En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

L'iPhone 5, téléphone... normal

Cédric Ingrand par
le 13 septembre 2012 à 13h19 , mis à jour le 14 septembre 2012 à 15h51.
Temps de lecture
5min
L'iPhone 5

L'iPhone 5 / Crédits : Apple

A lire aussi
High-TechApple a rempli son contrat, mais l'iPhone 5 ne sera pas un mariage d'amour : il manque le coup de coeur, l'étincelle, qui ferait du passage à l'iPhone 5 autre chose qu'un mariage de raison.

Autant le dire d'entrée: ce nouvel iPhone s'était fait assez attendre pour que l'on veuille l'aimer, vraiment. Mais si l'attente est la moitié du désir, il faut que le reste suive. Et après avoir vu la conférence d'Apple, après avoir tenu en main le nouveau smartphone, le désir s'essouffle, un peu. Non pas que le nouveau smartphone de la marque ait de vrais défauts définitifs, bien au contraire. Mais il manque le coup de coeur, l'étincelle, qui ferait du passage à l'iPhone 5 autre chose qu'un mariage de raison.

Pourtant, Apple a rempli son contrat. (Lire l'article : iPhone 5 - notre test)En rallongeant son écran, le constructeur rattrape le haut du marché tel que défini par la concurrence, où les écrans de quatre pouces et plus de diagonale séparent les hommes des petits garçons. Un iPhone plus grand, mais aussi plus fin, et même plus léger que le précédent, l'aluminium remplaçant, au dos, le verre. Et toujours cette impression de grande qualité quand on le tient en main. Alors, que demander de plus ? Peut-être d'abord un appareil à l'épreuve du futur, du futur proche, celui des réseaux mobiles de 4ème génération, la technologie LTE déployée dans l'année par les opérateurs français. L'iPhone 5 est bien LTE, mais dans une variante qui fonctionnera un peu partout... sauf chez nous, dommage. Autre futur proche dont les utilisateurs d'iPhone 5 seront privés, celui du NFC, cette technologie de puce sans contact, qui ouvre la porte au paiement sans fil en magasin, et à toutes sortes d'autres applications, le NFC aidant les machines à se parler entre elles, à établir une connexion, à échanger des données. Le NFC, qui éclôt un peu partout, mais pas ici, peut-être la faute au dos métallique qui l'empêcherait de fonctionner, disent les experts. Le design aux dépens des fonctionnalités, chez Apple, ça existe.

L'iPhone, comme une équipe de foot qui a tout gagné

Surtout, on attendait une vraie nouveauté, un trait de génie technologique, un nouvel usage jamais vu ailleurs, bref, on attendait on ne sait quoi, mais quelque chose qui donne envie, immédiatement, d'aller faire la queue devant un Apple Store le 21 septembre (ou, plus confortable, de le pré-commander en ligne) sans réfléchir à l'état de son compte en banque, de céder à une montée de désir geek, de stimuler ses endorphines par l'achat, comme pour bien des lancements précédents d'Apple. Pourtant, là, c'est morne plaine. Il y a bien certaines nouveautés dans le système iOS6, mais on cherche la pépite.

En fait, comme le dit très bien un confrère de "Wired", l'iPhone 5 est tout à la fois 'boring' et 'amazing', un triomphe de design et d'ingénierie, mais dans une mise à jour très raisonnable, très bien élevée, de ce que l'on connaissait jusqu'alors. Fini le temps où Apple dressait un drapeau pirate au-dessus de ses bureaux, l'époque ne semble plus - côté téléphonie en tout cas - à la révolution permanente. L'iPhone 5, c'est un peu comme une équipe de foot qui aurait gagné Coupe/Championnat/Ligue des Champions pendant quatre ans de suite, et enchaînerait avec une saison en milieu de tableau. Rien de condamnable, juste des supporters habitués à mieux. Mais qui pourtant continuent à venir au stade. Et, sur le même modèle, l'iPhone 5 devrait se vendre, bien, très bien même, certains analystes prédisant 10 millions d'exemplaires vendus dès les premiers jours de sa disponibilité. (Même avec un nouveau connecteur - Lire notre article : vos anciens accessoires à la poubelle ?)

Apple pourrait donc là encore voir son contrat rempli, et s'étonner des critiques. Et c'est vrai que c'est injuste, comment être déçu par ce qui ressemble au plus beau design industriel de l'histoire de la téléphonie? Pourtant, Apple devrait se souvenir de la devise de Spiderman, qui savait qu'avec de grands pouvoirs viennent de grandes responsabilités, celle d'innover, et surtout d'étonner. Mais nous ne sommes plus en 2007, Apple ne peut plus faire table rase d'un passé qui appartenait aux autres. Le premier enjeu de l'iPhone 5, c'est de séduire les centaines de millions de clients des modèles précédents, pas forcément de ramener à lui ceux qui ont craqué pour une des têtes de gondole de la concurrence.

