En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Le divorce le plus cher de l'Histoire

Edité par
le 06 août 2006 à 19h02
Temps de lecture
3min
argent euros pièces monnaie

Crédits : LCI

A lire aussi
MondeUn assureur britannique, détenteur de la huitième fortune de la City, a été condamné à verser à son épouse 70,7 millions d'euros après 29 ans de mariage. La justice a estimé qu'elle avait "pleinement joué son rôle" d'épouse et de mère dans l'enrichissement de son ex-conjoint.

Après 29 ans d'une union sans nuage, Beverley Charman, 53 ans, a obtenu de la justice britannique que son ex époux lui verse la modique somme de 48 millions de livres (70,7 millions d'euros), la somme la plus élevée jamais versée pour un divorce.

Pour le couple Charman, tout commence dans les années 90, alors que l'Irak envahit le Koweït. Partant de rien, John se lance dans l'assurance de guerre. L'affaire prospère, tant et si bien que la fortune ainsi constituée devient la huitième de la City, le fameux quartier des affaires de Londres. Quinze ans plus tard, John, également âgé de 53 ans, part s'installer avec une autre demoiselle, laissant Beverley seule, dans le Kent.

Rôle d'épouse rempli

Pour condamner John à verser la somme la plus élevée de l'Histoire pour un divorce, la Haute Cour de Londres a tout simplement confirmé la position adoptée par la Chambre des Lords en matière de partage des grandes fortunes, estimant que Berverley avait "pleinement joué son rôle, en tant qu'épouse et mère de deux fils aujourd'hui adultes", dans l'enrichissement du couple "parti de rien".

John avait plaidé "sa contribution unique et exceptionnelle à (l'enrichissement du ménage) et son importance dans le marché mondial de l'assurance". Berverley a finalement obtenu 37% du patrimoine du fondateur d'Axis, compagnie d'assurance domiciliée aux Bermudes. John Chapman a annoncé son intention de faire appel de ce jugement "injuste et déraisonnable".

Commenter cet article

      Nous suivre :
      A la FIAC, Valls à Zahia : "C'est vous l'oeuvre, alors ? "

      A la FIAC, Valls à Zahia : "C'est vous l'oeuvre, alors ? "

      logAudience