En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Plus rien ne retient Milosevic à Belgrade

Edité par
le 23 juin 2001 à 15h27 , mis à jour le 24 juin 2001 à 15h11.
Temps de lecture
4min
milosevic

Crédits : INTERNE

A lire aussi
MondeDepuis plusieurs semaines, les réformistes du gouvernement yougoslave s'efforçaient de négocier avec leurs partenaires monténégrins le vote d'une loi sur la coopération avec le TPI. Constatant l'échec, le gouvernement a adopté le texte par décret. Slobodan Milosevic est donc virtuellement extradable.

Sous peu, l'ancien président yougoslave, Slobodan Milosevic pourra légalement quitter le quartier de haute sécurité d'une prison de Belgrade… et intégrer la cellule du quartier pénitentiaire de l'ONU à Scheveningen, Pays-Bas. Après des semaines de négociations âpres, et finalement vaines, avec son partenaire monténégrin, la coalition de l'Opposition démocratique de Serbie (DOS) a adopté hier un décret officialisant les relations de la Yougoslavie avec le Tribunal pénal international (Cf. notre article "Yougoslavie : une loi pour lâcher Milosevic" ). Le texte, qui entre en vigueur aujourd’hui, amende substantiellement la constitution de la République fédérale de Yougoslavie, qui interdit l'extradition de citoyens nationaux, et cela en contravention avec l'obligation faite à un pays membre de l'ONU de coopérer avec ses institutions internationales.

Toutefois, le vice-Premier ministre s’est bien gardé de fixer une échéance au transfert de Milosevic vers La Haye, siège du TPI. " Cela dépend des organes judiciaires et je ne m’en mêlerai pas, ni moi, ni le ministère de la Justice, ni le gouvernement fédéral ", a-t-il dit. Le Premier ministre Zoran Djindjic a néanmoins évoqué un délai de 15 à 20 jours. Le Parti socialiste de Slobodan Milosevic a aussitôt annoncé qu’il ferait appel devant la Cour constitutionnelle yougoslave pour obtenir l’annulation du décret.

Promesse obligatoire

C'est au retour de son voyage aux Etats-Unis, début mai, que le président Vojislav Kostunica s'était engagé à faire adopter un texte longtemps évoqué, mais jamais présenté, avant l'été. Une fois la loi adoptée, les Etats-Unis ont promis d'octroyer en effet une aide financière substantielle (jusqu’à un milliard de dollars) à l'économie délabrée de la fédération yougoslave, qui souffre selon les experts d'un retard de 40 ans sur les pays industrialisés. Le Parti socialiste de Serbie de Slobodan Milosevic n'avait pas manqué de dénoncer ce schéma, qualifiant "d'hypocrite" et "humiliant" le transfèrement de citoyens yougoslaves, afin de "supplier pour de l'aide financière".

Impasse législative

A plusieurs reprises, la DOS avait essuyé l'échec des négociations menées de haute lutte par ses représentants auprès de son partenaire gouvernemental du Parti socialiste populaire du Monténégro (SNP). La soumission au vote du parlement yougoslave d'une loi permettant d'extrader des citoyens yougoslaves vers le TPI : c'était non. Le transfert de ce vote au parlement de la seule Serbie : c'était non. Le ministre serbe de la Justice s'était donc résolu à "retirer" le projet de loi de la procédure parlementaire, jeudi en fin de journée.

Mais pour son Premier ministre Zoran Djindjic, leader des réformistes libéraux participant au pouvoir de Belgrade, il était "temps de prendre une décision claire". Tiraillé entre une population méfiante envers le TPI, une opposition pro-Milosevic puissante et un carcan législatif très contraignant, le gouvernement réformiste présidé par Vojislav Kostunica a choisi. Le vice-Premier ministre serbe Zarko Korac a d'ailleurs résumé le dilemme de Belgrade d'une formule simple : "C'est lui ou nous".

Commenter cet article

      Nous suivre :
      Des objets personnels de Madonna mis aux enchères dans quelques jours

      Des objets personnels de Madonna mis aux enchères dans quelques jours

      logAudience