En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Des ossements humains sous l'escalier d'une église du Tarn


le 03 août 2012 à 11h31 , mis à jour le 03 août 2012 à 14h21.
Temps de lecture
3min
Une église/Image d'archives

Une église/Image d'archives / Crédits : Comstock/Thinkstock

A lire aussi
InsoliteC'est à l'occasion de travaux de rénovation que le tas d'ossements, apparemment anciens, a été découvert sous l'escalier de l'église d'Escoussens, un village tarnais de la Montagne noire.

C'est ce qui s'appelle tomber sur un os. La rumeur qui avait été colportée de génération en génération, était donc vraie : il y avait bien des os humains cachés sous l'escalier de l'église d'Escoussens, village de la Montagne noire dans le Tarn, ont indiqué vendredi le maire et les gendarmes. "De visu, ce sont des ossements extrêmement vieux", indique le maire Jean-Paul Guiraud, pour qui l'hypothèse la plus vraisemblable est qu'ils proviennent de l'ancien cimetière jouxtant l'église du XIe siècle. "Je suis persuadé qu'une fois que les os seront datés, on verra qu'ils auront au moins 200 ans", ajoute l'édile.

 

"Pas une affaire criminelle"

 

C'est sous la sixième marche de l'escalier que les ossements ont été trouvés, précisait la Dépêche du Midi en rapportant l'information vendredi. Une meurtrière creusée dans le mur d'enceinte de l'église donne exactement sous l'escalier et le maire imagine que certains ont trouvé là un moyen commode de se débarrasser des os quand ils nettoyaient l'ancien cimetière. Le cimetière avait été fermé en 1850 après une épidémie de choléra ou de peste. A sa place se trouve aujourd'hui le jardin de l'école du village de 650 habitants.

 

Les techniciens en identification criminelle de la gendarmerie se sont rendus mercredi à Escoussens pour relever les ossements, qui sont partis pour analyse à l'Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale (IRCGN) de Rosny-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), ont indiqué les gendarmes. Les résultats ne sont pas attendus avant un bon moment. "Ce n'est pas une affaire criminelle, c'est une découverte d'ossements" qui ne seront donc pas analysés prioritairement, prévient la gendarmerie.

Commenter cet article

  • franky37 : Croyez-vous ? J'ai connu la même chose lors de la réfection de l'entourage d'une petite église. A l'époque de sa création, le cimetière la jouxtait avant d'être déplacé et il restait des ossements oubliés lors du "déménagement". Le plus ennuyeux a été que la terre avait été dispatchée chez des particuliers qui ont été surpris de la présence d'ossements lesquels ont été rapidement datés par ces mêmes spécialistes. Il n'y a donc pas de quoi en faire tout un fromage.

    Le 07/08/2012 à 07h30
  • medmed13 : Pas du tout même, il s'est passé la même chose dans ma petite ville d'Auvergne lors de la réhabilitation de l'église. Cela n'a pas fait de Une nationale heureusement d'ailleurs.

    Le 06/08/2012 à 17h23
  • beetllejuice : Un os à ronger pour l'Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale (IRCGN) de Rosny-sous-Bois (Seine-Saint-Denis).

    Le 06/08/2012 à 14h14
  • evasion01 : Bof, pas tant que ça...

    Le 04/08/2012 à 07h52
  • seducto81 : Une histoire extraordinaire.

    Le 03/08/2012 à 13h23
      Nous suivre :
      Quand un ourson brun erre dans les rayons d'un magasin

      Quand un ourson brun erre dans les rayons d'un magasin

      logAudience