En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Stuxnet, virus ultra-perfectionné, visait-il une centrale iranienne ?

Edité par
le 24 septembre 2010 à 10h28
Temps de lecture
3min
Nucléaire logo centrale uranium

Crédits : DR

A lire aussi
High-TechUn virus capable en théorie de détruire physiquement des installations industrielles infecte depuis plusieurs mois les ordinateurs, en Iran notamment. D'où cette thèse : s'agit-il d'une cyberarme ?

La cible était-elle Siemens ? Ou le réacteur iranien de Bouchehr ? Un virus informatique baptisé Stuxnet infecte depuis près d'un an un logiciel de l'allemand Siemens, notamment. Il vise "un type de logiciels utilisé pour contrôler des composants industriels dont des valves et des freins". Il passe d'ordinateur en ordinateur tournant sous le système d'exploitation Windows via des clés USB et non par Internet. A en croire les experts interrogés par le Financial Times, Stuxnet "a déjà infecté un nombre inconnu de centrales électriques, de pipelines et d'usines."

Le virus "peut se cacher, attendre jusqu'à ce que certaines conditions soient remplies et donner de nouvelles instructions à ces équipements", explique un expert au FT. Mieux - ou pire ! - il s'agirait rien moins que du premier virus destiné à détruire physiquement des installations et pas seulement à paralyser un système informatique. En théorie, Stuxnet pourrait faire exploser une chaudière, causer des dysfonctionnements dans une centrale ou détruire un pipeline, selon plusieurs experts.

Un Etat derrière tout cela ?

Détail intrigant : le ver a infecté beaucoup d'ordinateurs en Iran. Ce qui fait dire à Ralph Langner, un expert informatique américain, que ce virus aurait peut-être pour seul objectif de troubler le fonctionnement de la centrale nucléaire de Bouchehr en Iran. Le chercheur et certains de ses homologues pensent que le constructeur russe JSC Atomstroyexport en charge de la construction de la nouvelle centrale nucléaire a été infecté dans le but de déstabiliser le programme nucléaire iranien.

D'où l'idée que les concepteurs de ce virus ultra-perfectionné travailleraient pour un Etat et ne seraient pas des hackers isolés, comme l'écrit notamment Le Monde informatique. "C'est incroyable (...) C'est apparemment plus que du simple espionnage  industriel", a déclaré James Lewis, un expert américain du Centre pour les études internationales et stratégiques.
 
Mais cette thèse ne tient pas la route selon Siemens qui assure n'avoir pas fourni son logiciel à cette centrale nucléaire. Le conglomérat allemand a assuré qu'au total quinze de ses clients lui avaient rapporté avoir été contaminés, et que le virus avait été supprimé chez chacun d'entre eux. "Il n'y a eu en aucun cas de conséquences sur leur production", a-t-on insisté de côté du fabricant de logiciels.

Commenter cet article

      Nous suivre :
      Extrait Sept à Huit. Sœur Christina : sur scène, "je me transforme"

      Extrait Sept à Huit. Sœur Christina : sur scène, "je me transforme"

      logAudience