En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES
DOSSIER : Jeux vidéo

Les Sims 4 : nous avons pris en main le prochain épisode

par
le 18 août 2014 à 15h34 , mis à jour le 26 août 2014 à 18h13.
Temps de lecture
5min
sims 4 visuel
A lire aussi
High-Tech A trois semaines de sa sortie, MYTF1News a pu tester Les Sims 4, prochain jeu vidéo d'Electronic Arts et nouvel épisode d'une saga à succès depuis près de 15 ans. Avec beaucoup d'attentes et d'espoirs. Et au final, du plaisir et quelques réserves. Découvertes.
Cinq ans que la vie virtuelle la plus célèbre du monde n'avait pas pris possession de nos ordinateurs. Cette longue attente va prendre fin le 4 septembre prochain avec la sortie des Sims 4. Depuis 2000, la franchise passionne des millions de fans. Après un épisode 3 aux très nombreuses améliorations et révolutions, normal que son successeur suscite toutes les attentions. MYTF1News a eu l'opportunité de tester le futur opus durant plus de deux heures.


Avant de découvrir le jeu (quasiment) terminé, nous avions eu le plaisir de pouvoir longuement tester le nouvel outil de création des Sims. C'est incontestablement le changement qui va paraître le plus radical aux connaisseurs de la franchise. Reproduire son frère, sa meilleure amie, son idole ou le voisin que l'on déteste est devenu d'une simplicité enfantine grâce au nouvel outil Créer un Sim. L'outil a été totalement refondé et il est à présent beaucoup plus facile de définir l'allure physique de son être virtuel d'un simple glissement de souris pour le muscler davantage, l'affiner, élargir ses hanches ou réduire la taille des yeux. Il vous faut ensuite lui définir un caractère et des centres d'intérêt, lui choisir un métier (dont astronaute ou agent secret !), et même sa démarche, ce qui n'est pas sans rappeler un sketch des Monty Pythons... Une fois fini, vous pouvez publier et partager vos créations dans la galerie Sims 4, et même ajouter celles de vos amis dans votre propre partie.

Créer un Sim, un jeu d'enfant

Au lancement du jeu, ce qui étonne de prime abord, c'est la modification de la carte. Fini le monde ouvert et vaste à la Sims 3, désormais c'est une carte plus réduite divisées en cinq-six secteurs qui se présente à nous. Chaque secteur, que l'on peut assimiler à des quartiers, comporte ensuite son ensemble de maisons et de zones d'activités. Si les rues et parcs paraissent bien plus peuplés et animés qu'avant, les boutiques, théâtres, bars, salles de sport semblent s'être raréfiés ou sont néanmoins plus difficiles à trouver. En revanche, les lieux suivent désormais un rythme logique par rapport à leurs activités (les parcs sont animés le jour, les bars le soir).

Comme pour la modélisation de votre être virtuel, l'outil de construction des maisons a été totalement repensé. L'autre signe des progrès technologiques promis par les Sims 4. Chaque pièce répond à des formes prédéfinies dont vous avez ensuite toute liberté de modifier la largueur ou la longueur d'un simple mouvement de souris Les meubles déjà installés s'adaptent automatiquement aux nouvelles dimensions. Pour ceux qui auraient la flemme de chercher les meubles dans la bibliothèque -désormais dotée d'un menu de recherche-, sachez que plusieurs kits complets sont disponibles pour chaque type de pièce. Il est désormais nettement moins fastidieux de créer sa maison, l'un des atouts de ce jeu.

Le retour des écrans de téléchargement

Une fois installé, c'est parti pour le jeu avec une toute nouvelle interface qu'il faut d'abord apprivoiser car les menus ont été chamboulés. A notre grand étonnement, nous avons constaté le retour des écrans de téléchargement. Les Sims 3 avait franchi un cap en parvenant à les éliminer pour se transformer en monde ouvert. Ils sont désormais omniprésents pour passer d'un quartier à un autre, aller vers une zone communautaire. Certes, avec les progrès technologiques, ils se font plus rapides, mais nous avons réalisé ce test sur des ordinateurs puissants, véritables bêtes de compétition. Pas sûr que ce sera le cas pour tout le monde.

Si vous attendiez à trouver des extensions déjà présentes sur les Sims 2 et Sims 3 (les voyages à l'étranger, l'université, la météo, etc.), que nenni ! Ils ne font pas partie du jeu initial. "Nous avons voulu nous concentrer sur le jeu de base et notre promesse initiale aux joueurs : créer et contrôler un personnage", nous explique Rachel Franklin, en charge du studio de développement des Sims."Il était primordial d'avoir les fondamentaux des Sims dans le jeu de base, d'axer sur la relation entre les Sims, mais des Sims avec les joueurs. Chaque personnage a sa propre personnalité, plus riche et diversifiée qu'avant. C'était là l'essentiel."

 

Dis-moi quel Sim tu es, je te dirai comment tu vas réagir

L'accent a d'ailleurs été mis sur les émotions. Si vous le façonnez selon vos envies, votre petit être virtuel va néanmoins vivre en partie sa vie en fonction du caractère que vous lui aurez donnez. "Il y a un équilibre à trouver entre votre Sim qui va pouvoir s'occuper de lui-même sans dépérir si vous n'êtes pas là pour lui et le fait qu'il a encore besoin que vous accompagniez certaines de ses actions et répondiez à ses besoins", résume Rachel Franklin. Et les émotions ont pris le pas sur le simple enchaînement de gestes. Notre Sim qui avait tenté dans une soirée cossue de s'emparer d'un violon pour jouer en public a connu un grand moment de solitude. Fiasco total faute de savoir jouer de l'instrument et une Sim sous le poids de la honte, incapable de réussir la moindre action suivante ou de pouvoir dialoguer avec un invité. Ma voisine de test qui avait opté pour un caractère nonchalant et solitaire s'est retrouvée avec un personnage qui refusait d'aller travailler. Les Sims au pouvoir progressivement... et une animation permanente à l'écran.


Si le jeu est indéniablement toujours aussi attractif et très beau graphiquement, profitant à fond des progrès technologiques, les fans ne manqueront pas d'ajouter quelques points noirs. Au niveau de la création, il n'y a pas de bébé à disposition mais la possibilité de créer un jeune adulte et un adulte dont la différence n'est pas immédiatement différenciable à l'œil nu. On notera aussi la disparition de la création de textures et couleurs personnalisables (vêtements, meubles, papier-peint, etc.). Pour les maisons, si l'outil a également été revu, il ne vous permet désormais plus de créer des piscines, de modifier le tracé de votre terrain uniquement plat comme la main (fini les maisons sur une colline ou enclavée).

Mais ne faisons pas la fine bouche, les Sims 4 reste fidèle à la lignée et toujours aussi fun, la beauté des graphisme en plus et une grande facilité de création qui fait la différence avec ses prédécesseurs. Et quand l'on connaît le goût d'EA pour les disques additionnels, on sait qu'on va en avoir pour un moment à créer des personnages et des habitations à partager. A quand la possibilité de jouer en ligne avec ses amis ? "Un jour sans doute", lâche de manière sibylline la directrice exécutive des Sims dans ce qui ressemblerait plutôt à un "très prochainement". Les Sims 4 tiendrait alors là sa grande (r)évolution.

LES SIMS 4
Disponible le 4 septembre sur PC en boîtier ou en dématérialisé (Origin). Version Mac prévu plus tard (date non déterminée) - Prix : dès 49 €

Le trailer de lancement du jeu :

 

Commenter cet article

      Nous suivre :

      Euro 2016 : Patrice Evra répond à vos questions

      logAudience