En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Le toit d'une patinoire allemande s'effondre : 11 morts et 4 disparus


le 02 janvier 2006 à 20h06
Temps de lecture
3min
recherche patinoire baviere
A lire aussi
MondeLes travaux de déblaiement de la patinoire de Bad Reichenhall, qui s'est effondrée lundi, ont repris mardi soir avec de nouveaux équipements. Les habitants en deuil se posent des questions sur les manquements ayant pu contribuer à la catastrophe.

Les travaux de déblaiement, provisoirement interrompus dans l'après-midi, en raison des risques d'écroulement du reste du bâtiment, ont repris mardi soir dans l'espoir de trouver des survivants dans la patinoire détruite à Bad Reichenhall, au sud de l'Allemagne. Onze personnes, la plupart des enfants, ont péri dans cet accident et quatre autres, une femme et trois enfants, dont on ignore si elles ont survécu, ont été repérées dans les décombres.

Une atmosphère pesante régnait dans cette station thermale des Alpes bavaroises en temps ordinaire idyllique, où les habitants décontenancés et en colère étaient tenus à l'écart de la patinoire par un cordon policier.

"Il pleuvait à l'intérieur"

La nouvelle selon laquelle le club local de hockey sur glace avait annulé un entraînement prévu le soir même après avoir été averti l'heure précédant l'accident que le toit menaçait de s'écrouler sous le poids de la neige, donnait lieu à de nombreuses spéculations. Selon le journal local, le gardien de la patinoire aurait demandé l'avis du service d'urbanisme après avoir entendu des craquements suspects provenant du toit.

"Pourquoi n'a-t-on pas fait évacuer la patinoire? "Ce sont tous des incapables", peste un ancien ingénieur en bâtiment, estimant que la faute incombe à l'administration municipale. "C'était vraiment une décision osée de dire qu'il y avait un risque d'écroulement et de ne pas faire évacuer", renchérit Kurt Niedermayr, un autre retraité, les larmes aux yeux. Résidant juste à côté de la patinoire, il raconte qu'au moment de la catastrophe, il a d'abord pensé que le toit de sa propre maison était en train de s'effondrer.

"A cause du toit je ne suis pas allée à la patinoire l'an dernier", affirme Sigrid Schmidt, habitant à cinq minutes à pied de la patinoire qui fait partie d'un centre de loisirs avec piscine et courts de tennis. Elle dit y avoir vu cet été des seaux disposés dans la tribune pour recueillir la pluie tombant de la toiture. Des allégations confirmées par un employé de la municipalité ayant souhaité garder l'anonymat. "Toute personne qui se trouvait dans la tribune pouvait voir qu'il pleuvait à l'intérieur", corrobore-t-il.

Bâtiment de 1971

Pour couper court à la polémique sur l'état de la patinoire, le maire de la commune Wolfgang Heitmeier a réfuté qu'il avait été envisagé que la structure de l'établissement public, construit en 1971, soit rénovée. Il a assuré à la presse qu'il n'y avait pas eu lieu de fermer la patinoire au public, le personnel d'entretien ayant mesuré sur la toiture quelques heures avant le drame une couche du neige "au-dessous de ce qui est considéré comme la limite".

Sur l'internet, des citoyens aussi désabusés qu'en colère réclament que les responsables soient trouvés et punis. "Que les responsables et surtout le gérant de la patinoire aient cet accident sur la conscience toute leur vie durant", écrit un homme indigné sur un forum. "Je regrette l'accident, j'espère que les responsables de cet acte ignoble seront contraints sans pitié de rendre des comptes", lance un autre, espérant "des demandes de dommages-intérêts en millions d'euros".

Pendant la matinée de mardi, la neige qui continuait de tomber à gros flocons a gêné les quelques 300 secouristes qui s'affairaient à mains nues et à l'aide de pelleteuses, de grues et de chiens à déblayer les débris de métal, de tôle et de pierres sur le lieu de la tragédie. Un soutien psychologique a été apporté aux parents des victimes dans une école à proximité.

Photo d'ouverture : les recherches mardi matin - DR

Commenter cet article

  • Laurent : Il faut attendre qu'il y ait des victimes innocentes se faire tuer pour savoir si la patinoire (1971) était aux normes... C'est très chèrement payé !!! Les normes européennes doivent être encore plus sévères, plus de contrôles, surtout sur la qualité "vieillissante" des matériaux...

    Le 03/01/2006 à 12h40
  • Ci4ice : Ce dernier a répondu que le seuil limite de neige sur la toiture n'était pas encore atteint au moment où la décision a été prise, durant l'après-midi, mais il risquait de l'être plus tard car l'entraînement se devait se poursuivre tard dans la soirée. ca c'est tres grave ce qu'il dit !!!!!

    Le 03/01/2006 à 12h26
      Nous suivre :
      Quand un ourson brun erre dans les rayons d'un magasin

      Quand un ourson brun erre dans les rayons d'un magasin

      logAudience