En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

"Rien ne devrait innocenter un violeur"

Amélie Gautier par
le 28 juin 2012 à 15h35 , mis à jour le 29 juin 2012 à 11h58.
Temps de lecture
4min
Les affiches de la campagne du Collectif féministe contre le viol mettent en scène des hommes qui viennent d'abuser des femmes.

Les affiches de la campagne du Collectif féministe contre le viol mettent en scène des hommes qui viennent d'abuser des femmes. / Crédits : DR

À lire aussi
Notre sociétéAlors qu'au moins 75.000 femmes sont violées chaque année en France, le Collectif féministe contre le viol lance une campagne choc vendredi. Objectif : déculpabiliser les victimes.

Mâchoire serrée, front haut et regard droit devant, il reboutonne sa chemise ou réajuste sa veste. Derrière lui, elle est là, meurtrie. Appuyée sur un bureau à rabaisser sa jupe. Assise sur le lit à se prendre la tête. Contre une porte de toilettes à se tenir le ventre. Les lieux sont différents, les personnages aussi mais le slogan est le même : "rien ne devrait innocenter un violeur". Ces scènes sont les trois affiches de la nouvelle campagne du Collectif féministe contre le viol lancée vendredi. Son objectif : combattre les idées reçues entourant ce crime.
 
Ces clichés sont résumés sous la forme d'une auréole placée au-dessus de la tête des trois violeurs mis en scène, comme si leur conscience parlait. Dans le bureau, le halo de lumière dit : "une femme qui ne veut pas doit refuser clairement" ; dans les toilettes de la discothèque : "une femme ne s'habille pas sexy pour rien" et dans la chambre, "une femme doit toujours satisfaire son mari". Tranquille la conscience. "Ces hommes sont des saints, résume volontairement provocateur le Dr Gilles Lazimi, coordinateur des campagnes du CFCV interrogé par TF1 News. Ils n'ont rien fait. Pour eux mais aussi aux yeux de la société au discours encore trop complaisant vis-à-vis des agresseurs, la victime est toujours responsable de ce qui lui arrive. Mais pourquoi tu es sortie habillée comme ça ? Mais pourquoi tu as bu ? Voilà des questions qui reviennent et qui disent : finalement, tu l'as cherché".
 
Ces idées reçues sur le viol
 
Plus de 75.000 femmes sont violées chaque année en France*. Des chiffres qui seraient en réalité beaucoup plus élevés car seulement "une victime sur 10 réussit à porter plainte", rappelle le Collectif. Une femme sur six aura été victime d'un viol ou d'une tentative** dans sa vie. D'après les statistiques du Collectif, 83% des viols sont commis par une personne connue de la victime. "La moitié des femmes qui nous appellent au Collectif nous parlent de viols dont elles ont été victimes des années auparavant, relate le Dr Lazimi. Elles culpabilisent, se disent 'je n'aurais pas dû... Mais rien de ce qu'on a pu faire ne justifie qu'on soit violé ! Quand quelqu'un se fait tirer dessus, on ne lui demande jamais ce qu'il a pu faire pour se prendre une balle !"
 
D'autres idées reçues entourent le viol. Le Collectif rappelle, entre autres, que 'non', il n'est pas provoqué par la "testostérone", qu'il ne s'agit pas d'un comportement naturel, mais culturel et que le viol repose sur le mythe d'une sexualité masculine "incontrôlable", et "conquérante". Que 'non', les pays ayant autorisé et réglementé la prostitution, tels les Pays-Bas n'ont pas vu baisser le nombre de viols". La campagne rappelle également que "tout acte de pénétration sexuelle sans consentement est un viol puni par la loi". Pourtant, "il reste encore largement impuni", rappelle le CFCV. Le Dr Lazimi explique ainsi que seulement 2% des plaintes aboutissent à une condamnation.

"Viols femmes informations" 0.800.05.95.95

Cet accueil téléphonique propose écoute, soutien, solidarité aux victimes de violences sexuelles. Pour en savoir plus : le site du CFCV

*Selon les chiffres de l'INSEE
**Enquête ENVEFF (2000) et enquête de l'Observatoire national de la délinquance. Des enquêtes où seules les femmes majeures ont été interrogées.
Commenter cet article

  • akaynes : Encore une fois des futilites nous detournent du probleme majeure. Le but de cette campagne est, selon moi et comme l'a souligne ginga1064, de mettre en avant la culpabilite de l'agresseur QUELQUE SOIT son milieu social et non de pointer du doigt, ni de lancer des accusations infondes envers telle ou telle classe sociale. A quoi cela servirait il de denoncer en montrant " un ouvrier en tee shirt crade, d'autres origines ethniques" et justement creer une polemiaue inutile qui ne servirait qu'a detourner la population du probleme de fond(: 75000 viols par an) et biminuer l'impact de ces affiches.

    Le 29/06/2012 à 20h40
  • ginga1064 : L'objectif de l'affiche n'est pas d'expliquer ce qu'est le viol et de montrer toutes les situations ou agresseurs possibles . L'objectif est de mettre en avant le caractère de culpabilité de la victime qui pour accepter la réalité de ce qu'elle a subie se créée l'illusion lui faisant voir le violeur comme innocent (image de l'auréole et image de propreté de l'agresseur) mais que la faute vient d'elle. Ce qui lui permet ainsi de se protéger mentalement en finissant par croire qu'en changeant de comportement elle peut faire en sorte que cela ne lui arrive plus, la victime se rassure donc en croyant reprendre contrôle sur sa vie... Système logique que nous avons tous quelque soit le type d'agressions. La victime est toujours celle qui se croit coupable. C'est un message très important que véhicule cette affiche, il s'adresse aux victimes car il leur dévoile l'illusion de se sentir coupable mais elle s'adresse aussi à l'entourage des victimes afin que nous puissions mieux les comprendre et les aider à se libérer de se sentiment de culpabilité.

    Le 29/06/2012 à 11h20
  • dafayats : Et les hommes violés ? C'est encore tabou ?

    Le 29/06/2012 à 09h51
  • thierrymeylan : Je voudrais répondre à jean45po : j'espère avoir été clair dans mon commentaire initial. Je ne veux pas qu'on croie que le violeur n'est toujours qu'un sale type des banlieues, je pointe juste le fait que la campagne, aussi utile soit elle, montre le violeur dans toutes les affiches, comme un type bien sur lui. Il aurait fallu qu'elle montre tous les visages de ces monstres : du plus "clean" au plus "chelou"

    Le 29/06/2012 à 09h16
  • jean45po : Tout le monde s'imagine qu'un violeur c'est un type mal habillé, black ou beurre, tout droit sorti des cités. Sauf qu'ici on nous montre des types en costard cravate et il y en a un paquet d'hommes propres sur eux qui violent, harcélent les femmes au bureau. Donc montrer ce type d'homme plutôt beau et élègant montre la réalité des choses.

    Le 29/06/2012 à 03h20
      Nous suivre :
      PSG-Barça : Jay-Z, Beyoncé et ... Sarkozy ensemble dans les tribunes

      PSG-Barça : Jay-Z, Beyoncé et ... Sarkozy ensemble dans les tribunes

      logAudience