L'iPhone 5 reste meilleur que le 4S

Il faut s'y résoudre : Apple, qui s'inspirait à ses débuts des façons de faire d'un Sony, nous fait la démonstration du plus Nippon des processus d'innovation, le monozukuri, cette amélioration constante, mais incrémentale, des produits et de leur fabrication, à la recherche d'une perfection technologique pas toujours évidente à l'oeil nu. (voir notre diaporama : Apple : 35 ans de "révolutions") Comme ces nouveaux micros, orientés dans toutes les dimensions de l'appareil pour s'adapter à tous ses usages possibles. Comme l'écran, signé Sharp, où le tactile est intégré dans le panneau LCD. L'iPhone s'est affiné, a raffiné sa technologie, il est sans conteste meilleur que le modèle précédent. Mais par touches, c'est ainsi que fonctionne le monozukuri. De quoi donner l'impression qu'Apple ménage ses effets, distille les avancées en pensant déjà au modèle suivant, comme il l'avait fait avec l'iPhone premier du nom, qui - surprise - n'avait pas de 3G. Peut être aussi la marque de l'après-Steve Jobs, dont on sait que l'iPhone 5 était l'un des derniers chantiers, et après qui il faut bien que la société reprenne ses marques. 

Ah si, quand même, dans cette keynote, il y avait une bonne, une très bonne surprise: le nouvel iPod Nano, totalement revu, tactile, qui embarque désormais podomètre et accéléromètre pour des applications de fitness, avec un écran large, pour des vidéos qui avaient disparu du modèle précédent. Bon, celui-là, vous n'en ferez pas une montre, mais là encore son design est vraiment nouveau, et très réussi. Signe que le constructeur n'hésite pas, quand il le faut, à reprendre un de ses produits à sa base. Dommage que cela se fasse sur un produit, et un marché, qui pour Apple ne sont plus vraiment stratégiques. Sur celui de la téléphonie, les observateurs vont pouvoir se consacrer à scruter dès début 2013 les rumeurs autour de l'iPhone suivant, pour savoir s'il sera plus révolution qu'évolution.

Et les utilisateurs, ceux qui vont passer à l'iPhone 5 ? Rassurez-vous, ils seront probablement très heureux ensemble. L'amour, lui viendra plus tard, ou pas. Ainsi vont les mariages de raison.

A lire aussi >iPhone 5 : vos anciens accessoires à la poubelle ?

A voir >

Commenter cet article

  • thierrymeylan : A tous ceux qui découvrent et déplorent qu'un iphone coute 650 euros, rien de nouveau ce qui a changé, c'est nos habitudes de consommation : on paye un abonnement low cost type sosh et on paye plein pot le telephone....et oh miracle, le cout annule diminue de 25% versus un bon vieux forfait d'antan.... parce qu'alors l'iphone qu'on croyai payer 200euros, on le payait au final 800 euros

    Le 18/09/2012 à 18h38
  • fred76910 : D'un côté on a un téléphone qui est concu avec des matériaux 'nobles' comme le verre et l'aluminium, l'acier et de l'autre des téléphones en plastique. Rien que çà, le choix peut être déjà fait pour certains.

    Le 18/09/2012 à 13h26
  • bonsanggt : ça reste un telephone ,mais a 600 dollars , si apple en vend tant mieux pour eux ,moi j'ai pas cet argent a mettre dans un truc comme ça

    Le 14/09/2012 à 08h13
  • fionavar92 : Un bon smartphone n'est pas forcément "monsieur" + + + + et encore +...

    Le 13/09/2012 à 20h21
  • sam7577 : J'envisageais de passer à Iphone 5 mais franchement mon Galaxy S3 sur Android me semble bien meilleur (en tout cas pour mon usage).....Les nouveautés présentées existent déjà sous Android depuis au moins 2 ans. Ex : la possibilité de rejeter un appel par un texto (en réunion, en voiture...), le GPS avec guidage vocal (Google maps le propose depuis fort longtemps avec trafic en temps réel), appareil photo 8 mégapixels, demander à S-voice de lancer une application ou une musique,de dicter un message, d'enregistrer une alarme....Sans parler de la possibilité d'étendre sa capacité de stockage via microsim aux 16 ou 32gigas dans le tél. Enfin, la liberté de mettre n'importe quel divx, mp3 dans son téléphone sans le transformer en divers format Apple....La batterie du S3 a plus d'autonomie et si ça se décharge trop, on peut la changer....De plus, cela fait longtemps qu'on peut partager sur facebook une photo via Android. Sur Android vous pouvez également importer vos contacts et sms sur la carte sim...ce n'est pas le cas sur Apple. Impossible de transférer une photo en bluetooth sur une borne Kodak pour l'imprimer. Tout doit passer par ce fichu Itunes. Non non, je m'attendais à une belle surprise d'Apple mais finalement je ne regretterai pas la vente de mon Iphone 4....... Il n'y a même pas sur le Iphone le NFC contrairement au S3 (rechargement pass Navigo....) c'est une honte. Pour terminer, quelle bonne idée d'avoir mis la prise du casque à côté de la recharge...magnifique pour ceux qui veulent écouter de la musique sur casque alors que leur téléphone charge sur un dock. Maintenant, ceux qui veulent payer plus cher une fausse révolution de choses qui existent déjà en série chez Android (Samsung, HTC...) Allez-y !!! Eux c'est les pommes et vous les poires!

    Le 13/09/2012 à 15h20
      Nous suivre :
      Faites l'expérience : découvrez une oeuvre d'art à l'aveugle

      Faites l'expérience : découvrez une oeuvre d'art à l'aveugle

      logAudience