En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Paris s'inquiète de la santé de Nathalie Gettliffe


le 20 août 2006 à 19h24 , mis à jour le 20 août 2006 à 19h24.
Temps de lecture
3min
TF1/LCI Nathalie Getliffe
À lire aussi
MondePhilippe Douste-Blazy a téléphoné dimanche à son homologue canadien et a "insisté sur la nécessité de prendre rapidement les mesures sanitaires qui s'imposent" pour Nathalie Gettliffe. Enceinte de 8 mois, la Française connaît une grossesse difficile mais sa demande de libération conditionnelle a été rejetée.

Accusée au Canada de l'enlèvement de ses deux enfants, Nathalie Gettliffe vit dans un centre de détention pour femmes situé à une heure de Vancouver. Enceinte de huit mois, elle a des contractions prématurées. Vendredi, sa demande de libération conditionnelle a été rejetée par la Cour suprême de Colombie-Britannique. Elle risque donc d'accoucher en prison et son état de santé suscite l'inquiétude de ses proches, alors qu'une grève a été déclenchée cette semaine par les infirmières des prisons de la Colombie-Britannique.

Dimanche, le ministre des Affaires étrangères s'en est ému à son tour. Philippe Douste-Blazy a lancé un appel à son homologue canadien. "M. Philippe Douste-Blazy a eu aujourd'hui un entretien téléphonique avec son homologue canadien, M. Peter MacKay, pour évoquer la situation de Mme Nathalie Gettliffe", a indiqué le ministère français dans son communiqué. Il lui a indiqué que "l'état de santé de Mme Gettliffe pouvait inspirer une légitime inquiétude".

"Un cas difficile et douloureux"

Rappelant qu'en raison de sa grossesse difficile, la justice avait autorisé la Française à présenter un deuxième appel, Philippe Douste-Blazy "a insisté sur la nécessité de prendre rapidement les mesures sanitaires qui s'imposent". Il "a remercié par avance son homologue canadien de l'attention qui pourrait être apportée à ce cas difficile et douloureux", précisant qu'il "n'entendait certainement pas s'ingérer dans la procédure judiciaire en cours au Canada et encore moins se prononcer sur le fond d'un dossier qui relève de la seule compétence de la justice".

Pour le compagnon actuel de la Française, Francis Gruzelle, son maintien en détention est "disproportionné". Pour lui, "le problème le plus urgent reste son état de santé". "Nathalie est alitée sous perfusion et son suivi médical n'est plus assuré en raison d'une grève du personnel médical des prisons de Colombie-Britannique", a-t-il indiqué. Le procès de la Française doit s'ouvrir le 20 novembre et elle est passible d'une peine maximale de dix ans de prison, en vertu du code pénal canadien.

Image LCI. Nathalie Gettliffe à Paris. Archives. DR. 

Commenter cet article

      Nous suivre :
      ZAPPING. "Difficile", "dur" : quand Hollande veut montrer la difficulté de sa tâche

      ZAPPING. "Difficile", "dur" : quand Hollande veut montrer la difficulté de sa tâche

      logAudience