En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Après le raid israélien, le Liban menace


le 19 août 2006 à 11h53
Temps de lecture
4min
Offensive au Liban

Crédits : TF1-LCI

A lire aussi
MondeAprès l'opération commando israélienne menée en territoire libanais dans la nuit de vendredi à samedi, le Liban menace de stopper le déploiement de ses troupes à la frontière. Selon Israël, l'attaque avait pour but d'empêcher des livraisons d'armes au Hezbollah.

L'armée israélienne a confirmé avoir mené samedi "en profondeur au Liban" une opération spéciale pour "empêcher des livraisons d'armes au Hezbollah de l'Iran et de la Syrie", première violation grave de la trêve entre Israël et les combattants chiites. Un porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères a tenu à préciser que de telles livraisons d'armes constituaient elles-mêmes une violation de la résolution 1701 du Conseil de sécurité de l'Onu.

"L'opération visait, notamment, à empêcher des livraisons d'armes au Hezbollah de l'Iran et de la Syrie", selon un porte-parole, qui a souligné que "les objectifs de l'opération ont été entièrement atteints". Il s'est refusé à localiser l'opération et à indiquer si elle avait fait d'éventuelles victimes dans les rangs israéliens. Selon d'autres sources, un officier israélien a été tué et deux autres ont été blessés dont un grièvement dans cette opération commando. Israël accuse l'Iran et la Syrie de soutenir le Hezbollah et de lui fournir des armes et exige que la Force des Nations unies au Liban (Finul) renforcée contrôle la frontière libano-syrienne pour empêcher ces livraisons.

  • Hypothèses sur les buts réels de l'opération

Se démarquant de l'annonce officielle de Tsahal, la radio publique israélienne a émis l'hypothèse que le commando ait pu avoir eu pour mission de libérer les deux soldats israéliens capturés le 12 juillet par le Hezbollah.

A Boudaï, les sympathisants du Hezbollah ont affirmé pour leur part que le commando recherchait le trésorier national du parti, Mohammad Yazbeck. La radio israélienne a mis en doute cette hypothèse.

  • Le Liban dénonce une "violation flagrante" de la trêve

Le Premier ministre libanais Fouad Siniora a parlé de "violation flagrante" de la cessation des hostilités et son ministre de la Défense a affirmé qu'il "pourrait demander au Conseil des ministres de décider l'arrêt du déploiement de l'armée dans le sud si l'Onu ne donne pas une réponse claire" sur le raid. "Nous n'avons pas envoyé les troupes pour qu'elles tombent dans les pièges tendus par Israël", a-t-il dit après un entretien à Beyrouth avec Terje Roed-Larsen et Vijay Nambiar, émissaires du patron de l'Onu Kofi Annan.

  • L'Onu tente de "vérifier" le raid "de sources indépendantes"

Terje Roed-Larsen, émissaire de l'Onu, a indiqué qu'il tentait de "vérifier" les informations sur le raid "de sources indépendantes". "S'il s'avère que ce qui a été rapporté est correct, alors il est certain qu'il s'agit d'une violation claire du cessez-le-feu", a-t-il dit à la chaîne privée libanaise LBCI. Les envoyés de Kofi Annan se sont par ailleurs engagés à demander à l'Etat hébreu de mettre fin à ses violations du territoire libanais, selon le ministre libanais des Affaires étrangères Fawzi Salloukh.

  • L'armée libanaise à la frontière avec Israël 

Alors même que l'opération commando israélienne pourrait se traduire par un arrêt du déploiement libanais à la frontière avec Israël, l'armée libanaise a pris position samedi pour la première fois depuis 30 ans sur la frontière avec Israël à la "Porte de Fatima", dans le sud-est du pays, a affirmé le général Charles Chikhani, commandant de la 10è brigade d'infanterie. Elle doit être appuyée par une Finul renforcée.

  • Arrivée des soldats de la Finul élargie 

Les premiers éléments de la force élargie de l'Onu au Liban, membres d'une unité de génie française, sont arrivés par mer samedi en milieu de matinée à Naqoura dans le sud du Liban. (lire notre article)

D'après AFP

Commenter cet article

      Nous suivre :
      A la FIAC, Valls à Zahia : "C'est vous l'oeuvre, alors ? "

      A la FIAC, Valls à Zahia : "C'est vous l'oeuvre, alors ? "

      logAudience