En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Film anti-islam : d'où vient l'appel à manifester à Paris ?

Amélie Gautier par
le 18 septembre 2012 à 14h47 , mis à jour le 18 septembre 2012 à 15h46.
Temps de lecture
4min
Un rassemblement non déclaré de musulmans intégristes protestant contre le film anti-islam qui a déjà embrasé le monde arabe s'est tenu samedi devant l'ambassade américaine à Paris.

Un rassemblement non déclaré de musulmans intégristes protestant contre le film anti-islam qui a déjà embrasé le monde arabe s'est tenu samedi devant l'ambassade américaine à Paris. / Crédits : TF1/LCI

À lire aussi
Notre sociétéINTERVIEW - Alors que de nouveaux appels à manifester le week-end end prochain pour protester contre le film islamophobe circulent mardi sur les réseaux sociaux, un spécialiste de l'Islam explique à TF1 news ne pas croire à la thèse d'une manifestation instrumentalisée par les salafistes.

TF1 News : Est-ce que l'on sait qui se cache derrière ces appels à manifester en France contre le film islamophobe "Innocence of Muslims" ("L'Innocence des musulmans"). Après la manifestation de samedi près de l'ambassade américaine, de nouveaux appels circulaient mardi sur les réseaux sociaux pour des manifestations samedi prochain à Paris et plusieurs villes de province...
Samir Amghar*
: Non. Organisation ? Imam ? Conférencier ? Jusqu'à présent, on ne sait pas qui est derrière tout ça. Personnellement, je ne suis pas au courant d'une nouvelle initiative. Mais selon moi, il y a chez ces personnes à l'origine de ces appels, la volonté d'établir un rapport de force avec les pouvoirs publics. Avant la manifestation de samedi dernier, un premier appel n'avait pas été suivi. Cette fois, elle a certes été médiatisée mais elle a été dispersée. Donc objectivement, c'était un échec. Avec cet éventuel troisième appel pour le 22 septembre, il y a cette volonté certaine d'un événement d'une plus grande ampleur.
 
TF1 News : Ces appels pourraient-ils avoir été spontanés ?
S.A. Cela fait écho à ce qui s'est passé en Tunisie ou en Egypte. Ce ne sont pas des structures organisées, des partis politiques qui ont encadré ces révolutions, c'est quelque chose de spontané qui s'est développé via les réseaux sociaux. On s'affranchit du cadre institutionnel des politiques ou des syndicats, on fonctionne sur la base des réseaux interpersonnels. Selon moi, on est dans la même configuration en France pour cette manifestation. Ce seraient des personnes qu'on n'aurait pas identifiées comme des musulmans radicaux mais de simples fidèles qui se sont sentis outragés et qui se seraient dit "pour une fois, on va réagir, se mettre sur le devant de la scène, sans se mettre en avant..."
 
TF1 News : Depuis cette vague de colère qu'a suscitée à travers le monde L'innocence des musulmans, on reparle beaucoup des salafistes. Pouvez-vous nous rappeler ce qu'est le salafisme ?
S.A. : C'est un mouvement ultra-orthodoxe de l'islam qui prône une approche littéraliste des versets coraniques et de la tradition prophétique. Un retour à la manière dont les "salaf", "les ancêtres pieux", c'est-à-dire les compagnons du prophète Mahomet, ont compris et appliqué l'islam. Cela passe notamment par une imitation de la manière dont vivait le prophète de l'islam. S'il portait une barbe, il faut porter une barbe ; s'il mangeait de la main droite, il faut manger de la main droite etc. Les salafistes essayent de "récupérer" les "musulmans lambdas" pour les remettre dans le droit chemin.

Actuellement, le terme "salafisme" est dévoyé. On l'utilise comme synonyme d'intégrisme, d'islamisme, de radicalisme. Or, les salafistes, qui sont environ 13.000 en France, selon les chiffres de l'Intérieur, sont ultra-majoritairement piétistes. Les politiques sont minoritaires et les révolutionnaires -considérant le Jihad (guerre sainte, ndlr) comme une obligation religieuse, ultra-minoritaires. (Lire : le salafisme c'est quoi ?)
 
TF1 News :Le ministre de l'Intérieur avance que certains des manifestants appartiendraient à des "petits groupes salafistes très actifs". Votre avis ?
S.A. : C'est difficile à dire, je ne les ai pas rencontrés et je n'ai pas trouvé sur les sites communautaires salafistes d'appel à manifester. Au vu des images, certains, avec leur barbe longue, leur djellaba et leur keffieh ont effectivement un "look salafi". Mais ce type de look n'est pas uniquement l'apanage du salafiste. Il est celui du musulman qui veut augmenter sa piété religieuse.

Concernant les autres manifestants au look plus "urbain", ils sont venus parce qu'ils considéraient que leur foi avait été offensée par le film anti-islam. Ces jeunes issus des quartiers populaires ont l'habitude de surfer sur les réseaux sociaux où ils ont découvert l'appel à manifester. Depuis le 11-Septembre, le contexte est très particulier. Pour ces jeunes des quartiers, à la discrimination économique, sociale et politique, s'est ajoutée la discrimination religieuse. Ils représentent un terrain fertile pour les salafistes. Leur discours : si vous êtes exclus, c'est parce que vous êtes d'origine musulmane. Revenez à l'islam et vous aurez des solutions concrètes à appliquer pour sortir de cette exclusion.
 
*Sociologue spécialiste de l'Islam contemporain, Samir Amghar est notamment l'auteur de Le salafisme d'aujourd'hui. Mouvements sectaires en Occident, (éd. Michalon).

Commenter cet article

  • didierbretagne : Il faut les faire voter aux prochaines municipales.

    Le 18/09/2012 à 18h54
  • cadetroussel768 : C'est le moment pour valls de se montrer efficace sur le terrain, de nous prouver qu'il est capable d'autre chose que de bablater...

    Le 18/09/2012 à 16h29
  • yzae84 : Très intéressant comme papier et on apprend en plus qu'ils veulent remettre ça pour le 22 Septembre les RG sont au courant tout de même !:0)

    Le 18/09/2012 à 16h21
  • nathsanta : Pauvre france!!!!

    Le 18/09/2012 à 15h49
      Nous suivre :
      États-Unis : deux femmes passent sous un train et échappent à la mort

      États-Unis : deux femmes passent sous un train et échappent à la mort

      logAudience