En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Irak : visite surprise de Rumsfeld aux troupes

Edité par avec
le 24 décembre 2004 à 08h20
Temps de lecture
3min
rumsfeld en Irak
À lire aussi
MondeA la veille de Noël, le secrétaire américain à la Défense s'est rendu vendredi sur le camp militaire de Mossoul, durement touché mardi par un attentat suicide. Répondant aux questions des soldats, Donald Rumsfeld a fustigé Al-Jazira.

Donald Rumsfeld est arrivé vendredi matin à Mossoul à 370 km au nord de Bagdad pour une visite surprise aux militaires américains basés en Irak. Quelques heures plus tard, le secrétaire américain à la Défense s'est rendu à Falloujah, ancien bastion rebelle à l'ouest de Bagdad. "L'objectif de cette visite est bien entendu de remercier les soldats et de leur souhaiter un joyeux Noël", a déclaré le haut responsable américain.

Le secrétaire à la Défense s'est d'abord rendu dans un hôpital militaire de Mossoul situé à 2 kilomètres de la tente où un attentat suicide a fait 22 morts, dont 14 militaires américains, et quelque 70 blessés mardi dernier. Depuis cet attentat, la plupart des blessés ont été évacués sur un hôpital américain en Allemagne où ont rejoint leurs unités.

Déguisé en soldat irakien

Plus tard, après un discours devant quelque 240 soldats, Rumsfeld a accepté de répondre à des questions de la salle, notamment concernant la durée des rotations. Une autre question a également porté sur "la manière de gagner la guerre sur le front des médias". Le secrétaire à la Défense a regretté que la presse rapporte les mauvaises nouvelles, soulignant toutefois les avantages d'une presse libre. Il s'en est violemment pris en revanche a certains "médias dans la région qui rapportent systématiquement des inexactitudes de façon mal intentionnée, (…) et al-Jazira est champion parmi eux".

L'attaque mardi semble avoir été commis par un homme déguisé en militaire irakien, a déclaré jeudi à CNN le général américain Carter Ham, responsable des forces de la coalition à Mossoul. L'attentat, l'un des plus meurtriers contre des soldats américains en Irak depuis l'annonce de la fin des opérations militaires le 1er mai 2003, a été revendiqué par le groupe Ansar Al-Sunna, lié au réseau terroriste Al-Qaïda d'Oussama ben Laden.

(Image d'archives : Donald Rumsfeld)

Commenter cet article

      Nous suivre :
      Sarkozy, le retour ? Mais il n'est jamais vraiment parti... 2 minutes 30 pour vous le prouver

      Sarkozy, le retour ? Mais il n'est jamais vraiment parti... 2 minutes 30 pour vous le prouver

      logAudience