En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES
DOSSIER : Mariage gay

SOS Homophobie attaque l'hebdomadaire d'extrême droite Minute


le 11 octobre 2012 à 14h14 , mis à jour le 11 octobre 2012 à 16h03.
Temps de lecture
3min
Figurines pour représenter le mariage homosexuel

Figurines pour représenter le mariage homosexuel / Crédits : THINKSTOCK

À lire aussi
Notre sociétéSOS Homophobie assigne l'hebdomadaire pour injures et incitation à la haine devant le tribunal correctionnel de Paris après la publication d'un numéro largement consacré à l'ouverture du mariage aux homosexuels, a-t-elle dit jeudi.

Le mariage gay, projet du gouvernement, attise les passions et les haines. Notamment du côté de la presse d'extrême droite, qui se lance dans une offensive homophobe. Le 11 juillet, Minute publiait en Une une photo de deux hommes fesses nues, tenant le drapeau représentatif de la communauté homosexuelle avec en titre "Mariage Homo: Bientôt, ils vont pouvoir s'enfiler... la bague au doigt".

Dans cette édition, l'hebdomadaire estimait notamment que l'ouverture du mariage aux homosexuels était une "revendication d'une minorité active qui, si elle aboutit, ouvrira la boîte de Pandore à des schémas plus dangereux" ou bien "pour ne pas attraper le sida, mieux vaudrait éviter d'aller se faire sodomiser dans les boîtes à partouze homosexuelles".

Polygamie, zoophilie, VIH...
 
Indignée et choquée par ses propos, l'association SOS Homophobie déplore dans un communiqué "que trente ans après la dépénalisation de l'homosexualité en France, on peut encore procéder à de telles analogies entre orientation sexuelle et comportements délictuels". Selon elle, le contenu de cette édition de Minute "voudrait nous laisser croire que non seulement les hétérosexuels sont imperméables à la polygamie, à la zoophilie et au VIH, mais surtout que les homosexuels sont des déviants criminels".
 
SOS Homophobie "demande tant aux autorités judiciaires qu'aux autorités publiques de réaffirmer les valeurs de respect, de tolérance, d'égalité de la République et à ne plus tolérer les discours insultants, stigmatisant et incitant à la haine". Une audience se tiendra le 4 décembre devant la 17e chambre correctionnelle du tribunal de Paris, qui fixera à cette occasion les dates des débats au fond.

Commenter cet article

  • libertecherie65 : Qui finance cette asociation?????

    Le 11/10/2012 à 17h58
      Nous suivre :
      Quand les danseurs de Beyoncé revoient leur choré, ils ne peuvent s'empêcher de faire ça

      Quand les danseurs de Beyoncé revoient leur choré, ils ne peuvent s'empêcher de faire ça

      logAudience