En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

L'agonie de La Nouvelle-Orléans vue par Spike Lee


le 17 août 2006 à 10h26
Temps de lecture
3min
TF1/LCI Spike Lee Inside Man Cinéma

Crédits : LCI

A lire aussi
MondeLe réalisateur américain a présenté mercredi à La Nouvelle-Orléans son documentaire sur Katrina, le cyclone qui a ravagé la ville en août 2005. Il affirme notamment que les digues ont été dynamitées volontairement pour éviter que les quartiers blancs ne soient inondés.

"Ce qui s'est passé ici est un acte criminel". Spike Lee n'a jamais fait dans la langue de bois. Et ce n'est pas avec son nouveau documentaire When the levee broke : a Requiem in four acts (Quand les digues cèdent : un requiem en quatre actes) qu'il a l'intention de commencer.

Le réalisateur de Malcom X a ainsi profité de la présentation de son film - qui sera diffusé prochainement sur la chaîne câblée américaine HBO- pour dénoncer l'attitude des autorités américaines lors du passage de Katrina sur La Nouvelle-Orléans. "J'aimerais voir quelqu'un mis en prison", a-t-il notamment lancé, en affirmant que la population noire de la ville a été volontairement sacrifiée par des responsables politiques.

Bush en ligne de mire

Le cinéaste, qui a effectué neuf séjours sur place, donne notamment la parole à plus d'une centaine d'habitants des zones pauvres inondées. Ces témoins indiquent que certaines digues ont été volontairement dynamitées pour empêcher que des quartiers résidentiels, majoritairement peuplés de Blancs, ne soient inondés. Même si cette thèse a depuis été contredite par des experts, Spike Lee maintient sa version. "En tant que Noir américain de ce pays, je pense que le gouvernement est capable de tout. En tant que réalisateur, pourquoi devrais-je revoir au montage les déclarations de gens qui jurent sur la Bible qu'ils ont entendu une explosion ?", explique-t-il. "C'est à vous de vous forger une opinion", conclut-il.

Parmi les personnalités pointées du doigt, figurent le responsable des services de secours d'urgence (Fema), Michael Brown, et le président George W. Bush dont beaucoup estiment qu'il a réagi trop tardivement et trop faiblement.

"Des réfugiés climatiques"


Pour l'institut de recherche américain Earth Policy Institute, les victimes de Katrina sont les premiers "réfugiés climatiques" au monde. Selon l'organisme, plus d'un million de personnes ont été évacuées et 375.000 ne sont pas encore revenues dans leur région d'origine. Surtout, plus de 250.000 personnes, classées comme "réfugiés climatiques", ne reviendront sans doute jamais. "Quand des évacués décident de ne pas revenir, ils deviennent des réfugiés climatiques", affirme Lester Brown, le président de l'Institut.

Parmi les régions présentant le plus de risques d'être frappées à l'avenir par les effets dévastateurs du changement climatique, Lester Brown cite, en dehors du Sud-Est des Etats-Unis, les régions du Sud-Est de la Chine.

(photo d'archives : Spike Lee)

Commenter cet article

  • SONIA : D'après un documentaire que j'ai regardé récemment une enquete faite par un institut avant le drame avait été envoyé au gouvernement américain et disait qu'il y avait de forte chance qu'une catastrophe de se niveau pouvait se produire dans cette region et que dans ce cas les digues ne tiendrait pas (il me semble qu'elle pouvait aller contre un ouragan de niveau 3 max)mais les digues n'ont pas été renforcées car le cout des travaux étaient trop élevé. le Gouvernement était au courant des risques et n'a eu aucune réaction. d'autre part comment peut on imaginer Bush comme un bon president quand on s'est que lorsque Katrina a dévasté la Nouvelle Orlean Monsieur était occupé a serrer la main a des politiques au lieu de secourir ce qui est censé etre son peuple. et je souhaiterai ajouter que le chef chargé de la sécurité a été engagé par Bush alors qu'il n'avait aucune expérience du terrain alors faut pas s'étonner que les secours ai mis 5 jours a arriver sur place . voila

    Le 18/08/2006 à 11h05
  • Eliot : Tout cela n'est que de l'intox et de la pure propagande destinée à faire passer les USA pour un pays raciste. Dans ce cas, on se demande alors vraiment pourquoi le 3eme personnage de l'Etat, Mme Rice est une femme noire (chose que l'on est pas près de voir en France)...Il ne s'améliore vraiment pas Spike Lee!

    Le 18/08/2006 à 08h13
  • Frederic : Dieu sais que mon opinion sur l’administration Bush est bien pauvre et qu’au souvenir des premieres déclarations après cette terrible catastrophe du clown que les américains ont élu comme président, il était très clair que cette même administration était débordée, mais de là a laisser dire qu’elle a fait délibérément sauter les digues, c’est quand même aller vraiment trop loin. Il faut rester objectif dans son opposition pour que celle-ci demeure crédible et fondée !

    Le 18/08/2006 à 05h27
  • Bill : Toujours à sens unique ce genre d'info, toujours les méchants "blancs" contre les gentils "noirs"!! Je ne veux me souvenir de cette tragédie que par les exemples de citoyens américains (blancs et noirs) sauvant d'autres citoyens américains (blancs et noirs) au péril de leurs vies, n'en déplaise à ce réalisateur qui hélas semble tomber dans des critères "raciaux" qui n'ont pas lieu d'être.

    Le 18/08/2006 à 00h19
  • J'y : Pourquoi spike lee,michael moore...mentiraient t ils?Ils ne sont pas achetés par le lobbing petrolier eux.

    Le 17/08/2006 à 19h41
      Nous suivre :
      Un Américain bat le record d'altitude en ballon

      Un Américain bat le record d'altitude en ballon

      logAudience