ARCHIVES

Libération en masse de détenus


le 01 août 2006 à 20h54
Temps de lecture
3min
carte italie rome

Crédits : INTERNE

À lire aussi
MondeDes centaines de détenus ont été libérés mardi en Italie, dans le cadre d'une loi controversée de remise générale des peines destinée à lutter contre la surpopulation carcérale.

Du nord au sud de l'Italie, plusieurs centaines de détenus ont été libérés mardi des prisons de la Péninsule, profitant d'une loi controversée de remise générale des peines destinée à lutter contre la surpopulation des prisons.

A Rome, Milan, Bari ou Palerme, les mêmes scènes d'embrassades ou de sortie solitaire se sont répétées devant les établissements pénitentiaires, au premier jour de l'application d'une remise de peine générale de trois ans, qui pourrait bénéficier à près de 20.000 détenus dans les deux prochaines années.

Distribution de kits à Rome

Une centaine de prisonniers ont ainsi été libérés à Rome, 124 personnes sont sorties de prison à Trente, dans le nord du pays, tandis que 107 personnes avaient déjà quitté leurs cellules en Toscane dans l'après-midi.

Face à ces sorties en masse, certaines mairies ont pris des mesures pour assister les ex-détenus, comme à Rome, où des kits contenant des tickets-restaurant, des billets de bus et de métro ainsi qu'une carte téléphonique d'une valeur de cinq euros ont été distribués.

Mais ces mesures ne rassurent pas certains directeurs d'établissements pénitentiaires."Il faut investir beaucoup plus dans les programmes de réinsertion pour que ceux qui retrouvent la liberté ne soient pas placés à nouveau dans une situation comme celle qui les a amenés à la criminalité", a averti la directrice de la prison San Vittore de Milan.

Non applicable pour les actes liés au terrorisme

Destinée à désengorger les prisons, le texte adopté par le Parlement ce week-end a provoqué des tensions dans la majorité de centre-gauche de Romano Prodi : deux partis (Italie des Valeurs, Parti des Communistes italiens) ont refusé d'approuver une loi concernant aussi la criminalité en col blanc.

La remise de peine ne pourra cependant pas s'appliquer pour toute une série de crimes et délits, dont les actes liés au terrorisme, à la mafia ou les violences sexuelles. Selon les derniers chiffres officiels, plus de 62.000 personnes sont incarcérées en Italie, alors que la capacité théorique des prisons est limitée à 43.000 places.

D'après AFP

Commenter cet article

  • Cedric : Les prisons sont pleines donc au lieu d'en construire de nouvelles on libère tout le monde. Pas de doutes la gauche est bien de retour en Italie. Lorsque je pense que ce fléau gauchiste peut s'abattre sur nous en 2007...

    Le 02/08/2006 à 08h45
  • Florent : La gauche, toute la gauche, rien que la gauche, dans toute sa splendeur : les criminels dehors, et les braves gens emm..dés pour un ticket de parking manquant !!! La gauche vide les prisons, après que Berlu ait libéré le port d'arme et allégé l'autodéfense ... on va voir du spectacle là-bas !

    Le 02/08/2006 à 01h06
  • Clairevoyance : Bah en France pour lutter contre la surpopulation carcerale, on fait mieux depuis longtemps... plutot que de liberer les delinquants avant terme, on ne les met tout simplement pas en prison ! Simple mais il fallait y penser ! Les delinquants vous disent merci, messieurs les politiques...

    Le 01/08/2006 à 21h50
      Nous suivre :

      Zapnet : la glace plus forte que le pont ?

      logAudience