En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES
DOSSIER : Cuba sans Castro

Fidel Castro, malade, cède provisoirement le pouvoir

Edité par
le 01 août 2006 à 07h20
Temps de lecture
3min
Les frères Castro

1er août 2006 : A quelques jours de ses 80 ans, le "Lider Maximo" annonce, par l’intermédiaire de son porte-parole, avoir subi une opération chirurgicale "complexe" aux intestins et délègue temporairement les principaux pouvoirs à son frère Raul (à droite). /

A lire aussi
MondeLe président cubain a délégué provisoirement le pouvoir à son frère Raul, après avoir été opéré lundi pour une crise intestinale aigue. Les Cubains de Miami, hostiles à Castro, fêtent déjà la fin de règne de celui qui cède la place pour la première fois depuis plus de 40 ans.

Le leader communiste de 79 ans, au pouvoir depuis plus de 47 ans, a cédé lundi provisoirement, mais pour la première fois, le pouvoir. Raul Castro, son frère cadet qui fut toujours son bras droit et dirige d'une main de fer l'armée cubaine, prend le relais à 75 ans.

Le Lider maximo a été opéré lundi après avoir subi ce qui a été présenté comme une crise intestinale aigue, "avec des saignements importants", comme l'a expliqué le président cubain dans un communiqué lu à la télévision par son secrétaire particulier. L'opération chirurgicale "l'oblige à garder le repos durant plusieurs semaines, éloigné de ses responsabilités et de ses fonctions".

D'après le ministère  vénézuélien des Affaires étrangères, qui cite des informations reçues des  autorités cubaines, le processus de rétablissement du président cubain Fidel Castro évolue "positivement".  Le Venezuela est étroitement lié à Cuba depuis l'arrivée au pouvoir en 1999  à Caracas du président Hugo Chavez.

"Enorme effort"

Fidel Castro, qui aura 80 ans le 13 août, reporte d'ores et déjà les festivités de son anniversaire au 2 décembre, date du 50e anniversaire du débarquement de Granma, qui devait le porter au pouvoir six ans plus tard (Lire encadré). Dans le communiqué, le président cubain explique cet accident de santé par les nuits blanches de travail, un "stress extrême" et "l'énorme effort consenti" pour se rendre à un sommet des chefs d'Etat d'Amérique du Sud et à la commémoration, la semaine dernière, de la bataille lancée en 1953 contre une garnison militaire, point de départ de la révolution cubaine.

Le Lider maximo  disait il y a deux semaines, en forme de boutade, qu'il resterait bien encore 20 ans au pouvoir qu'il occupe depuis janvier 1959. Il s'est toujours fermement attaché à ses prérogatives, mettant un point d'honneur, même en 2004 quand il était tombé et s'était cassé le bras, à continuer de gouverner l'île. Les spéculations sur sa santé, toujours entourée d'un grand secret, vont bon train depuis 2001 quand il s'était évanoui lors d'un discours. Dans les rues de Miami, c'était déjà la liesse dans la nuit de lundi à mardi chez les réfugiés cubains hostiles à Fidel Castro (Lire l'article).

47 ans de "règne"

Dernier dirigeant communiste du monde occidental, Fidel Castro, a déjà vu défiler dix présidents américains. Le 2 décembre 1956, ce fils d'émigré espagnol élevé chez les jésuites débarquait du yacht Granma en provenance du Mexique avec 82 hommes à bord, dont son frère Raul et Ernesto "Che" Guevara, afin de lancer la guérilla. Le 1er janvier 1959, il prend le pouvoir au dictateur Fulgencio Batista. La même année, il assure aux Etats-Unis n'être pas communiste mais quelques mois plus tard il proclame le "caractère socialiste" de sa révolution. En 1962, il autorise en octobre 1962 l'installation sur son sol de missiles soviétiques. C'est la fameuse crise des missiles" avec les Etats-Unis, alors dirigés par John F. Kennedy, et qui conduit le monde au bord d'un conflit mondial. En 1965, il fonde le Parti communiste cubain. En 1994, La Havane est le théâtre d'une première émeute depuis la fondation du régime (d'après AFP).

(Photo TF1-LCI - archives : Les frères Castro)

Commenter cet article

  • Luc : La démocratie et la défense des intérêts d'un Peuple et du socialisme , c'est garder le pouvoir pendant 47 ans et désigner son frère comme successeur !! Idem en Corée du Nord et dans les ex - démocratie d4europe de l'Est !

    Le 01/08/2006 à 12h59
  • Chris : Bientot la mort d'un dictateur? sa ne sera que mieux pour le peuple cubain. faites comme au congo installer une démocratie

    Le 01/08/2006 à 12h35
  • Daniel : Quoi qu'on puisse en penser, un sacré personnage que ce Fidel Castro. Il a fait de Cuba un pays dont le taux d'alphabétisation ou l'accès aux soins médicaux sont supérieurs à ceux des USA ! Malgré un embargo inique qui dure depuis 40 ans. Certes, son régime n'est pas parfait mais ce n'est pas non plus un boucher sanguinaire, la population le soutient encore en masse, n'en déplaise aux américains. A Chavez et à Morales de continuer le combat !

    Le 01/08/2006 à 12h02
  • Patrick : Castro chez les Jesuites ! Le dictateur nord coreen, fils de Pasteur...Decidemment, le Monde n'a pas de chance et recolte "les rates" du Christianisme, car les vrais chretiens sont caches! a l'oeuvre ! et meconnu du public comme tout ce qui a de la valeur...qui ne fait donc pas la une de l'actualite.C'est effectivement la vraie valeur...non connue des hommes et eux ce ne sont pas des dictateurs car eux ! ils ne cherchent pas le pouvoir pour satisfaire leurs frustations passees au service d'une ideologie absolue... Si toutefois, Castro meurt, que son ame puisse reposer en paix s'il le souhaite...souhaitons le meilleur meme pour nos "ennemis" afin de ne pas etre nous memes victimes de notre propre haine qui nous enleverai toute paix interieure a jamais. Merci a TF1 de me publier(JE ME FAIS PEUT-ETRE TROP D'ILLUSIONS) pour cette reflexion du jour.

    Le 01/08/2006 à 11h56
  • Pascal : C'est une triste nouvelle; Castro permet depuis presque 50 ans que l'impérialisme US ne s'implante pas à Cuba, et est le moteur de tous les non-alignés, pays d'amérique centrale et du sud opposés aux Etats Unis. Les USA ont tenté à de multiples reprises et sans succès, en s'alliant souvent avec la mafia, de tuer Castro; celui-ci se rétablira à mon avis sans problème d'ici 1 mois. De toute façon, la gauche anti-US est ultra majoritaire dans les pays et d'amérique du sud et centrale; et ce mouvement survivra à Castro et s'amplifiera encore, pour le bien de tous.

    Le 01/08/2006 à 10h16
      Nous suivre :
      Les sublimes images de la migration des grues cendrées

      Les sublimes images de la migration des grues cendrées

      logAudience