En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

L'inventeur du web met en garde contre les législations anti-piratage

Edité par
le 28 septembre 2010 à 22h58
Temps de lecture
3min
À lire aussi
High-TechTim Berners-Lee, considéré comme le père du world wide web, a mis en garde contre le "fléau" des législations anti-piratage, qui peuvent aller jusqu'à suspendre l'accès à l'internet, faisant notamment allusion à l'Hadopi française.

Hadopi va se sentir visée. Tim Berners-Lee, considéré comme le père du world wide web, a mis en garde contre le "fléau" des législations anti-piratage, qui peuvent aller jusqu'à suspendre l'accès à l'internet.
 
Devant une conférence sur l'internet à la Royal Society (Académie des Sciences) à Londres, M. Berners-Lee a dénoncé "la vague de législations qui entendent donner aux gouvernments et aux fournisseurs d'accès le droit et le devoir de déconnecter les gens". Selon lui, "ce nouveau fléau" inclut la loi française qui doit entrer en vigueur cette année et qui menace de couper l'accès à l'internet aux personnes qui téléchargent illégalement des contenus, et une loi adoptée en Grande-Bretagne en avril, qui pourrait aboutir au même résultat. "Qu'on puisse suspendre l'accès à l'internet à une famille française parce que l'un des enfants a téléchargé illégalement un contenu, sans jugement, je crois que c'est une punition inopportune", a-t-il souligné.

Tim Berners-Lee, professeur au Massachusetts Institute of Technology (MIT), a indiqué que le Sénat américain examinait cette semaine une proposition de loi qui autoriserait le gouvernement à créer une "liste noire" de sites internet qui pourraient être bloqués par les fournisseurs d'accès. Vingt ans après avoir conçu le premier site web, alors qu'il travaillait au CERN de Genève, Tim Berners-Lee juge que "l'internet est à un point critique". Il a engagé les experts réunis pour la conférence à Londres à lutter contre l'encadrement du web créé au départ comme un lieu de liberté.

Commenter cet article

  • mars1394 : Pour abonder dans votre sens, je pense que les vrais créateurs (musique, cinema) ont un avenir. Par exemple je crois en la vente directe (sans maison de disque) via internet d'oeuvres musicales tout genre confondu et qui ne soit pas un abominable produit "industriel", tel qu'on veut nous les vendre via des pseudo concours de jeunes à la TV avec ses produits dérivés et ses audimat générateurs de recettes publicitaires. Mais cela va être dur. Des mesures sont à l'étude pour encadrer le Web qui est un contre pouvoir de tous les Lobby. J'encourage les jeunes à ne pas tomber dans le panneau et à garder leur fibre contestataire. Allez à la découverte des cultures, hors des médias traditionnels hors des sentiers battus que les industriels ont tracé pour vous.

    Le 29/09/2010 à 11h23
  • l.wallonie : Le genre de personne qui connait son sujet et qui donc JAMAIS n'aurait été consultée par le gouvernement...

    Le 29/09/2010 à 10h57
  • j.bon : Le discour est simple : Le monde change ceux qui vivaient de la culture (universal, la fnac etc.) doivent ce faire a l'idée que comme ceux qui vivaient des chevaux il y a 100 ans ils doivent trouver d'autre moyens de subsistance ou mourir. On peut faire le lobying qu'on veux, on peut le ralentir mais on arrête pas le progrès internet a la même importance que l'invention de l'imprimerie et aura les même répercutions sur ceux qui utilisent la culture comme moyen d'asservissement

    Le 29/09/2010 à 09h58
      Nous suivre :
      Sept à huit: Suspendu dans le vide, frissons garantis !

      Sept à huit: Suspendu dans le vide, frissons garantis !

      logAudience