a entre 31 et 50 ans. Elle commet son acte sans préméditation, avec une arme blanche, à cause de disputes ou pour mettre fin aux violences subies. En 2011, les Bouches-du-Rhône et le Nord (8 cas chacun) ont été les deux départements les plus touchés par le phénomène.

Commenter cet article

  • heybaal : C'est bien de donner des chiffres, mais n'hésitez pas à creuser encore un peu plus loin.

    Le 06/08/2012 à 12h37
  • annif60 : Le probleme ne se situe malheureusement pas au niveau des avocats, ils sont la pour eplucher votre cas , exposer et demander que des decisions soient prisent, ce qui a été fait mais leur pouvoir est limité . Le problème (me concernant , car peut etre que dans d autre cas c 'est différent) c'est de faire appliquer les jugements, j'ai été mise a l index parce que trop souvent dans les locaux des personnes chargé de faire respecter les lois , parce que juger procéduriere , parce qu on ne peut empecher quelqu'un d etre dans la rue, parce que proprietaire du meme bien que moi donc le droit de se trouver au domicile, parce que on sait et on admet que son attitude n est pas normal mais il ne se passe rien donc pas condamnable, parce que tout doit se prouver et comment prouver tout cela a part ma bonne parole contre la sienne. Je crois que le plus dur a ete d accepter d avoir un document officiel dans les mains ordonnant au force de l ordre de faire respecter un jugement et de comprendre que j etais seule face a un psycopathe.

    Le 06/08/2012 à 00h12
  • ptiteriviere31 : Votre témoignage est émouvant annif60 et je ne peux que vous souhaitez beaucoup de courage à vous et à vous enfants, mais en parcourant la liste effarante des violences que vous subissez je me demande s'il ne serait pas temps pour vous de changer d'avocat...

    Le 05/08/2012 à 11h24
  • fgi : Vous êtes courageuse. je n'ai pas votre patience, et d'agneau je serais devenue loup, lui menant la vie dure, lui coupant les moyens d'agir.

    Le 04/08/2012 à 12h45
  • antirobert21 : Votre témoignage est émouvant. Je vous souhaite de vous en sortir, par vos propres moyens, hélas...

    Le 03/08/2012 à 18h01
      Nous suivre :
      Jake Gyllenhaal halluciné et hallucinant dans "Night Call"

      Jake Gyllenhaal halluciné et hallucinant dans "Night Call"

      logAudience