En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

L'émotion à Villacoublay

Edité par avec
le 22 décembre 2004 à 07h55
Temps de lecture
4min
La joie des proches

La mère de Georges Malbrunot, dans l'angoisse depuis des mois, peut enfin serrer son fils dans ses bras. Photo LCI. /

À lire aussi
MondePartis de Bagdad mercredi dans la matinée, Georges Malbrunot et Christian Chesnot ont atterri sur la base militaire des Yvelines à 18h30. Les retrouvailles avec leur famille ont été très émouvantes.

A 18h30 précises ce mercredi, la porte du Falcon 900 de l'armée de l'air, en provenance de Chypre, s'est ouverte sur le tarmac de la piste de la base militaire de Vélizy-Villacoublay, dans les Yvelines. Georges Malbrunot a été le premier à descendre de l'appareil, suivi par Christian Chesnot et Michel Barnier, le ministre des Affaires étrangères.

Les deux anciens otages se sont alors immédiatement dirigés vers leurs familles, qui les attendaient sous la pluie. Georges Malbrunot et Christian Chesnot, émus et souriants, ont d'abord embrassé tous deux leurs mères. La soeur de Christian Chesnot pleurait à ses côtés, tandis que la mère de Georges Malbrunot serrait longuement son fils dans ses bras. Tenus à distance, plusieurs centaines de journalistes et des dizaines de caméras, notamment celles d'Al-Jazira, observaient et filmaient la scène à partir d'un véritable camp improvisé. Les camions de télévisions étaient surmontés d'antennes géantes et regroupés autour d'une tente de campagne pour abriter les journalistes. Le Ministère de la Défense ayant fourni des consignes strictes, les journalistes étaient arrivés bien avant l'heure prévue de l'atterrissage de l'appareil.

"Debriefing" avec la DGSE

Quelques mètres plus loin, en retrait, se trouvaient Jacques Chirac, Jean-Pierre Raffarin et d'autres membres du gouvernement, notamment Michèle Alliot-Marie, la ministre de la Défense, et Renaud Donnedieu de Vabres, ministre de la Culture. Egalement présents sur le tarmac, des responsables des rédactions respectives des deux otages (Le Figaro, Ouest-France et Radio France). Les ex-otages ont ensuite serré dans leurs bras leur chauffeur syrien, Mohammad al-Joundi, libéré le 12 novembre par les ravisseurs.

Les personnalités, accompagnées des otages, se sont rendues immédiatement dans le salon d'honneur de l'aéroport pour un premier entretien notamment avec le président Chirac. Ils sont ressortis vingt minutes après, pour se prêter  complaisamment et assez longuement, malgré le froid et la pluie, aux questions de leurs confrères, séparés d'eux par une barrière, et pour  décrire leur aventure.Les deux journalistes ont quitté peu après Villacoublay, pour être conduits par la DGSE, dans un lieu tenu secret pour un premier debriefing sur leur rapt et leur captivité. Ils rejoindront leur domicile jeudi.

(photo : Georges Malbrunot et sa famille)

Commenter cet article

      Nous suivre :
       Patrick Juvet à Renaud : "Si il veut qu’on parle, je suis là"

      Patrick Juvet à Renaud : "Si il veut qu’on parle, je suis là"

      logAudience