En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

De "violents combats" opposent rébellion et armée


le 08 mai 2009 à 11h14
Temps de lecture
3min
Tchad

Crédits : TF1-LCI

A lire aussi
AfriqueDéjà jeudi, des affrontements impliquant des moyens aériens et terrestres avaient opposé les rebelles et l'armée à environ 110 km au sud d'Abéché (Est).

De "violents combats" opposaient vendredi troupes rebelles et forces gouvernementales tchadiennes près d'Abéché, dans l'est du Tchad, non loin des lieux d'affrontements de la veille entre les deux camps, a annoncé la rébellion. Le gouvernement tchadien a confirmé l'existence de ces nouveaux combats.
 
Ces combats, engagés "dès les premières heures (...) de ce jour", se déroulaient à Houaich, près d'Am-Dam (plus de 100 km au sud d'Abéché), a affirmé le porte-parole adjoint de la rébellion, dans un communiqué. Jeudi, des affrontements impliquant des moyens aériens et terrestres avaient opposé les rebelles et l'armée à environ 110 km au sud d'Abéché, selon les deux parties. Le gouvernement a annoncé 125 morts parmi les rebelles et 21 parmi les militaires. Aucun bilan n'a été fourni par l'Union des forces de la résistance (UFR), qui regroupe neuf factions rebelles. Dans son communiqué, le porte-parole adjoint de l'UFR annonce "plusieurs dizaines de morts et blessés" et plusieurs prisonniers faits dans le camp des forces gouvernementales. Selon l'état-major de l'armée tchadienne, en plus des 146 morts dans les deux camps, les affrontements de jeudi ont aussi fait 30 blessés parmi les militaires. L'armée revendique en outre 152 prisonniers de guerre, incluant un commandant en chef et un chef d'escadron de l'UFR.
 
Entrée le 4 mai dans l'est du Tchad en provenance du Soudan voisin, l'UFR a dit progresser avec pour "objectif final"N'Djamena, la capitale, où une précédente coalition de rebelles avait pénétré en février 2008, manquant de peu de renverser le président Idriss Deby Itno. Le gouvernement a assuré avoir pris toutes les dispositions pour les contrer et faire en sorte qu'"aucune ville de l'Est" ne tombe sous leur contrôle. L'est du Tchad abrite quelque 450.000 réfugiés soudanais, centrafricains et des déplacés tchadiens, auxquels de nombreuses organisations apportent une assistance humanitaire. Par mesure de sécurité, certaines agences ont déplacé une majorité de leurs employés et réduit leurs activités.

(D'après agence)

Commenter cet article

  • Marie27440 : Mon cousin est au tchad en ce moment il doi rentrer en juin esperons qu'il ne lui arrive rien Je t'aime david ?

    Le 08/05/2009 à 21h32
      Nous suivre :
      Dark Vador en campagne pour les élections législatives ukrainienne

      Dark Vador en campagne pour les élections législatives ukrainienne

      logAudience