En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Katrina : sauvetages, maladies et pillages


le 01 septembre 2005 à 11h27
Temps de lecture
5min
katrina sinistres help us
A lire aussi
MondeSelon le gouverneur de Louisiane, plusieurs milliers de personnes seraient mortes. Les opérations de sauvetage se poursuivent, tandis que les autorités craignent l'apparition de maladies et doivent faire face aux pillages.
  • Bilan humain toujours incertain 

Aucun bilan de victimes, même provisoire, n'est encore disponible dans les trois Etats touchés de plein fouet par Katrina, Louisiane, Mississippi et Alabama. "Nous pensons en fait qu'il y aura des milliers" de morts, a déclaré le gouverneur de Louisiane Kathleen Blanco lors d'une conférence de presse, indiquant toutefois qu'elle n'avait aucune preuve jusqu'à présent d'un bilan aussi lourd. "Toute la région (du sud-est de la Louisiane) pourrait voir l'évacuation de 200.000 ou 300.000 personnes, peut-être plus", a-t-elle ajouté. Elle a souligné que les personnes à évacuer ne provenaient pas uniquement de La Nouvelle-Orléans. Selon des estimations, 200.000 personnes seraient toujours présentes dans l'agglomération qui compte 1,4 million d'habitants en temps ordinaire.

Les autorités américaines n'ont confirmé jusqu'à présent que 125 morts dans le Mississippi, autre Etat touché par le cyclone. Interrogé jeudi sur ABC, le président George W. Bush a dit "ignorer le nombre exact" de victimes. "De toute évidence, il va y en avoir beaucoup", avait-il ajouté.

  • Trois présidents unis face au drame, l'aide internationale bienvenue 

Devant l'ampleur des destructions, les anciens présidents George Bush et Bill Clinton sont apparus jeudi à la télévision aux côté de l'actuel chef de l'Etat américain pour appeler aux dons et annoncer un effort exceptionnel. George W. Bush a confié à son père et à Bill Clinton le soin de coordonner les opérations de dons - comme il l'avait déjà fait à l'époque du tsunami. Les Etats-Unis accepteront toutes les offres d'assistance venues de l'étranger, a annoncé par ailleurs la Maison Blanche - alors même que George W. Bush, quelques heures plus tôt, avait décliné toute aide extérieure en affirmant : "ce pays va se relever tout seul". Et le président américain a autorisé des bateaux étrangers à transporter des produits pétroliers d'un port américain à un autre, pour pallier les défaillances du système d'oléoducs.

  • Etat d'urgence à La Nouvelle-Orléans, livrée aux pilleurs 

Alors que la plus grande partie de la ville est inondée et des milliers de personnes prisonnières des eaux, les autorités font face à une vague de pillages : de nombreux habitants emportant de la nourriture, des vêtements et des appareils électroniques, mais aussi des bijoux et surtout des armes. Le gouverneur de la Louisiane a demandé jeudi l'envoi de 40.000 militaires pour rétablir l'ordre à La Nouvelle-Orléans. George W. Bush, qui prône la "tolérance zéro" contre les pilleurs, avait déjà annoncé l'envoi de 22 000 gardes nationaux supplémentaires. Le maire de la ville, Ray Nagin, a lancé pour sa part un "SOS désespéré" pour venir en aide aux 15.000 à 20.000 sinistrés du réfugiés dans le Centre de convention de la Nouvelle-Orléans, où des hommes armés font régner la terreur, où la nourriture manque et où les conditions sanitaires sont terribles.

Ailleurs, certains quartiers sont déjà devenus des no-man's land où règne le loi de la jungle. Les gangs armés n'ont d'ailleurs pas hésité à tirer sur un hélicoptère qui procédait à l'évacuation du Superdome. Un garde national a également été blessé.

