En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Nathalie Gettliffe reste en prison


le 19 août 2006 à 07h24
Temps de lecture
3min
TF1/LCI Nathalie Getliffe
À lire aussi
MondeLa justice canadienne a rejeté vendredi la demande de libération conditionnelle de la Française Nathalie Gettliffe, accusée au Canada de l'enlèvement de ses deux enfants. Tout porte à croire qu'elle accouchera en prison avant le début de son procès cet automne.

Nathalie Gettliffe reste en prison. La demande de libération conditionnelle de la Française, accusée au Canada de l'enlèvement de ses deux enfants a été rejeté vendredi par un tribunal canadien. La juge de la Cour suprême de Colombie-Britannique a ainsi confirmé en appel une décision rendue en mai.

Nathalie Gettliffe, enceinte de huit mois, n'a pas assisté vendredi à la décision de la cour en raison de son état de santé que ses proches et son avocate canadienne, maître Deanne Gaffar, jugent préoccupant. "Nous sommes bien sûr très déçus, et nous sommes particulièrement préoccupés par l'état de santé de ma cliente", a insisté Mme Gaffar à la sortie du palais de justice de Vancouver.

Un deuxième appel ?

Nathalie Gettliffe vit dans un centre de détention pour femmes situé à une heure de Vancouver et a des contractions prématurées. De plus, une grève a été déclenchée cette semaine par les infirmières des prisons de la Colombie-Britannique. "Il est clair pour moi que l'institution ne pourra pas lui fournir le niveau de soins nécessaires", a ajouté Mme Gaffar en précisant que sa cliente souffrait de "fatigue extrême". En raison de ces circonstances exceptionnelles, la juge Holmes a autorisé le clan Gettliffe à présenter un deuxième appel, dans le cas où les soins médicaux fournis à la Française seraient insuffisants.

Nathalie Gettliffe est détenue au Canada depuis le 11 avril, alors qu'elle retournait à l'université de Colombie-Britannique (UBC) pour soutenir sa thèse. La jeune femme avait fui en 2001 le Canada pour la France en compagnie de ses deux enfants afin, selon elle, de les soustraire à l'influence de leur père, membre de l'Eglise internationale du Christ, considérée comme un mouvement sectaire en France mais légale au Canada.

La justice avait rejeté en mai une première requête pour sa libération conditionnelle. Son avocate avait fait appel de cette décision, mais l'audience avait été reportée à trois reprises depuis. Son procès doit s'ouvrir le 20 novembre prochain. Elle est passible d'une peine maximale de dix ans de prison, en vertu du code pénal canadien. Ses enfants de 11 et 12 ans, ont été remis en juillet par la police française à leur père canadien, Scott Grant.

Image LCI. Nathalie Gettliffe à Paris. Archives. DR. 

Commenter cet article

  • Charles : Elle serait journaliste,nos hommes politiques se seraient déja transformés en carpette. Que douste blazy mette tout en oeuvre pour exiger la libération immédiate de cette ressortissant française. Il est vrai que ce n'est pas dans l'habitude des hommes politiques français d'aider nos compatriotes. En 2007 je sais pour qui je voterais.

    Le 19/08/2006 à 10h02
  • Daniel : Son état de santé est très inquiètant et on ne fait rien pour elle. La secte dont fait partie son ex-mari est classée dangereuse en France,mais il a quand même eu le droit de venir chercher ses enfants et de les emmener avec lui.Je ne comprends pas!

    Le 19/08/2006 à 09h42
  • Laurent : C'est à se demander s'il n'y a pas une corruption là bas…

    Le 19/08/2006 à 09h25
  • Tit : On ferait subir le meme traitement à une "sans papier" en France, que 10000 personnes, et associations seraient dans la rue....

    Le 19/08/2006 à 09h23
  • Manu : De l' acharnement, pur et simple ! L'ex mari n'aurait-il pas le bras long..... ? Courage à vous Nathalie.

    Le 19/08/2006 à 08h28
      Nous suivre :
      A la découverte de la France souterraine : une cave aux sculptures mystérieuses

      A la découverte de la France souterraine : une cave aux sculptures mystérieuses

      logAudience