En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Le site de l'Elysée hacké juste avant la passation de pouvoir

par
le 11 juillet 2012 à 16h35 , mis à jour le 11 juillet 2012 à 22h05.
Temps de lecture
3min
Un clavier d'ordinateur

Un clavier d'ordinateur / Crédits : TF1/LCI

À lire aussi
High-TechUne cyber-attaque a visé le site officiel de l'Elysée entre l'élection présidentielle et la prise de fonction de François Hollande, révèle le site du Télégramme. Une information qui aurait été cachée au personnel du palais.

Il aura fallu trois jours pour nettoyer les serveurs. C'est dire l'ampleur de l'attaque. Des pirates auraient visé le site officiel de l'Elysée entre le jour de l'élection de François Hollande, le 6 mai, et sa prise de fonction le 15 mai, révèle ce mercredi le site du Télégramme. Selon le quotidien régional, qui dit tenir l'information "de plusieurs sources", une autre attaque a eu lieu, mais il n'est pas précisé quand exactement.

L'Elysée a été la cible d'une "grosse" cyber-attaque courant 2012 mais bien avant l'entrée en fonction de François Hollande le 15 mai, a précisé dans l'entourage du chef de l'Etat. "Il n'y a pas eu d'attaque depuis que nous sommes arrivés", a-t-on encore assuré à l'Elysée.

Plus surprenant, ces actes de piratage auraient été cachés aux équipes de l'Elysée, selon le quotidien de Brest. Alors que les spécialistes des services gouvernementaux travaillaient d'arrache-pied pour nettoyer le passage des pirates, "on a simplement expliqué qu'il s'agissait de 'préparer la transition à une nouvelle équipe'", selon le Télégramme.

Ce n'est pas la première cyber-attaque 

L'année dernière, des pirates informatiques avaient infiltré 150 ordinateurs du ministère de l'Economie en visant les dossiers confidentiels de la présidence du G20. Visé à l'époque, l'Elysée n'avait finalement pas été touché par l'intrusion des hackers avant que le collectif Anonymous n'arrive à pénétrer dans le système de la Présidence de la République française en janvier 2012.

Ces attaques à répétition continuent d'inquiéter les plus hautes autorités et Jean-Marie Bockel, le sénateur du Haut-Rhin, remettra la semaine prochaine (le 18 juillet) un rapport sur la vulnérabilité des systèmes informatiques de l'Etat à la commission des affaires étrangères.

Commenter cet article

      Nous suivre :
      Australie : des surfeurs de l'extrême défient les rochers

      Australie : des surfeurs de l'extrême défient les rochers

      logAudience