En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES
DOSSIER : Dossier Education

Les prochaines vacances de la Toussaint rallongées de quatre jours


le 14 juin 2012 à 07h47 , mis à jour le 14 juin 2012 à 07h49.
Temps de lecture
3min
À lire aussi
Notre sociétéDans un entretien que publie l'Est républicain, le nouveau ministre de l'Education nationale annonce une première mise en oeuvre concrète de la refonte promise des rythmes scolaires : les vacances de la Toussaint 2012 dureront deux semaines pleines.

C'est le premier effet de la réforme, à laquelle a promis de s'attaquer Vincent Peillon, des rythmes scolaires : les vacances de la Toussaint vont être allongées de quatre jours. Et ce, dès la rentrée 2012. Elles dureront donc deux semaines. Elles commenceront le samedi 27 octobre après la classe et se termineront le dimanche 11 novembre - alors que les cours, initialement, devaient reprendre le jeudi 8 novembre. Le ministre de l'Education nationale s'en explique ce jeudi matin dans un entretien que publie l'Est républicain : "Je ne suis pas hostile à respecter l'avis du Conseil supérieur de l'Education pour le calendrier 2012 et d'instituer deux semaines de vacances à la Toussaint. Quand on crée des instances de concertation, il faut rompre avec l'habitude de ne pas tenir compte des avis qu'elles émettent".

Vincent Peillon a suivi en effet l'avis du CSE, instance consultative réunissant divers acteurs du monde éducatif, qui le 8 juin avait massivement voté une modification du calendrier scolaire 2012-2013 sur proposition de la FCPE, principale fédération de parents d'élèves. Le but étant d'avoir, sur l'année, des rythmes plus réguliers pour les élèves, et aussi proches que possible de l'alternance sept semaines de cours - deux semaines de vacances. Au cours de cette fameuse séance du 8 juin, le Conseil supérieur de l'Education avait estimé qu'il fallait "assurer aux élèves une première avancée sur les rythmes scolaires" et avait lui-même proposé comme premier geste du ministre l'allongement des vacances de la Toussaint dès la rentrée 2012.

Créations de postes : priorité au primaire

Aux yeux de Vincent Peillon, la réforme des rythmes scolaires "est la réforme centrale" de la refondation de l'école, grande priorité du quinquennat. "Tout le monde arrive à la même conclusion, explique le ministre : une semaine de quatre jours, des vacances très longues, des journées surchargées, ce n'est pas bon. Une réforme s'impose". Et "pour montrer (sa) détermination" à prendre à bras-le-corps ce chantier, le ministre a également "suspendu le calendrier 2013/2014".

Au cours de ce même entretien que publie l'Est républicain, le ministre de l'Education nationale aborde par ailleurs une autre question clé, qui avait fait l'objet de vifs débats lors de la campagne présidentielle : celle des créations de postes d'enseignants. "14.000 suppressions ont été décidées par mon prédécesseur pour cette rentrée. Nous n'allons pas les recréer en 15 jours", souligne Vincent Peillon, en rappelant qu'au total, ce sont "près de 80.000 postes" qui auront été supprimés entre 2007 et 2012. Mais "nous ferons porter prioritairement nos efforts sur le primaire, conformément aux engagements du président de la République. Car depuis 20, voire 30 ans, c'est le primaire qui a été le moins bien traité", ajoute le ministre. Ces créations de postes dans le primaire se feront donc selon "quatre critères" à la rentrée, pour "corriger les injustices des suppressions de postes" du gouvernement précédent : "le taux d'encadrement (nombre d'enseignants par élève), le taux de réussite, les catégories socioprofessionnelles, une attention particulière aux zones rurales". Leur nombre, jusqu'alors chiffré à 1000 par le ministère, n'est pas évoqué expressément dans l'article. "Une enveloppe de postes sera attribuée à chaque académie, à charge pour elle de la gérer en concertation, au plus proche du terrain", se contente d'indiquer le ministre.

Commenter cet article

  • sophfrancesa : Comme je l'ai déjà dit par ailleurs, pour toutes les personnes qui sont si "jalouses" du statut des professeurs, le concours pour la session 2013 est ouverte. Vous pouvez vous inscrire depuis le 29 mai et ce jusqu'au 10 juillet 2012, sur les sites des académies de vos régions respectives. Cela vous laisse donc un peu moins d'un mois pour réfléchir, et peut être vous rendre compte que la vie des professeurs est loin d'être rose, surtout voyant comment dévie le monde, et le manque de respect total quont les parents et les enfants envers eux. A bon entendeur, bonne journée

    Le 15/06/2012 à 14h22
  • beatricebailly : Ah bon ? ça facilite la vie des enseignants ? Je ne m'en rends pas compte ! Le mois de mai était un vrai gruyère, impossible d'avoir une continuité dans le travail avec des classes incomplètes puisque les enfants faisaient les ponts (comme leurs parents que là, ça arrangeaient bien de partir en congés... tiens pas de problème de garde d'ailleurs) ou étaient tellement fatigués des we festifs qu'ils ne pouvaient pas avoir la tête au travail... Finir l'année scolaire plus tard en juillet pour 4 jours de plus à la Toussaint : aucun sens... Reprendre une semaine plus tôt fin août aurait plus de sens ! Avant que la semaine de 4 jours ne soit généralisée, notre école la pratiquait et on reprenait vers le 23 août... Aucun souci ! Et là, des congés plus longs à la Toussaint seraient peut-être justifiés... Arrêtez de prendre les enseignants pour des écervelés qui vont voter en fonction d' "effet d'annonce" !!!

    Le 15/06/2012 à 09h17
  • froggyb : Ou "comment s'assurer du vote des enseignants a quelques jours du 2eme tour"

    Le 15/06/2012 à 00h17
  • athena06-4 : Réponse à "misterlife" Petite rectification : détail du travail : temps complet d'un enseignant 18-20 de cours- présence devant les élèves, temps de préparation des cours et temps de correction des copies (environ 40mn par copie de dissertation pour une moyenne de 30 élèves fois 4 ou 5 classes et environ 8 devoirs par trimestre), rendez-vous réguliers avec les parents pour le suivi du travail de leurs enfants, conseils de classe (2 par trimestre et par classe), réunion de début d'année, rencontres parents professeurs, tout cela pour 2200 E par mois après 15 ans de carrière et malgré tout j'éprouve toujours autant de plaisir à me retrouver devant mes classes, avec mes élèves et à essayer de leur faire passer le plaisir de la lecture, des livres, de la matière que j'enseigne. En luttant, surtout en ce moment parce que vos enfants n'ont qu'une envie c'est d'être en vacances et qu'ils estiment les mériter..... J'ai même failli oublier : pour leur faire vivre des choses agréables : organisation d'un voyage scolaire (au détriment de notre propre famille et de nos propres enfants) pour toucher du doigt ce qu'on leur enseigne et club théâtre (sur ma pause déjeuner et en bénévolat) pour leur montrer qu'ils sont capables de faire des choses bien et amusantes au collège. Maintenant si vous le souhaitez, je vous invite à venir passer quelques jours, semaines de cours avec moi, pour vous rendre compte de ce que vous critiquer!!!

    Le 14/06/2012 à 23h40
  • utopia976 : La critique est facile ! c'est encore les enseignants qui subissent les parents dépassés par leurs enfants! si vous êtes si jaloux, vous n'aviez qu'à être enseignants ; personne ne vous l'a interdit!

    Le 14/06/2012 à 18h51
      Nous suivre :
      Candidates au jihad : le témoignage de parents et d’une repentie

      Candidates au jihad : le témoignage de parents et d’une repentie

      logAudience