En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Nucléaire : la CIA au secours de l'Iran ?


le 06 janvier 2006 à 20h57
Temps de lecture
3min
state_war.jpg
A lire aussi
MondeDans "State of War", publié cette semaine, un journaliste du New York Times raconte ce qui constitue, selon lui, l'un des plus grands "flops" de l'histoire de la CIA : la divulgation d'informations nucléaires sensibles à Téhéran par l'agence de renseignement américaine. La CIA dénonce "de graves inexactitudes".

La CIA aidant l'Iran dans son programme nucléaire : l'idée peut sembler saugrenue. Surtout si l'on imagine cette aide fournie par l'agence américaine... à son corps défendant. C'est pourtant une thèse défendue dans un livre sur les activités de la centrale de renseignement américaine publié cette semaine aux Etats-Unis : "State of War" (Etat de guerre), écrit par un journaliste du New York Times, James Risen.

Selon lui, la CIA aurait remis à l'Iran, au début des années 2000, des plans pour fabriquer une bombe nucléaire. Au départ, l'opération était destinée à mettre des bâtons dans les roues du programme nucléaire iranien et les plans comportaient des erreurs mais, affirme James Risen, ces failles étaient si grossières que des scientifiques russes qui travaillaient sur ce programme ont vite fait de les corriger.

"Peut-être l'opération la plus inconsciente de l'histoire moderne de la CIA"

Pour transmettre ce plan à l'Iran, affirme James Risen, la CIA avait utilisé les services d'un agent double russe, un scientifique transfuge du programme nucléaire soviétique. Les plans, expliquant le mécanisme complexe qui déclenche la réaction en chaîne requise pour une explosion nucléaire, devaient être remis à la mission iranienne auprès de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) à Vienne. Mais, en donnant le plan concocté par la CIA aux Iraniens, l'agent russe a également indiqué qu'il était prêt à corriger les erreurs qu'il contenait contre de l'argent. L'opération, baptisée Opération Merlin, s'est déroulée au début des années 2000 sous le mandat du président Bill Clinton et "est peut-être l'opération la plus inconsciente de l'histoire moderne de la CIA", a estimé Risen.

La CIA a refusé de commenter cet épisode mais a violemment condamné le travail du journaliste par ailleurs à l'origine des révélations sur les écoutes secrètes de citoyens américains ordonnées par l'administration de George W. Bush. "Les lecteurs méritent de savoir que chaque chapitre de State of War contient de graves inexactitudes", a dit Jennifer Millerwise, directrice des relations avec le public de la CIA. Elle a notamment critiqué le recours par l'auteur du livre à de nombreuses "sources anonymes" qui, selon elle, sont "souvent incertaines". Dans le même chapitre, Risen raconte la bévue d'un responsable de la CIA, qui avait envoyé à un de ses agents iraniens des informations permettant d'identifier à peu près tous les espions de la CIA en Iran. Mais, le destinataire s'est avéré être un agent double et de nombreux agents américains ont été arrêtés.

Photo d'ouverture : la couverture de "State of War" - DR

Commenter cet article

      Nous suivre :
      Rihanna et Miley Cyrus jouent la provoc' en tenue de soirée

      Rihanna et Miley Cyrus jouent la provoc' en tenue de soirée

      logAudience