En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Le Crif appelle à "ne pas mélanger" islamophobie et antisémitisme


le 11 novembre 2012 à 08h02 , mis à jour le 11 novembre 2012 à 08h05.
Temps de lecture
3min
Enquête sur l'antisémitisme au quotidien

Au cours des huit premiers mois de l'année, 386 actes antisémites ont été enregistrés selon les plaintes déposées en commissariat ou gendarmerie. Des chiffres en forte hausse par rapport à 2011 qui inquiètent la communauté juive. / Crédits : TF1/LCI

A lire aussi
Notre société Le Conseil représentatif des institutions juives de France appelle à ne pas mettre sur un même pied antisémitisme et islamophobie, estimant que les juifs couraient "des risques" de violences quand les musulmans souffrent de "discriminations".

L'éditorial du président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), Richard Prasquier, a été publié vendredi sur le site internet de l'institution. Il se présente comme une réponse à la demande du Conseil français du Culte musulman (CFCM), qui a réclamé jeudi au président François Hollande une "déclaration solennelle" sur l'islamophobie, telle que celle prononcée sur l'antisémitisme.

"Je hais l'antisémitisme et je hais l'islamophobie. Mais j'essaie de ne pas tout mélanger", écrit Richard Prasquier dans son éditorial. Avant d'ajouter : "La facilité mimétique est tentante, mais trompeuse, car l'islamophobie n'est pas un doublon de l'antisémitisme".

Les juifs font l'objet de brimades et de violences dans certains "territoires perdus de la République", écrit-il. Mais "je n'ai pas entendu parler de brimades exercées contre des musulmans à l'école (...) ni de réseau de branquignols haineux effectuant des attentats contre des lieux liés à l'Islam." A l'inverse, poursuit Richard Prasquier, "les discriminations contre les musulmans sont une sombre réalité de notre société, les discriminations contre les Juifs ont à peu près disparu." De même, selon lui, "l'Islam a droit au même respect que les autres religions. Je ne crois pas que cela soit le cas et nous devons lutter pour que cela le devienne." 

François Hollande a assuré le 1er novembre à Toulouse que la France était déterminée à "combattre sans relâche l'antisémitisme" et à "le pourchasser partout", ajoutant que c'était "une cause nationale", lors de la cérémonie d'hommage aux victimes de Mohamed Merah, au collège-lycée Ohr Torah. Les musulmans, qui déplorent une recrudescence des actes hostiles à leur encontre (dégradations de mosquées, occupation de celle de Poitiers, etc.), ont demandé à être "associés à cette cause nationale". 
 

Commenter cet article

      Nous suivre :

      Rio 2016 : les premières confidences de huit médaillés tricolores sur TF1

      logAudience