ARCHIVES

Rafle du Vel d'Hiv : "Ce crime a été commis en France par la France"

Edité par
le 22 juillet 2012 à 10h21 , mis à jour le 22 juillet 2012 à 13h45.
Temps de lecture
3min
François Hollande à Paris lors de la commémoration de la rafle du Vel d'Hiv (22 juillet 2012)

François Hollande à Paris lors de la commémoration de la rafle du Vel d'Hiv (22 juillet 2012) / Crédits : TF1/LCI

À lire aussi
Notre sociétéPrésent ce dimanche à Paris lors des cérémonies commémorant le souvenir de la rafle du Vélodrome d'Hiver, François Hollande a réaffirmé la responsabilité française dans cette opération. Et il a rendu hommage au courage de Jacques Chirac, premier président à reconnaître cette responsabilité.

Une reconnaissance, et un hommage : ce dimanche, dans le XVe arrondissement de Paris, sur l'emplacement de l'ancien Vélodrome d'Hiver, aujourd'hui détruit, François Hollande a eu les mots que toute la communauté juive de France attendait. Il a reconnu que cette sinistre opération, demandée par l'Allemagne nazie mais exécutée sur l'ordre du régime de Vichy par la police et la gendarmerie françaises, au cours de laquelle 13.152 juifs, hommes, femmes et enfants, avaient été arrêtés puis déportés à Auschwitz en 1942, était un "crime commis en France par la France". Ces mots figuraient d'ailleurs en introduction d'un livret publié par la présidence à l'occasion de la commémoration, et distribué à la presse et aux personnalités assistant à la cérémonie. Mais François Hollande a aussi rendu hommage à Jacques Chirac, à sa "lucidité" et à son "courage", dans le travail de mémoire sur cette rafle.

Les deux hommes s'étaient justement vus la veille. Et cette rencontre n'était pas une simple visite de courtoisie d'un chef de l'Etat en exercice à un ancien chef de l'Etat. Lorsque François Hollande, après s'être promené sur les marchés de Tulle, s'était rendu au château de Bity pour y retrouver Jacques Chirac chez lui, tous deux s'étaient entretenus, entre autres, de la commémoration de la rafle du Vel d'Hiv. Une rafle dont Jacques Chirac avait été le premier chef d'Etat français à admettre qu'elle avait été réalisée sur ordre des autorités françaises.

Hollande se démarque de Mitterrand

Pour l'actuel chef de l'Etat, le symbole de ce dimanche est double. En suivant les pas de Jacques Chirac, François Hollande facilite un travail de mémoire longtemps rendu difficile par les réticences des autorités françaises. C'est en 1993 seulement que la date du 16 juillet, début de la rafle, avait été choisie pour instituer une Journée nationale à la mémoire des victimes des persécutions racistes et antisémites commises sous l'autorité de fait dite "gouvernement de l'Etat français". Et c'est deux ans plus tard que Jacques Chirac lançait, devant le monument commémoratif de la rafle : "Ces heures noires souillent à jamais notre histoire, et sont une injure à notre passé et à nos traditions. Oui, la folie criminelle de l'occupant a été secondée par des Français, par l'Etat français". Mais pour François Hollande, un tel geste a aussi pour conséquence de l'amener à se démarquer de son mentor l'ex-président François Mitterrand. Celui-ci considérait que la France ne pouvait être mise en cause dans la déportation des juifs pendant la Seconde Guerre mondiale puisque, selon lui, il n'y avait eu, durant l'occupation allemande, qu'une seule France légitime, celle de la France libre.

Ces mots pour réaffirmer la responsabilité de l'Etat français étaient en tout cas très attendus, ce dimanche, par la communauté juive de France. Il y a quelques jours, dans les colonnes du Monde, Serge Klarsfeld évoquait les paroles prononcées en 1995 par Jacques Chirac, rappelant que ce discours avait alors été salué "dans le monde entier comme une courageuse et salutaire reconnaissance". Mais paradoxalement, cette question de mémoire a été longtemps un enjeu de tension entre droite et gauche. Certains socialistes - notamment Jack Lang, Jean Glavany ou Claude Bartolone, l'actuel président de l'Assemblée nationale - avaient critiqué le discours de Jacques Chirac en 1995.

Commenter cet article

  • morob... : à moijebosse : ça ne change rien....si ce n'est qu'on baisse notre froc encore et toujours pour des actes dont la plupart d'entre nous ne sommes pas responsables car même pas nés!

    Le 31/07/2012 à 08h26
  • moijebosse : Et ca change quoi maintenant?

    Le 23/07/2012 à 08h26
  • lemondeestfou : Les anglais ont brulé Jeanne d Arc, et alors ? il faut savoir pardonner un jour ou l'autre et moi j'aime bien les anglais.

    Le 23/07/2012 à 07h24
  • eboston : Exact! Et je reconnais le courage et le sacrifice de ces hommes. Mais nous avions perdu la guerre et il est bien que dans les moments tristes de l'Histoire, certains hommes de valeur aient le courage de se lever. A côté de cela, n'ignorons pas non plus que Roosevelt et Churchill se moquaient totalement de l'opinion de De Gaulle qui n'était qu'un pantin. La "grandeur" de De Gaulle est d'avoir créer après la guerre une illusion autour du rôle de la France dans le monde (en oubliant en particulier le Vel d'Hiv et autres horreurs dans une amnésie collective). La réalité de ce qui s'est passé à partir de 1945 en Afrique et en Asie du Sud Est est bien là pour le prouver. Mon point de discussion original était que le politiciens Francais feraient bien de reconnaitre les faits historiques dans leur ensemble; ils rendraient un grand service à leurs concitoyens. L'identité nationale nécessite un minimum d'honnêteté pour être reconnue de tous.

    Le 23/07/2012 à 05h41
  • boubounico : Ce qui n'est pas admissible c'est l'attitude de trop nombreux français durant cette guerre.

    Le 23/07/2012 à 04h42
      Nous suivre :

      Jugé dépressif, un panda autorisé à regarder son ami à la télé

      logAudience