En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Une messe en plein air dans le Mercantour déclenche une polémique


le 26 juillet 2012 à 20h34 , mis à jour le 26 juillet 2012 à 20h38.
Temps de lecture
3min
Le parc national du Mercantour

Le parc national du Mercantour / Crédits : TF1/LCI

A lire aussi
Notre sociétéLes zélés gardes du parc national du Mercantour, en verbalisant une association qui avait organisé une messe sans autorisation dans le parc, ont provoqué l'incompréhension des fidèles et déclenché le courroux de plusieurs élus dont le maire de Nice, Christian Estrosi.

Depuis une quinzaine d'années, l'association Aléa, basée à Saint-Dalmas-le-Selvage (Alpes-Maritimes), célèbre à la lisière du parc une messe souvenir pour les défunts. Mais cette année, l'association et le curé qui menait l'office ont été... verbalisés, ont indiqué jeudi à l'AFP des sources concordantes.

Début juillet, les gardes du parc ont ainsi dressé un PV de 1.500 euros au président de cette association pour avoir organisé, sans autorisation, cette messe sur le plateau de Sestrières, sur la commune de Saint-Dalmas-le-Selvage.

Plainte pour menaces

Le lendemain, les gardes croisent sur la place du village le maire de cette commune, Jean-Pierre Issautier. Le ton monte et les gardes portent plainte à la gendarmerie pour menaces. Celui-ci n'en revient toujours pas : ce PV de 1.500 euros, "c'est un peu  navrant", confie-t-il à l'AFP. "Tout le monde est favorable au parc et à la préservation de la nature", mais il faut savoir "assouplir la loi par rapport aux populations locales", défendant l'exercice du culte à l'air libre.

Dans un communiqué, le maire de Nice, Christian Estrosi, s'indigne de cet "affront" fait à l'élu et apporte son soutien à M. Issautier. "J'ai toujours défendu la place de l'homme au sein de ce territoire protégé, ainsi que la nécessité de trouver un juste équilibre entre le maintien des activités et la protection de l'environnement", écrit M. Estrosi, qui est également vice-président du parc. "Les restrictions imposées pour ces célébrations religieuses et traditionnelles me heurtent, poursuit-il, et vont à l'encontre des principes que je défends pour la vie dans nos villages".

Commenter cet article

  • saintois84 : Et tu peux me dire en quoi ca te gène 50 personnes qui passent une heure à prier en foret ?

    Le 28/07/2012 à 01h01
  • _phiphou_ : Et ? La loi ne dit pas qu'un lieu public peut devenir lieu de culte dans certains cas. Un culte se pratique dans les deux seuls lieux autorisés : le domicile (et par extension la voiture) et le lieu de culte "officiel" (temple,mosquée,église,synagogue...). Sinon, amende, c'est simple et clair (pour une fois qu'un texte de loi est aussi clair...)

    Le 27/07/2012 à 16h49
  • _phiphou_ : Tout à fait normal...un parc naturel n'est pas un lieu de culte.

    Le 27/07/2012 à 16h45
  • dilou222 : Et l'amende pour ceux qui prient en plein milieu d'une des rues de paris, je n'ai pas besoin de vous dire a quelle religion, car que ce soit la priere ou le voile intégrale, ils ont tout les droits, donc vive la france,

    Le 27/07/2012 à 13h38
  • dilou222 : Publier un commentaire...

    Le 27/07/2012 à 13h35
      Nous suivre :
      ZapNet - Noël : c'est quoi ces animaux aux mains d'humains ?!

      ZapNet - Noël : c'est quoi ces animaux aux mains d'humains ?!

      logAudience