En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Israël tue un chef du Hamas

Edité par avec
le 22 octobre 2004 à 09h37
Temps de lecture
3min
Gaza proche Orient assassinat Adnane al-Ghoul
À lire aussi
MondeAdnane al-Ghoul, 47 ans, l'un des principaux chefs de la branche armée du Hamas, figurait sur la liste des hommes les plus recherchés par Israël. Il a été tué jeudi soir dans un raid d'hélicoptère israélien dans la bande de Gaza.

Adnane al-Ghoul, 47 ans, l'un des principaux chefs de la branche armée du Hamas, a été tué jeudi soir lorsqu'un hélicoptère d'assaut israélien a tiré deux roquettes contre la voiture dans laquelle il circulait dans la partie nord de la ville de Gaza, selon des témoins. Al-Ghoul avait été l'un des adjoints de Yéhya Ayache, dit  "l'ingénieur", l'artificier du Hamas tué en 1996 à Gaza dans une explosion attribuée au service israélien de sécurité intérieure. Son adjoint, Imad Abbas, 37 ans, a aussi trouvé la mort dans ce raid, qui a en outre fait deux blessés, dont un grièvement atteint, selon des sources médicales.

Al-Ghoul et Abbas étaient considérés par les autorités israéliennes comme les artificiers qui ont mis au point les roquettes Qassam, régulièrement tirées à partir du nord de la bande de Gaza contre le sud du territoire israélien. Ils étaient aussi tenus pour responsables de très nombreux attentats anti-israéliens. L'armée israélienne a lancé peu après un nouveau raid aérien sur Gaza, visant un bâtiment, sans faire de victimes, selon des témoins.

Rapport de diplomates

Jeudi, dans le sud de la bande de Gaza, un sous-officier israélien avait été tué par une explosion. Le Hamas avait revendiqué une attaque contre un char dans ce secteur limitrophe de l'Egypte. En outre, deux activistes palestiniens du Jihad islamique avaient été tués jeudi matin par l'armée israélienne près de frontière avec Israël, à l'est de la ville de Gaza, selon des sources israéliennes et palestiniennes.

Une semaine après la fin de l'opération israélienne "Jours de pénitence"  lancée le 28 septembre, une vingtaine de diplomates en poste en Israël ont visité jeudi soir les localités de Beit Lahya et le camp de réfugiés de Jabaliya où  s'est déroulée l'opération et ont assuré qu'ils présenteraient un rapport à leurs gouvernements sur les dégâts provoqués par les troupes israéliennes. Selon l'ONU, l'opération a fait 675 sans-abri et causé des dégâts évalués à 3 millions de dollars.

Retrait contesté

Ces violences interviennent alors que le Premier ministre israélien Ariel Sharon redouble d'efforts pour obtenir le soutien le plus large possible au Parlement à son plan de retrait de Gaza. Sharon semble d'ores et déjà assuré d'obtenir une majorité lors du débat lundi prochain, suivi d'un vote, sans doute mardi. Il dispose en effet de l'appui de quelque 66 députés sur 120.

Des colons ont annoncé leur intention d'assiéger le Parlement le jour du vote et de tenter de perturber les débats. Le plan Sharon prévoit un démantèlement des 21 implantations de la bande de  Gaza et de quatre autres isolées en Cisjordanie d'ici à septembre 2005, et  l'évacuation de leurs quelque 8000 habitants.

(Image LCI : la carcasse du véhicule)

Commenter cet article

      Nous suivre :
      Plus de 6.000 personnes pour le plus grand portrait "humain" du fondateur de la République turque

      Plus de 6.000 personnes pour le plus grand portrait "humain" du fondateur de la République turque

      logAudience