  • Sauvetage toujours en cours 

Même si l'eau commence à se retirer et si la priorité est la lutte contre les pilleurs, les opérations de sauvetage pour retrouver des survivants et évacuer les sinistrés réfugiés sur les toits des maisons se poursuivent en Louisiane, notamment à La Nouvelle-Orléans où ils seraient plusieurs milliers. "Nous ne pouvons vraiment pas savoir combien de personnes sont prisonnières dans des greniers, nous ne savons pas combien de gens sont dehors" expliquent les sauveteurs.

  • L'aide aux sinistrés s'organise 

Ils seraient plus de 50 000. Sur la côte sud du Mississippi, des distributions de produits de première nécessité, de bouteilles d'eau et de sacs de glace ont eu lieu mercredi soir.

  • Le danger des eaux contaminées 

Les sinistrés doivent faire face à un nouveau et pernicieux danger véhiculé par les eaux chargées de toxines et de bactéries porteuses de contamination et de maladies. Selon les autorités sanitaires américaines, les inondations charrient un cocktail empoisonné dont le simple contact peut donner diverses maladies allant de la gastro-entérite sévère aux maladies de peau, en passant par les allergies.

"La menace est vraiment sérieuse et ne fera que croître dans les jours qui viennent alors que les eaux se retirent", avertit Georges Benjamin, directeur de l'Association américaine de santé publique. Les personnes présentant le plus grand risque sont les vieillards et les enfants souffrant de déshydratation chronique à cause de l'absence d'eau potable, de la chaleur et de l'humidité dans les régions sinistrées de La Louisiane, du Mississippi et de l'Alabama.

  • Plus de 20 milliards de dégâts 

Plusieurs cabinets de modélisation ont diffusé des estimations plutôt larges du montant total des dégâts assurés comprises entre 12 et 25 milliards de dollars. Le gros des indemnisations devrait découler des pertes d'exploitation (commerces, installations pétrolières…), conséquences notamment des sévères inondations qui submergent 80% de la Nouvelle-Orléans.

Commenter cet article

  • Nicolas : Le franchouillard moyen refuse de rouler a 115 sur les autoroutes pour baisser la facture pétroliere de la France mais s'empresse de signaler que la destruction de la Nouvelle-Orleans est la faute a Bush est un méchant gaspilleur d'énergie qui n'a pas signé le protocole de Kyoto. Sans commentaire

    Le 02/09/2005 à 04h35
  • Eric : Condoléances aux familles des victimes. Bon courage pour la suite aux sinistrés. Si les US acceptent l'aide internationale et notamment les aides de l'ONU, du Mexique et de la Russie l'arrogance de l'administration Bush et de certains républicains va en prendre un sacré coup.

    Le 02/09/2005 à 00h08
  • Jerome : Je suis aux usa, et ici ils disent "c'est là qu'on va voir si les pays étrangers nous aident a leur tour." Les USA ont mis tellement de sous dans le Tsunami. Là ils ont du mal, et a part quelques reporters, il n'y a aucune aide étrangere.

    Le 01/09/2005 à 19h48
  • JM : Les ouragans existaient avant Bush. Le premier rapport d'ouragans en Louisiane date de 1527. En aout 1800 deja un ouragan frappait New Orleans de plein fouet. Je ne suis pas Pat,Mit USA qui est toujours publie mais merci de publier cette information

    Le 01/09/2005 à 18h26
  • Demba : Heureusement que des Mela (Antibes) à qui il reste encore un peu de coeur existent encore. Les calamités ne sont hélas pour aucun peuple spécifiquement. Aujourd'hui 350,000 habitants de Dakar ont vu leurs demeures envahies par les eaux. Demain ce sera certainement le tour d'autres comme ceux qui souffrent des flammes au Portugal ou des inondations aussi en Europe (Suisse etc.) Le niveau de vie ne compte plus quand les élements se déchaînent. Dans ces cas l'Humanité doit savoir se montrer solidaire en se disant simplement "ça aurait pu être moi".

    Le 01/09/2005 à 18h26
      Nous suivre :
      Star Wars VII "The Force Awakens" pourrait ressembler à ça

      Star Wars VII "The Force Awakens" pourrait ressembler à ça

      logAudience