En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Bientôt la fin des bases militaires françaises au Sénégal

Edité par
le 19 février 2010 à 22h26
Temps de lecture
3min
À lire aussi
AfriqueParis s'apprête à fermer ses bases au Sénégal, fortes de quelque 1.200 hommes, mais entend maintenir un dispositif. L'annonce intervient après la visite à Dakar d'Hervé Morin, lors de laquelle les accords de défense ont été renégociés.

Le Sénégal est l'une de ses trois installations militaires permanentes de la France en Afrique. Quelque 1.200 militaires français y sont actuellement "pré-positionnés". Ce ne sera bientôt plus le cas. La France s'apprête à fermer ses bases militaires au Sénégal mais entend y conserver un "pôle de coopération militaire à vocation régionale", a confirmé vendredi soir le ministère de la Défense, alors que le porte-parole de la présidence sénégalaise avait affirmé que "les bases militaires françaises vont quitter Dakar en vertu d'un accord qui sera signé avant le 4 avril par les deux parties".
 
"Le concept de base a vécu et on va vers autre chose, la mise en place d'un pôle de coopération régionale", a justifié l'entourage du ministre de la Défense. "Les détails de la mise en oeuvre doivent encore faire l'objet de discussions avec la partie sénégalaise", a précisé le ministère de la Défense interrogé sur le nombre de militaires français qui pourraient être maintenus au Sénégal. Cette annonce intervient juste après la visite de quelques heures à Dakar du ministre français de la Défense Hervé Morin, consacrée notamment à la renégociation des accords de défense entre la France et le Sénégal.
 
Ancienne colonie française d'Afrique de l'Ouest, indépendante depuis 1960, le Sénégal est lié à la France par un accord de défense depuis 1974, et quelque 1.200 militaires français (terre, air, mer) sont "pré-positionnés" à Dakar dans le cadre des "Forces françaises du Cap Vert" (péninsule de la région dakaroise). Le président français Nicolas Sarkozy avait promis en août 2009 que la renégociation des accords de défense liant la France à huit pays africains serait achevée "fin 2009". Mais, à ce jour, seuls deux accords de défense ont été signés, avec le Togo et le Cameroun. Un troisième doit être signé prochainement avec la Centrafrique. Le Livre blanc sur la Défense, publié au printemps 2008, annonçait "à terme, une présence (française) sur la façade atlantique du continent africain (et) une sur sa façade orientale", laissant entendre que l'une des bases riveraines de l'Atlantique, Libreville ou Dakar, serait sacrifiée. Mais, en septembre 2009, M. Morin avait affirmé que les bases de Dakar et de Libreville seraient maintenues.

Commenter cet article

  • champaloux87 : Merci de cet éclairage inquiétant sur la situation prévalant au Sénégal de nos jours , car en effet , coté médias , silence complet ! cet "oubli" est partiellement réparé par la publication de votre opinion ici meme et je suis certain que de nombreux francais y réfléchiront à deux fois avant de partir pour ce pays ! condoléances sincères à la famille de votre ami décédé dans des conditions sordides ! que la police sénégalaise montre sa volonté de lutter contre ces crimes odieux en arrétant les coupables le plus vite possible !

    Le 21/02/2010 à 01h32
  • artibel : J'ai vécu 6 ans au Sénégal et je ne vous cache pas ma grande inquiétude quant à l'avenir de ce pays. Après les attentats du 11 septembre 2001, au World Trade Center, c'est avec une immense consternation que nous avons vu fleurir un peu partout dans les villes sénégalaises des portraits géants de Ben Laden. Il y en eut même un d'une taille impressionnante sur l'avenue Ponti qui est l'artère principale de Dakar. Depuis, ce pays subit une islamisation rampante. Et ce changement de mentalité, insinué dans les esprits par les marabouts de Touba, ne cesse de faire croître la haine d'une partie de la population sénégalaise vis à vis des "toubabs" (les blancs). Cela s'est vite traduit par un racket de plus en plus agressif et outrancié, racket parfaitement orchestré par les "hommes en uniformes", douaniers, policiers ou agents publics de toutes sortes, par des agressions de plus en plus violentes (y compris sur la petite côte qui est un lieu touristique) et même, récemment, par un meurtre.Dans la nuit du 27 au 28 août 2009, un couple de navigateurs français a été agressé à l'intérieur de son voilier qui étaient mouillé en baie de Hann. La jeune femme a été violée par trois sénégalais sous les yeux de son compagnon et celui-ci a ensuite été assassiné.Son nom était Gérard Gallais. Gérard avait 57 ans et, malgré un léger handicap qui rendait sa démarche quelque peu claudiquante, c'était un type toujours plein d'entrain et heureux de vivre. C'était un homme sans histoire et c'est peut-être pour cela que les médias français n'ont même pas pris la peine de relater son assassinat. Les faits se sont produits à 200 m à vol d'oiseau de la base militaire française de Bel Air... A ce jour, les assassins de Gérard courent toujours. (je vous remercie de ne pas me censurer)

    Le 20/02/2010 à 17h05
  • alain-paris : Si vous connaissez une compagnie d'assurances qui vous couvre sans avoir versé de primes, dites moi vite laquelle, que je résilie mes contrats. Après tout je ne vois pas pourquoi je paierais des fortunes ce que je pourrais avoir gratuitement !

    Le 20/02/2010 à 16h13
  • bearnais64 : Bernnys,si vous lisez bien,je m'adresse à alain-paris pour sa remarque à votre article.J'espére que vous changerez si vous savez que je vous ai donné une voix.

    Le 20/02/2010 à 13h36
  • bernnys : A bearnais64 desolé je sais de quoid je parle j'y est vécu 2 ans dakar même et les impot aussi je les paye même la-bas. oui monsieur je suis imposable.je faisait ma déclaration la-bas comme tout le monde au trésort puplic. jespère qu'un jour vous aurez besoin de l'armé pour vous aidé mais je ne vous le souhaite pas.

    Le 20/02/2010 à 12h40
      Nous suivre :
      Griezmann, Evra, Debuchy : mercato chez les Bleus

      Griezmann, Evra, Debuchy : mercato chez les Bleus

      logAudience