En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Pau : une minuterie pointait à la place des surveillants de prison


le 12 octobre 2012 à 11h30 , mis à jour le 12 octobre 2012 à 14h22.
Temps de lecture
3min
Image d'archives

Image d'archives / Crédits : Comstock/Thinkstock

À lire aussi
Notre sociétéLa direction de la maison d'arrêt de Pau connait depuis longtemps des difficultés avec les surveillants, au point qu'un contrôle a été effectué sur place. Les résultats, connus vendredi, sont édifiants.

Le système était ingénieux. Il permettait aux surveillants du service de nuit du mirador de la prison de Pau de ne pas pointer régulièrement pendant la nuit. Une enquête a été ouverte par le parquet de Pau et l'Administration pénitentiaire, sur ce système sophistiqué de minuterie qui évitait à certains surveillants d'avoir à pointer toutes les demi-heures.

L'histoire, révélée par le quotidien Sud-Ouest, remonte à plusieurs années. Alors que dans la maison d'arrêt de 250 places les relations entre surveillants et direction s'étaient dégradées, la direction avait fait part de difficultés, qui ont entraîné cette enquête  de l'Inspection des services pénitentiaires, a-t-on appris de source syndicale.

L'inspection a découvert un boîtier assorti de pinces crocodile permettant de court-circuiter l'interrupteur placé dans le mirador, que les surveillants doivent actionner la nuit, en principe toutes les demi-heures pour indiquer qu'ils sont bien en veille.

La découverte a entraîné le dépôt d'une plainte par le directeur de l'Administration pénitentiaire et le déclenchement d'une procédure disciplinaire. D'autres irrégularités, notamment un registre de fouilles avec la mention RAB (qui pourrait vouloir dire "rien à battre", selon un surveillant) ont été détectées. Selon une source judiciaire, le parquet de Pau a ouvert en juin une enquête préliminaire pour "entrave au bon fonctionnement d'un traitement automatique de données", confiée à la gendarmerie, et qui touche à sa fin. Parallèlement, des procédures disciplinaires viseraient plusieurs agents, qui seront convoqués en conseil national de discipline avant la fin octobre, selon la source syndicale.

Commenter cet article

  • darius92 : Ahahah je suis mort de rire !

    Le 30/11/2012 à 14h35
  • fantomarchand : ça va leur couter cher ce trafic de "pau" de crocodile !

    Le 13/10/2012 à 08h48
  • hug81 : On aura tout lu !!

    Le 12/10/2012 à 15h37
  • beetllejuice : Payer des personnes pour dormir, quoi de plus normal. Faites un tour du côté de l'Hopital Public, c'est un véritable dortoir ! Ce n'est pas la norme, cela dépend des services et des personnes, mais il y aurait besoin d'un coup de balai. Eventuellement, mesdames et messieurs, l'Hôpital dans lequel vous travaillez, ce n'est, ni une pharmacie, ni un supermarché. Combien d'agent reparte avec des médicaments (sont-ils docteur ?) et avec les produits d'entretien (Papier toilette...). Le plus navrant, quand vous en rencontrez, c'est que cela leur parait normal !!!!! Mettons leur un coup de pied au C.

    Le 12/10/2012 à 13h17
      Nous suivre :
      Hitchbot : un robot a traversé le Canada en auto-stop

      Hitchbot : un robot a traversé le Canada en auto-stop

      logAudience