En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Liban : pourquoi la France tergiverse

Edité par
le 17 août 2006 à 16h37
Temps de lecture
4min
Finul

Finul /

À lire aussi
MondeInstigatrice de la résolution 1 701 de l'Onu sur l'instauration d'une Force multinationale chargée de pacifier le Liban-Sud, la France a cependant hésité à en assurer la direction et ne déploiera finalement dans un premier temps qu'un petit contingent.

La France garde de très mauvais souvenirs de ses interventions précédentes sous mandat de l'ONU au Liban. En octobre 1983, l'attentat contre l'immeuble Drakkar, qui abritait à Beyrouth le quartier général du contingent français de la force multinationale chargée d'assurer la paix après l'invasion israélienne et les combats contre l'OLP, avait tué 58 parachutistes. Il avait été attribué à l'époque aux milices chiites qui formaient l'embryon de ce qui deviendra le Hezbollah. Deux ans plus tard, en pleine guerre Iran-Irak, Paris fut encore victime de son soutien à Saddam Hussein avec l'enlèvement de plusieurs de ses ressortissants, les derniers n'étant libérés qu'en 1998.

Les militaires français ont également en travers de la gorge leur intervention en Bosnie dans le cadre de la Force de protection des Nations unies entre 1992 et 1995. Paralysés par un mandat flou, ils furent humiliés, virent notamment plusieurs de leurs soldats enlevés et ligotés par les Serbes en 1995 et perdirent au total près de 80 hommes. Sans oublier encore les difficultés rencontrées par la Force licorne en Côte d'Ivoire.

" Pour quoi faire et comment"

Conséquence de ces déboires passés : la France, pourtant à l'origine de la résolution 1701 de l'Onu du vendredi 11 août qui prévoit le renforcement de la Finul, présente au Liban depuis 1978, hésite. Elle a tout d'abord hésité à en prendre la tête, et hésite maintenant à lui fournir un contingent important. Elle souhaite notamment la mise noir sur blanc d'un mandat clair et précis pour l'établissement de la zone tampon au Liban-Sud, où ni Tsahal ni le Hezbollah ne devront être présents, et dans quelles conditions l'usage de la force sera autorisé.

En annonçant jeudi soir sa décision d'assumer la direction, Jacques Chirac a ainsi rappelé "que la mission, les règles d'engagement et les moyens de cette force doivent encore être précisés, de même que la répartition des contingents qui doit refléter l'engagement de toute la communauté internationale" -allusion à la présence de pays européens et musulmans. "La question, ce n'est pas combien et quand. C'est pour quoi faire et comment. Une mission floue risquerait d'entraîner une catastrophe" résumait auparavant Michèle Alliot-Marie, la ministre de la Défense.

Syrie et Iran, les épouvantails

Pour l'instant, 200 soldats français participent à la Finul au Liban-Sud, composée de 2 000 hommes et dirigée par le général Alain Pellegrini. La résolution 1 701 prévoit de déployer au total environ 15 000 militaires. L'Onu, estimant qu'il faudra plusieurs mois pour arriver à ce chiffre, plaide donc pour l'envoi rapide d'au moins 3 500. Et pousse surtout la France à entériner son rôle de leader, en lui demandant au total jusqu'à 5 000 hommes. "La position de la France fera boule de neige", négativement ou positivement, indiquaient des sources diplomatiques au Monde daté de vendredi. Or Jacques Chirac n'a annoncé jeudi que la participation symbolique supplémentaire de 200 hommes -tout en maintenant il est vrai le soutien apporté par ceux (1 700) basés au large du Liban pour l'opération Baliste.

Parmi les raisons évoquées par les diplomates pour expliquer ce pas en arrière, outre un mandat encore flou, "la crainte de représailles de la Syrie et de l'Iran". La France est en conflit avec la première pour l'enquête sur l'assassinat de l'ancien Premier ministre libanais Rafic Hariri. Et avec le second, elle est en première ligne sur le dossier du nucléaire. Or les deux pays, soutiens financiers et militaires du Hezbollah, auraient la possibilité de mener la vie dure aux soldats français via la milice chiite. Et le Parti de Dieu devrait garder tout son attirail militaire. Son désarmement n'incombe en effet pas à la Finul, mais à l'armée libanaise. Soit un vœu pieux pour la plupart des observateurs.

(photo : un véhicule de la Finul)

Commenter cet article

  • Jeff : Envoyer des hommes servir de cible sans pouvoir riposter c'est le mandat actuel de la Finul. Le minimum c'est de pouvoir riposter et de savoir reellement ce que l'on va y faire. Ce que le gouvernement demande et la France n'est pas la seule c'est juste que les hommes ne servent pas de faire valoir marketing pour l'ONU.

    Le 18/08/2006 à 11h45
  • Jonathan : Il ne faut pas se voiler la face, l'actualité est encore brulante a ce sujet mais lorsque les semaines passeront on entendra de moin en moin parler de la FINUL qui n'a rien fait dans le passé alors qu'il y avait une résolution de l'ONU déjà pour le désarmement du heybolah avec le soutient de l'armée libannaise. Le problème c'est que soit le statu quo perdurent des années comme de 1983 à 2006 entre le hezbolah et Israel, soit Israel ne voyant pas le heyzbollah désarmé encore une fois va de nouveau se charger de l'affaire mais avec les critique que le gouvernement est en train d'essuyer, cette fois ils vont y aller carrément sans tractes largué pour prevenir la population. Et de nouveau le Hezboalah deviendront des fantomes parmi les civils... Depuis la 1ere guerre au Liban, nous voyons des guerres différentes non pas face à un pays tout entier mais bien face à un groupuscule qui se cache derriere des civils. Nous l'avons vu avec la 2ème Intifada, la guerre en Afgainistan (toujours d'actualité), la guerre en Irak (toujours d'actualité) et maintenant la 2ème guerre au Liban. Merci de publier TF1

    Le 18/08/2006 à 11h11
  • Arnaud : On ne peut pas vouloir joueur un rôle de leader en étant au premier plan quand il s'agit d'écrire une résolution demandant l'envoi de soldats, et en se rétractant après en envoyant les autres au casse-pipe. La France doit aller au bout de son action, sous peine de perdre le peu de crédibilité qu'il lui reste sur le plan international. Si Chirac ne voulair pas s'impliquer, il fallait y penser avant.

    Le 18/08/2006 à 10h20
  • David : Regardons les faits en face : Israel se fait bombarder de missiles. Ils rentrent au Liban et essaient de limiter les victimes civiles. La France, Le Monde et l'ONU s'agitent pour une resolution qu'aucun de ses instigateurs de souhaite appliquer. En attendant...le Hezbollah rearme, et le temps s'ecoule pourque l'Iran ait l'arme nucleaire. Dans 2 ans, le Liban sera le feu de paille qui declenchera une guerre nucleaire dans cette region. Bravo a la clairvoyance de nos politiciens, Bravo a la politique de l'Autruche.

    Le 18/08/2006 à 08h42
  • FLORI : Ce sont des militaires s'engageant par les intermédiaires de la FINUL et et de l'ONU qui vont essayer de se faire entendre par les deux pays qui étaient en guerre de pacifier ce monde israêlien-libanais.Ce sont sûrement de lourdes tâches et assez de longue haleine en espérant de ne pas avoir trop d'optimisme immédiat.

    Le 17/08/2006 à 19h41
      Nous suivre :
      Ce pompier a monté 700 marches en 5 minutes et 15 secondes

      Ce pompier a monté 700 marches en 5 minutes et 15 secondes

      logAudience