En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Paris rend hommage aux victimes des attentats : les temps forts de ce "dimanche de janvier"

avec
le 10 janvier 2016 à 18h07 , mis à jour le 10 janvier 2016 à 18h24.
Temps de lecture
5min
Johnny Hallyday lors de la cérémonie d'hommage aux victimes des attentats
A lire aussi
Notre société La semaine de commémorations en mémoire des victimes des attaques terroristes de 2015 a pris fin place de la République, entre hommage populaire marqué par la présence de Johnny Hallyday et rassemblement sous la Marianne désormais illuminée du drapeau tricolore.
Il y a presqu'un an jour pour jour, plus d'un million de personnes et de nombreux dirigeants étrangers marchaient dans les rues de Paris. "Un dimanche de janvier" immortalisé dans une chanson de Johnny Hallyday saluant la mobilisation populaire après les attentats. C'est un dimanche de janvier également qu'a pris fin la semaine d'hommage aux victimes des attaques terroristes de janvier (17 morts) et novembre (130 morts). Rendez-vous était donné place de la République, à Paris, devenue un symbole de fraternité depuis janvier.
 

Des centaines de personnes, recueillies, s'étaient rassemblées sur l'esplanade dans un silence quasi total, hormis les annonces des micros officiels et quelques applaudissements sporadiques, après chaque chanson chantée. Outre François Hollande et Anne Hidalgo, Manuel Valls, plusieurs ministres dont Bernard Cazeneuve (Intérieur), Christiane Taubira (Justice) et Fleur Pellerin (Culture), étaient présents à côté d'un carré réservé pour les familles des victimes, blessés ou témoins des attaques.

 

Une plaque commémorative. Le chef de l'Etat, le Premier ministre et la maire de Paris ont dévoilé ensemble une plaque installée aux pieds de la statue de Marianne qui surplombe la place. "A la mémoire des victimes des attentats terroristes de janvier et novembre 2015, à Paris, Montrouge et Saint-Denis. Ici même, le peuple de France leur rend hommage", peut-on y lire.  

 

 

 Le vibrant hommage de Johnny Hallyday. Tout de noir vêtu, le rockeur a entonné "Un dimanche de janvier", chanson composée par Jeanne Cherhal qui salue notamment la marche du 11 janvier 2015. Il était accompagné par les guitares de Yarol Poupaud et Yodelice.

 

  

Le choix du rockeur a été contesté par le cercle des proches des dessinateurs de Charlie Hebdo assassinés mais défendu par la mairie de Paris comme celui d'un chanteur très populaire, et d'une chanson "en résonance" des événements.

 

 

 

Jacques Brel repris par le Chœur de l'armée française. Le titre "Les prénoms de Paris", écrit en 1961, célèbre "Paris l'amour", "Paris romance" et "Paris l'espoir". 

 

 

Les mots de Victor Hugo résonnent dans Paris. Des élèves du conservatoire d'arts dramatiques lisent une allocution prononcée par Victor Hugo à son retour d'exil le 5 septembre 1870. "Sauver Paris, c'est plus que sauver la France, c'est sauver le monde. Paris est le centre même de l'humanité. Paris est la ville sacrée. Qui attaque Paris attaque en masse tout le genre humain", avait lancé l'écrivain. "Défendre Paris, garder Paris, sauver Paris c'est plus que sauver la France, c'est sauvez le monde". Le texte se termine ainsi : "Serrons nous tous autour de la République en face de l'invasion (...) C'est par la fraternité qu'on sauve la liberté."

 

Le Chœur de l'armée reprend "Le temps des cerises"

 
 

La Marseillaise entonnée Place de la République


 

Après la cérémonie, Hollande salue les familles des victimes. Le chef de l'Etat a ensuite effectué une visite surprise à la Grande mosquée de Paris pour "un moment d'échange, de convivialité et de fraternité autour d'un thé", selon son entourage, alors qu'un week-end portes-ouvertes est organisé dans de nombreuses mosquées de France pour commémorer également la mémoire des victimes de ces attentats.

  

 

Hollande passe boire "le thé de la fraternité" à la Grande mosquée de Paris

 

 

 


Un chêne "arbre du souvenir". A l'origine, la mairie de Paris, qui travaillait sur cette cérémonie depuis le mois de septembre, voulait planter 17 oliviers en mémoire des victimes des attentats de janvier. Mais après les attaques du 13 novembre, cette décision a été revue pour finalement planter un seul chêne. Un "arbre du souvenir" qui a été illuminé en fin d'après-midi, en présence d'Anne Hidalgo, Bertrand Delanoë et de Parisiens venus plus nombreux que dans la matinée.

 

 

 

 

 

 

La Marianne de la République s'est elle illuminée de bleu, blanc, rouge. Une première.  

 

Commenter cet article

  • derpan48 : Enfin, nous n'oublierons pas le quinquennat de HOLLANDE qui aura passer plus de temps en commémoration de tous genres et en voyages que de s'occuper des Français.

    Le 11/01/2016 à 10h07
  • tolnotol : J' adore : "ici le peuple de France leur rend hommage" pas un chat sur la place !!!

    Le 11/01/2016 à 09h44
  • tolnotol : Alors pépère ! fatigué en ce lundi de toutes ces commémorations ?

    Le 11/01/2016 à 09h42
  • detentoi : Pathétique, froid, artificiel et surtout inconstructif. On gère ces fait divers comme si c'était une fatalité alors que c'est le résultat de la politique umps.

    Le 11/01/2016 à 01h34
  • alainl2012 : Dommage que cela soit fait ainsi, car cela ressemble a de la "com" pour redorer l'image d'Hollande et de faire oublier que ces faits sont dus a leurs inaptitudes et a leurs erreurs a proteger la France et les francais. Hommage aux morts mais plus des populations en priorite

    Le 11/01/2016 à 00h06

      Les opposants à la loi Travail ont trouvé leur nouvelle mascotte... Elle a 93 ans

      logAudience