ARCHIVES
DOSSIER : Sécurité routière

Un automobiliste sur trois est dangereux


le 04 juillet 2012 à 17h52 , mis à jour le 04 juillet 2012 à 18h08.
Temps de lecture
3min
Les jeunes conducteurs très imprudents au volant

Feux grillés, alcool et canabis au volant, téléphone portable... le constat est alarmant surtout chez les jeunes conducteurs. Retour sur l'enquête de TNS Sofres pour Axa prévention. / Crédits : TF1/LCI

À lire aussi
Notre sociétéClignotants, distances de sécurité, voies du milieu : une étude publiée mercredi pointe du doigt le comportement dangereux des automobilistes. Selon cette étude menée par le groupe Sanef, 1 conducteur sur 3 ne respecte pas les principes de base de la bonne conduite.

Le constat est sans appel. Selon une étude du groupe Sanef réalisée en mars et publiée mercredi, un conducteur sur trois a un comportement dangereux. En cause : les principes de base de la bonne conduite.
                       
Un tiers (36%) des voitures reste bloquées sur la voie du milieu en journée, et plus de la moitié (53%) la nuit. De la même manière un conducteur sur quatre roule trop près du véhicule qui le précède et les clignotants sont sous-utilisés lors des dépassements.
 
Quant à la vitesse : moins meurtrière qu'il y a dix ans en raison du développement des radars, elle continue pourtant d'être allègrement dépassée. L'étude rapporte que 37% des conducteurs dépassent les 130 km/h et 13% les 140 km/h. Plus alarmant encore, dans 9% des cas, le conducteur roule à la fois trop vite et trop près, souvent pour forcer celui qui le précède à se rabattre.

"Un danger pour eux-mêmes et pour les autres"

Par ailleurs, sur 150 kilomètres, sept dépassements par la droite sont constatés en moyenne. Lors de la présentation du premier Observatoire des comportements sur autoroute, le directeur du pôle Exploitation de Sanef, Patrick Jacamon a commenté ces résultats : "c'est énorme (...) Les conducteurs qui roulent sur la voie du milieu se sentent plus en sécurité, sauf qu'ils ignorent qu'ils créent le danger, pour eux-mêmes et les autres, en obligeant ceux qui veulent les doubler à couper deux files par exemple, ce que certains conducteurs vont éviter en doublant par la droite", a pointé M. Jacamon.
L'utilisation des clignotants en cas de changement de file, pourtant obligatoire, est également problématique. Deux conducteurs sur trois (59%) ne signalent pas leur manoeuvre de rabattement après avoir doublé, et un tiers (35%) ne prévient pas qu'il va se déporter à gauche avant de doubler. 
 
L'étude a été réalisée sur la base d'enregistrements vidéo et de comptages effectués pendant une semaine au kilomètre 72 de l'A13 dans le sens Caen-Paris. 

Voir la vidéo du JT de 13h. Reportage sur l'A13.

 

Commenter cet article

  • a1n2n2e3 : Il est vrai que beaucoup d'automobilistes sont d'une susceptibilité étonnante !

    Le 06/07/2012 à 11h23
  • peteburns : Bonjour, je circule principalement avec un scooter 250 cm3, à Nantes, et j'ai les permis auto et moto. Je déplore le fait que les clignotants soient une espèce en voie de disparition ! (mettre son clignotant doit représenter un effort physique et intellectuel trop important) Il est vrai que, entre téléphoner, régler l'auto radio, la clim. le laxisme ambiant, certains automobilistes ne peuvent pas être partout...

    Le 05/07/2012 à 10h42
  • peteburns : C'est également une question de bon sens : on prévient, avec son clignotant, que l'on va changer de voie en se rabattant !

    Le 05/07/2012 à 10h38
  • pouic.27 : Les Allemands sont disciplinés...

    Le 05/07/2012 à 10h08
  • frank93700 : Je suis motard, et c'est pas 1 sur 3 , mais tous les automobilistes qui sont dangereux! Je suis certain que si les fabricants de voitures vendaient leurs produits sans retroviseurs, la majorite n'y veraient que du feu. Quel dommage, car c'est un outil tres utile.

    Le 05/07/2012 à 08h39
      Nous suivre :

      Zapnet : la glace plus forte que le pont ?

      logAudience