ARCHIVES

Liban-Sud : Tsahal se replie, les soldats libanais arrivent jeudi


le 15 août 2006 à 08h00
Temps de lecture
5min
Finul

Finul /

À lire aussi
MondeL'état major israélien a annoncé mardi vouloir boucler son retrait du Liban-Sud d'ici à dix jours, afin de transférer le contrôle de la région à la Finul conformément à la résolution de l'Onu. Le Liban envisage de déployer ses troupes dès jeudi. Le cessez-le-feu est globalement respecté, mis à part quelques affrontements isolés.
  • L'armée israélienne sera partie d'ici à 10 jours

L'objectif de Tsahal est de renvoyer 80% de ses réservistes chez eux d'ici à 10 jours. Le chef d'état-major israélien, Dan Haloutz, a estimé mardi sur la radio militaire que le transfert à la Force intérimaire des Nations unies au Liban (Finul) et à l'armée libanaise du Liban-Sud, contrôlé par l'armée israélienne, prendrait "une semaine à dix jours". La résolution de l'Onu, qui a d'abord organisé un cessez-le-feu depuis lundi 7h, prévoit en effet que les forces libanaises et de la Finul se déploieront parallèlement au retrait israélien.

D'ores et déjà, quelque 2000 soldats de l'Etat hébreu, sur les 30.000 envoyés au Liban-Sud, sont déjà partis. L'armée israélienne entend même remettre dans les 48 heures certaines de ses positions avancées non stratégiques aux soldats de la Finul, sans attendre que celle-ci reçoive les renforts décidés vendredi par le Conseil de sécurité (pour passer de 2000 soldats actuellement à 15.000). Il faudra "un an" pour que les effectifs de la Finul soient portés à 15.000 hommes comme le prévoit la résolution 1701 de l'Onu, selon le général Alain Pellegrini, dans une interview publiée mardi par le quotidien Le Monde.

En attendant ce transfert, l'armée israélienne a lâché mardi des tracts sur le Liban pour déconseiller aux civils de rentrer chez eux tant que la force internationale n'est pas déployée (lire notre article sur le retrour des Libanais chez eux).

  • L'armée libanaise s'installera au sud jeudi

De source politique, le Liban prévoit ainsi de déployer ses soldats au sud du fleuve Litani dès jeudi. Les unités appelées à se déployer auraient d'ailleurs déjà commencé à se regrouper dans différentes bases militaires. Le Liban avait annoncé que son contingent compterait jusqu'à 15.000 hommes, en plus de 15.000 soldats de la Finul prévus.

Le ministre libanais de la Défense a jugé lundi soir que le rôle de l'armée libanaise n'était pas de désarmer le Hezbollah. "Son rôle est d'assurer la sécurité de la résistance et des citoyens, de protéger la victoire de la résistance", a déclaré Elias Murr, en référence à la Résistance islamique, branche armée du Hezbollah. "Néanmoins, a-t-il ajouté, je vous rassure : la résistance fait preuve d'un maximum de coopération dans ce domaine, et dès que l'armée sera déployée, il n'y aura plus ni arme, ni présence armée sur le terrain autre que celle de l'armée" libanaise et de la Finul.

  • La Finul pourrait être chapeautée par la France

Après ses efforts diplomatiques tout au long des 33 jours de conflit, la France est pressentie pour prendre la tête de la force internationale renforcée au Liban-Sud. Elle a toutefois averti qu'elle n'enverrait pas ses soldats sans quelques garanties, notamment sur le désarmement du Hezbollah. Philippe Douste-Blazy a ainsi rappelé lundi soir au gouvernement libanais que c'était à lui qu'il revenait de définir les "modalités" d'un tel désarmement. Le ministre français des Affaires étrangères est parti mardi pour Beyrouth où il doit discuter mercredi des conditions du déploiement de la Finul renforcée.

L'Onu espère le déploiement au Liban-Sud d'ici 10 à 15 jours de 3.000 à 3.500 hommes fournis par la communauté internationale et qui constitueraient l'avant-garde de la Finul renforcée prévue par la résolution 1701, a indiqué mardi un haut responsable onusien.

  • Cessez-le-feu fragile

En attendant, le cessez-le-feu est "globalement respecté" selon les casques bleus stationnés au Liban-Sud, même si l'on dénombre quelques affrontements isolés. Tsahal a ainsi ouvert le feu mardi sur 5 membres armés du Hezbollah au cours de deux accrochages distincts au Sud-Liban, selon Tsahal qui n'a pas précisé s'ils avaient été tués. Une dizaine de roquettes ont en outre été tirées près de positions occupées par l'armée israélienne au Liban-Sud dans la nuit de lundi à mardi sans faire ni victime ni dégâts, selon une porte-parole de l'armée, qui dit ne pas avoir riposté. Quatre combattants du Hezbollah ont été tués au Liban-Sud lundi, selon l'armée israélienne, ce que la branche armée du parti chiite a démenti.

Deux civils libanais, dont un enfant, ont été tués et cinq autres ont été blessés lundi au Liban-Sud dans l'explosion de bombes à fragmentation, selon un bilan de la police. Ces bombes à fragmentation, qui explosent au toucher, ont explosé au sud-est de Beyrouth. Les agences de l'Onu et les autorités libanaises ont appelé lundi la population à exercer la "plus grande vigilance" en raison de la présence sur le terrain de munitions non explosées.

  • Livni rencontrera Annan à New York mercredi 

La ministre israélienne des Affaires étrangères Tzipi Livni a annoncé mardi qu'elle allait rencontrer mercredi le secrétaire général de l'Onu Kofi Annan à New York. "La communauté internationale et le gouvernement libanais ont pris une grande responsabilité en s'engageant à faire respecter la résolution (1701) du Conseil de sécurité de l'Onu, notamment la clause sur l'embargo sur les armes destinées au Hezbollah", a-t-elle déclaré. Selon la radio publique israélienne, le numéro deux du gouvernement Shimon Peres doit pour sa part s'entretenir mardi avec la secrétaire d'Etat américaine Condoleezza Rice.

  • Découvertes des corps sous les gravats

Les corps de 38 civils, dont onze enfants au moins, et de quatre combattants du Hezbollah ont, depuis le cessez-le-feu lundi, été retirés des décombres dus aux bombardements israéliens au Liban, selon l'AFP, alors que les opérations de déblaiement se poursuivaient.

D'après AFP

Photo : Les habitants de Beyrouth regagnent leurs habitations mardi

Commenter cet article

      Nous suivre :

      Entre Morano et Philippot, ça clashe, ça clashe...

      logAudience