En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Liban : Assad à nouveau sollicité par les enquêteurs de l'ONU


le 02 janvier 2006 à 10h27
Temps de lecture
3min
Bachar al assad

Crédits : DR

A lire aussi
MondeLes accusations de l'ex vice-président syrien à l'encontre du président Bachar al-Assad concernant l'assassinat de Rafic Hariri au Liban ont donné une nouvelle impulsion à l'enquête de l'ONU. Lundi, Damas a lancé des poursuites contre le vice-président démissionnaire.

La commission d'enquête de l'Onu sur l'assassinat de Rafic Hariri a demandé à rencontrer le président syrien Bachar al-Assad et son ministre des Affaires étrangères Farouk Chareh et souhaite voir l'ancien vice-président syrien Abdel Halim Khaddam. "Nous attendons la réponse des autorités syriennes", a indiqué le porte-parole de la commission, qui a déjà essuyé un refus syrien par le passé.

Vendredi soir, Abdel Halim Khaddam a soutenu lors d'un entretien sur la chaîne satellitaire arabe al-Arabiya, que le président syrien avait proféré des menaces contre Rafic Hariri. Selon lui al-Assad ne pouvait ignorer le projet de son assassinat, "car aucun service de sécurité ne pouvait agir en dehors de la connaissance de M. Assad".

Rétorsion

Lundi, le gouvernement syrien a annoncé qu'il ouvrait une enquête sur le vice-président syrien démissionnaire, Abdel Halim Khaddam, qu'il accuse de corruption. "Le Conseil des ministres va prendre les mesures nécessaires pour faire juger Khaddam pour haute trahison, et pour ouvrir une enquête sur son implication dans une série d'affaires de corruption avec une saisie de ses biens", a indiqué la presse officielle.

La Commission d'enquête de l'ONU avait conclu dans deux rapports d'étape en octobre et en décembre à l'implication de responsables syriens et libanais dans l'assassinat de l'ancien Premier ministre libanais, le 14 février 2005 à Beyrouth. Elle avait rencontré cinq officiers syriens de la sécurité en novembre à Vienne et trois mois plus tôt en Syrie une dizaine de responsables de la sécurité.

D'après AFP

(Image d'archives : Bachar al-Assad)

Commenter cet article

  • Dowsher : Un president en fonction n'a pas a repondre a ce genre de supecherie occidentale,tout comme chirac avait refuse de repondre a ses juges et peu importe ce qu'on peu leur reprocher. on veut faire tomber Assad ,et c'est peu etre pas la meilleure des solutions. son ex vice -president doit etre juge pour haute trahison et pendu si possible,c'est homme risquerait d'etre manipule si ce n'est pas deja le cas ,et le meme scenario qu'en irak risquerait de se repoduire .

    Le 02/01/2006 à 19h10
  • Silas : Et qui a dit que M.khaddam n’était pas accusé de l’assassinat de plusieurs personnalité politiques au Liban avant 1998, l’année où il a quitté selon lui le « dossier libanais » !! Quand une mafia rencontre des problèmes dans sa constitution et dans la division des intérêts, le grand perdant n’a de choix que de médiatiser les fautes de ses ex-partenaires, de venger. Qui a tué ces libanais ? président mouwad, moufti khaled, député kadri, président gemayel, kamal joumblat, ec…. Il confie M.khaddam qu’il était chargé du « dossier libanais » pour 22 ans. Et pourtant a t-il oublié tous les massacres signés par la syrie au liban pendant cette période ? Est-ce que le monde sait qu’il existe encore des prisonniers libanais capturés pendant cette période dans les prisons syriennes ? Avez vous une idée à quoi ça rassemble ces prisons? Je profite pour solliciter les grands journalistes de TF1 et les défenseurs des droits d’homme d’enquêter sur ce sujet scandale. Enfin, M.khaddam vient de la même patte de bachar el assad et tous leur ex-alliés au Liban. La seule raison qu’ils parlent maintenant c’est parce que leur part du fromage à été réduit au maximum… Va khaddam confesser sur la période ou il a roulé le liban? Va t-il nous raconter tous les crimes de mafia libano-syrienne pendant 30 ans? Je m’en doute.

    Le 02/01/2006 à 15h08
  • Lo-Ran : Bashar el assad n'a pas l'envergure de son père, disparu trop tôt pour préparer la paix avec Israel. Au lieu de cela, Bashar s'est entouré de durs du régime et enfonce la région dans l'incertitude.

    Le 02/01/2006 à 12h01
      Nous suivre :
      "Régalez-vous M. le Président" : quand Hollande se laisse aller à la gourmandise

      "Régalez-vous M. le Président" : quand Hollande se laisse aller à la gourmandise

      logAudience