En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Un job a 240.000 euros avec trois mois de congés payés, ça vous intéresse ?

Edité par
le 25 février 2016 à 18h08
Temps de lecture
3min
Capture du New Zealand Herald

Capture du New Zealand Herald / Crédits : New Zealand Herald

A lire aussi
Insolite VU SUR... NEW ZEALAND HERALD - En Nouvelle-Zélande, un médecin généraliste cherche un assistant pour l'aider car le cabinet médical de la ville rurale de Tokoroa ne désemplit pas. Les conditions plus qu'idéales de ce travail apportent un tas de candidatures. Problème : elles ne correspondent pas au profil recherché.

Une job de rêve est à pourvoir en Nouvelle-Zélande depuis quatre mois. Un salaire deux fois plus élevé que la moyenne avec 400.000 dollars néo-zélandais annuels, douze semaines de congés payés, pas de travail le soir ni le week-end...

La raison ? L'isolement de ce petit village de 13.000 habitants, le manque d'infrastructures scolaires et sociales et un réseau téléphonique mauvais.

Alan Kenny, 61 ans, le médecin actuel du cabinet cherche un assistant pour l'aider. Depuis deux ans, il est complètement débordé par l'affluence de patients dans sa clinique. Il lui arrive de recevoir plus de 40 clients par jour alors que le maximum recommandé est de 25. L'année dernière, Alan Kenny a même été obligé d'annuler ses vacances, rapporte le New Zealand Herald.

Dans 99% des cas, le profil ne correspond pas

Désespéré après avoir épuisé quatre cabinets de recrutement, en vain, il a décidé de poster une annonce en ligne. Depuis, il reçoit un nombre inimaginable de candidatures provenant du Brésil, de Pologne, d'Inde, d'Afrique du Sud et même de France. Mais Alan est encore plus démoralisé, dans 99% des cas, les profils ne correspondent pas du tout au poste. Soit le postulant ne parle pas anglais soit il n'a pas reçu de formation en médecine.

Pour l'instant, Alan Kenny ne recherche qu'un assistant mais il ne peut imaginer "l'enfer" que cela va être pour trouver un remplaçant dans quelques années.

Commenter cet article

      Nous suivre :

      Euro 2016 : Patrice Evra répond à vos questions

      logAudience