En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES
DOSSIER : Michel Germaneau

"Nous avons exécuté l'otage français"

Edité par
le 25 juillet 2010 à 21h09
Temps de lecture
4min
germaneau

Michel Germaneau (photo non datée) / Crédits : TF1/LCI

A lire aussi
AfriqueSelon la chaîne Al Jazeera, Al Qaïda au Maghreb islamique a annoncé avoir tué Michel Germaneau en réponse à l'opération militaire menée contre ses membres au Mali avec l'appui de l'armée française. L'Elysée ne confirme pas.

Reste-t-il un espoir pour l'otage français au Mali ? Le communiqué retransmis par la chaîne de télévision Al-Jazeera ne semble guère en laisser : Al Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) a annoncé dimanche soir avoir tué Michel Germaneau en réponse à l'opération militaire mauritanienne menée contre ses membres avec l'appui de l'armée française.

Un responsable de l'AQMI, en l'occurrence son chef, Abou Moussab Abdel Wadoud, aurait ainsi déclaré dans un enregistrement sonore que l'ingénieur français, enlevé fin avril dans le nord du Niger, avait été tué samedi pour venger la mort de plusieurs combattants islamistes, qui ont péri au cours du raid mené cette semaine contre ses positions. Voici, en substance, le contenu du communiqué :"Nous annonçons avoir exécuté l'otage français dénommé Michel Germaneau samedi 24 juillet pour venger nos six frères tués dans la lâche opération de la France", aux côtés des forces mauritaniennes contre une unité d'Al-Qaïda.

Cette information a depuis lors été confirmée, dans la nuit de dimanche à lundi, par des sources maliennes. "Oui, c'est vrai, après l'échec du raid franco-mauritanien de jeudi, l'Aqmi a exécuté l'otage français", a déclaré, sous couvert de l'anonymat, un élu de la région de Kidal où était censé être détenu Michel Germaneau. Un notable du nord du Mali, impliqué dans toutes les négociations pour libérer les otages dans cette zone et qui n'a pas non plus souhaité être nommé, a pour sa part déclaré: "C'est sûr, pour se venger de la mort de plusieurs de leurs éléments, ils ont tué l'otage français. Nous venons de l'apprendre par des canaux traditionnels".

"Inquiétude à son comble"

Mais du côté des autorités françaises, c'est encore le silence. Un responsable du ministère français des Affaires étrangères a simplement indiqué dimanche que l'information était en cours de vérification. Et depuis lors, l'annonce des ravisseurs n'a pu être ni confirmée, ni infirmée de manière officielle. De son côté, l'Elysée a également réagi par communiqué, précisant qu'il n'y avait aucune confirmation de l'exécution du ressortissant français. L'Elysée ajoute qu'il "cherche à vérifier" cette information donnée par la chaîne Al-Jazeera. Par ailleurs, Nicolas Sarkozy a décidé de réunir ce lundi un "conseil restreint de défense et de sécurité". Ce conseil, qui a commencé à neuf heures, réunit autour du chef de l'Etat, le Premier ministre François Fillon, Brice Hortefeux (Intérieur), Bernard Kouchner (Affaires étrangères), Hervé Morin (Défense) ainsi que les directeurs des administrations concernées.

Dès ce week-end, au Mali, des sources au sein de services de sécurité et de renseignement avaient assuré que l'inquiétude était à son comble sur le sort du Français, impliqué dans l'action humanitaire. Samedi, un responsable français avait annoncé que des militaires français avaient participé le 22 juillet à un raid dans le désert malien contre un groupe de l'Aqmi, en pensant avoir localisé l'otage. Cette opération s'était soldée par un échec, l'otage n'étant pas présent dans le camp de l'Aqmi attaqué par les commandos français et des unités mauritaniennes. "Depuis l'enlèvement de notre compatriote, les ravisseurs, en dépit des efforts des autorités françaises, ont refusé tout dialogue et n'ont formulé aucune revendication précise", a affirmé dimanche le ministère français des Affaires étrangères.

Les ravisseurs de Michel Germaneau avaient diffusé le 14 mai une photo où il paraissait très fatigué et un appel à l'aide de l'otage au président français Nicolas Sarkozy. Le 12 juillet, M. Sarkozy avait a fait part de sa "brûlante inquiétude". La veille, Aqmi avait publié un message à l'attention de Paris dans lequel il menaçait de tuer le Français sous 15 jours si Paris ne répondait pas à ses emandes. Cet ultimatum devait prendre fin ce lundi : l'AQMI sommait la France d'accepter un échange de prisonniers.

Commenter cet article

  • pst60 : Impossible à faire ...sous peine de rejoindre ces assassins dans leurs exactions !! Et pourtant .....!!!

    Le 26/07/2010 à 17h31
  • pascalcaen : Ne pas aider ses habitants, reviens à les laisser aux seuls islamistes. On sait bien qu'après les catastrophes, les premiers arrivés sont les sectes et les extrémistes de tout poil. Il ne faut pas leur laisser de brèches.

    Le 26/07/2010 à 11h04
  • norm8739 : @ cannaman69 je maintiens ce que je dis plus pas, on ne peux céder à ces chantages sinon nous n'en finirons pas. La mort de cette personne exceptionnelle de par sa compassion envers les autres est plus que triste, mais il fallait malgré tout une tentative de sauvetage car ces malades allaient de toute façon s'en prendre à ce pauvre homme. Lorsque des individus s'en prennent à des innocents il ne faut avoir aucune pitié envers eux et céder à tout chantage serait la pire erreur... et zorro n'est pas responsable des croyances absurdes de ces fanatiques. Une vie a été sacrifiée, mais à cause de ces sauvages. J'ai perdu un membre de ma famille dans un attentat en terre arabe et je peux vous dire que je maintiens ce que j'ai écris plus bas, à savoir qu'on ne négocie pas avec des sauvages, on les éradique !!!

    Le 25/07/2010 à 23h37
  • framboise9250 : J'espère qu'ils n'ont pas fait cela. J'espère que ce monsieur est vivant.

    Le 25/07/2010 à 23h34
  • valerio973 : Nous alons voir si nous avons une valeur aussi infime soit elle aux yeux de la Françe par sa reponce a cette sauvagerie!!!! ( et apres cela nous devos les aider et les pardonner!!!!!!!!!!! ) reposez en paix Mr Germaneau

    Le 25/07/2010 à 23h34
      Nous suivre :
      Un singe sauve un autre singe

      Un singe sauve un autre singe

      logAudience